11 juin 2021

Un petit boulot à côté / P.D. James


Lorsque vous lirez ces mots, je serai mort. Depuis combien de temps, ça je ne peux pas le dire.

Une nouvelle posthume de la célèbre écrivaine anglaise Phyllis Dorothy James. Un récit de 17 pages.

L’auteure divise son texte en deux parties : 16 pages pour la planification du meurtre et la dernière page pour l’exécution fatale. Le titre de la nouvelle trouve sa justification à la dernière page. L’image de la page de titre révèle deux indices : des bâtons de golf, dont un ensanglanté, et une clef.

Les deux premières phrases de l’incipit, citées ci-dessus, annoncent la dimension marquante du récit : la temporalité. Les préparatifs du meurtre se déroulent au cours de plusieurs années. Ils sont détaillés. Par contre, le dénouement est très bref. L’assassin tient à révéler les motifs et sa détermination à tuer sa victime, mais il tient tout autant à cacher ces faits de son vivant. Le récit est donc un long monologue, une introspection jubilatoire.

Voyons comment le narrateur relate les préparatifs de son assassinat, l’essentiel de la nouvelle y étant consacré.

Au point de départ, la présentation des protagonistes: deux élèves fréquentant le même internat. Le premier est fils unique d’un riche homme d’affaires, le second d’origines beaucoup plus modestes. La terreur de l’école Keith Manston-Green, et le narrateur, son souffre-douleur. Le 15 février 1938 à 18 heures, celui-ci décide de tuer le caïd : Je n’étais pas pressé, mais je devais le faire.

Une phase transitoire : le narrateur, devenu adulte, hérite de la serrurerie de son père et d’un petit boulot qu’il avait à côté.

Le récit se poursuit avec moult détails sur les recherches et les suivis de la prochaine victime: emploi, domicile, crainte au cours de la Seconde Guerre mondiale. Puis arrive l’année décisive : En 1953, je décidais qu’il était temps de mettre en place des mesures décisives pour l’éliminer. Les péripéties suivantes sont au cœur du récit (10 pages). Laissons aux lecteurs le plaisir de les découvrir, étape par étape, en suivant les raisonnements successifs du narrateur.

Le polar est assurément une grande réussite littéraire. La révélation finale du petit boulot du narrateur est particulièrement bien réussie.

Une nouvelle saisissante !

Compléments

La nouvelle Un petit boulot à côté est suivie de l’essai posthume de P.D. James intitulé Le plus noir des crimes.

Le livre est complété par une rétrospective des œuvres de l’auteure sous ces rubriques:

- Découvrez l’œuvre magistrale de P.D. James (critiques)
- Le cycle Adam Dalgiesh (résumés)
- Le cycle Cordelia Gray (résumés)
- Autres romans et recueils de nouvelles (résumés).

Référence

James, Phyllis Dorothy. - Le plus noir des crimes. Inédit. - Traduit de l’anglais par Anne Durban. - Paris: Fayar, 2020. - 71p. - (Fayard noir). - Citations, p. 11, 13, 14, 16. - ISBN 978-2-21371-751-7. - Bibliothèques de Montréal: JAM PD pl 02.2021.

Image

Photo © Claude Trudel, 2021.

05 juin 2021

Familles botaniques / Album photo


Nouvelle publication > Familles botaniques


Présentation

Cet album présente une sélection de photos de plus de deux cents familles botaniques. Les familles sont affichées par ordre alphabétique, selon leurs noms inscrits sur les étiquettes des plantes photographiées au Jardin botanique de Montréal. Une liste des familles botaniques précède les pages photo.

Chaque plante photographiée est ainsi identifiée : nom commun en français, nom commun en anglais, nom scientifique en latin (genre et épithète spécifique), une ou plusieurs épithètes de rang infraspécifique ajoutées pour certaines plantes, nom du cultivar entre guillemets simples s’il s’agit d’une plante cultivée, nom scientifique de sa famille en latin, origine horticole ou géographique. Les noms scientifiques sont écrits en italiques.

Les liens pointent sur les photos affichées en haute résolution sur Le monde en images. L’album est complété par une liste des noms traditionnels de huit familles botaniques, des références, un index des plantes et une notice sur le droit d’auteur.

Exemples

Apocynacées
Asclépiade commune (Common Milkweed)
Asclepias syriaca, Apocynaceae
Centre et Est de l’Amérique du Nord

Pinacées
Pin blanc (Eastern White Pine)
Pinus strobus, Pinaceae
Nord-est de l’Amérique du Nord

Thélyptéridacées
Phégoptère du hêtre (Beech Fern)
Phegopteris connectilis, Thelypteridaceae
Nord de l’Amérique du Nord, Eurasie

Documentation

A - Citation

La photo du magnolia affichée sur la page de titre rend hommage à Pierre Magnol (1638-1715), le botaniste français à qui l’on doit l’idée du classement des plantes par familles*.

Magnolia (Magnolia)
Magnolia ‘Butterflies’, Magnoliaceae
Origine horticole

* Mollaret, Guillaume. - « Le père du magnolia, cet inconnu des jardins. » - Le Figaro, 19 juin 2015.

B - Livres

Ambrose, Jamie et al. - Flora. Un fascinant voyage au coeur du monde végétal. - Avant-propos de Barbara W. Faust, directrice des Smithsonian Gardens de Washington. - Traduction par Valérie Feugeaset et Marie-Noëllle Pichard. - Montréal : MultiMondes, 2019. - 440 p. - ISBN 978-2-8977-3125-0.

Dupont, Frédéric ; Guignard, Jean-Louis. - Botanique. Les familles de plantes. - 16e édition. - Présentation par Yves Cohen. - Préface par Jean-Marie Pelt. - Paris : Elsevier / Masson, 2015. - xvi, 388p. - (Abrégés de pharmacie). - ISBN 978-2-294-74117-3.

Marie-Victorin, frère. - Flore laurentienne. - Illustrée par frère Alexandre. - 3e édition mise à jour et annotée par Luc Brouillet et Isabelle Goulet (1995). - Boucherville : Gaëtan Morin, 2002. - xvi, 1093 p. - ISBN 978- 2-8910-5817-8. - La première édition (1935) est en libre accès sur BAnQ numérique et Gallica / BnF.

Spichiger, Rodolphe-Édouard et al. - Botanique systématique avec une introduction aux grands groupes de champignons. - 4e édition entièrement revue et augmentée. - Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romanes (PPUR), 2016. - x, 448p. - ISBN 978-2-88915-134-9.

C - Bases de données

eFlore (Tela Botanica)
Families of Flowering Plants (L. Watson et M.J. Dallwitz)
Flora of North America (FNA)
Missouri Botanical Garden (MBG)
Plants of the World Online (POWO)
Pteridophyte Collections Consortium (PCC)
World Flora Online (WFO)

Droit d’auteur

Ce livre numérique gratuit peut être reproduit d’une façon identique à des fins non commerciales.

31 mai 2021

Les Arbres du Canada / John Laird Farrar

Les Arbres du Canada s’adresse autant au forestier professionnel qu’au naturaliste amateur. Il intéressera les étudiants, les botanistes, les enseignants et toute personne fascinée par les arbres et les forêts qui couvrent la moitié de notre pays. Nous avons tenté de produire un livre d’un format pratique permettant d’identifier les arbres sur le terrain.

Le guide de John Laird Farrar contient quatre grandes parties : les préliminaires, les conifères, les feuillus et les compléments. La table des matières est insérée au début du livre.

Les préliminaires

L’Avant-propos retrace l’historique de la publication de ce livre depuis son édition originale, en 1917, sous le titre Native Trees of Canada, et sa première version en français, en 1937, sous le titre Arbres indigènes du Canada.

Les Remerciements envers un très grand nombre de contributeurs couvent plus de deux pages. C’est dire la richesse des sources documentaires de cet ouvrage de référence.

Le Guide du lecteur est exhaustif (10 pages) : Définition de l’arbre, Les conifères et les feuillus, Groupes, Familles, Genres et espèces, Les noms des arbres (espèces indigènes, introduites, naturalisées), Cartes de répartition, Illustrations, Photographies, Descriptions, Clefs dichotomiques.

L’identification d’un arbre est présentée sous trois méthodes : Identification fondée sur les groupes, Identification à l’aide des clefs dichotomiques, Identification sur le terrain.

Les conifères

Deux volets sont présentés au début de cette partie :

a) un aperçu général sur les conifères appelés également gymnospermes, résineux et arbres à feuillage persistant;

b) la liste des 6 familles et des 19 genres différents répartis en 7 groupes.

Chaque groupe bénéficie d’une description spécifique, tout comme chacun des groupes.

La description de chaque espèce est ainsi décrite :

1° entête : nom français privilégié, autres noms français, nom du genre, nom de l’espèce, noms des auteurs, variété, synonymes, nom de la famille, nom anglais;

2° répartition géographique (carte adjacente pour la plupart des espèces);

3° éléments : feuilles, bourgeons, rameaux, cônes, graines, semis, écorce, bois, taille et port, habitat, remarques, traits distinctifs;

4° illustrations : dessins et photos des éléments décrits.

Exemple : Pruche du Canada

Les feuillus

Deux volets sont présentés au début de cette partie :

a) un aperçu général sur les feuillus appelés également angiospermes, dicotylédones, arbres à fleurs, arbres à feuillage caduc et arbres à feuilles larges;

b) la liste des 33 familles et des 65 genres différents répartis en 7 groupes.

Chaque groupe bénéficie d’une description spécifique, tout comme chacun des groupes.

La description de chaque espèce est ainsi décrite :

1° entête : nom français privilégié, autres noms français, nom du genre, nom de l’espèce, noms des auteurs, variété, synonymes, nom de la famille, nom anglais;

2° répartition géographique (carte adjacente pour la plupart des espèces);

3° éléments : feuilles, bourgeons, rameaux, fleurs, fruits, multiplication végétative, écorce, bois, taille et port, habitat, remarques, traits distinctifs;

4° illustrations : dessins et photos des éléments décrits.

Exemple : Bouleau jaune [Arbre emblématique du Québec]

Les compléments

Un grand nombre d’outils de repérage et de sources de documentation complètent l’ouvrage : Clef des groupes et des genres choisis, Clefs d’identification des genres en hiver, Bibliographie, Auteurs des noms scientifiques, Signification des noms scientifiques, Carte des zones forestières du Canada, Carte des zones de rusticité des plantes du Canada, Glossaire, Index des noms latins et français, Index des noms anglais. Par ailleurs, une clé d’identification des groupes est affichée sur les pages de garde, au début et à la fin du livre.

Référence

Farrar, John Laird. - Les Arbres du Canada. - Traduction par Suzanne Chartrand, Maryse Chynchuck et Marc Favreau. - Montréal: Fides / Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts [Gouvernement fédéral du Canada], 2017. - x, 502p. - ISBN 978-2-7621-4093-4. - [Citation, p. vii].

Images

Photos © 2021, Claude Trudel, Le monde en images, CCDMD :

Étang de la Maison de l'arbre Frédéric-Back (JBM)
Pruche du Canada (Eastern Hemlock), Tsuga canadensis, Pinaceae
Bouleau jaune (Yellow Birch), Betula alleghaniensis, Betulaceae

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos botaniques. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Sur la Toile

Arborescence (Clés d’identification des principaux végétaux indigènes et naturalisés du Québec) (Séléna Bergeron et Claudine Lévesque) (Centre collégial de développement de matériel didactique, CCDMD)

Arbres publics de Montréal (Guillaume Larocque et autres) (Centre de la science de la biodiversité du Québec, CSBQ)

10 mai 2021

Tous les secrets du Vatican


Une fresque de 150 ans d'histoire et de polémiques !

Bernard Lecomte est un spécialiste du Vatican. Ancien grand reporter à La Croix et à L’Express, ancien rédacteur en chef du Figaro Magazine, il a publié trois volumes sur la cité papale : Les secrets du Vatican (2009), Les derniers secrets du Vatican (2012), Tous les secrets du Vatican (2019). L'auteur a publié plusieurs autres livres portant sur les papes et des sujets reliés à la l’Église catholique.

Thèmes

Dans son dernier volume, il dévoile 34 secrets reliés à des événements historiques majeurs. Certains concernent des sujets proprement religieux, d’autres ont trait à des questions sociales, politiques et diplomatiques.

Quelques exemples :

- religion : infaillibilité papale, tombeau de saint Pierre, culte marial;

- société : finances, prêtres-ouvriers, contraception, affaires sexuelles;

- politique : reconnaissance de l’État du Vatican, révolte polonaise;

- diplomatie : silences des papes pendant les guerres mondiales, crise des missiles.

J’ai particulièrement aimé les exposés traitant de ces sujets : les silences des papes Benoît XV et Pie XII pendant les guerres mondiales, les fouilles archéologiques menant à la sépulture de saint Pierre, l’expérience des prêtres-ouvriers, le culte marial, la carrière de Joseph Ratzinger, le bref pontificat de Jean-Paul Ier, l’émergence de l’Opus Dei, le suaire de Turin et les secrets de Fatima.

Composition

Le style de l’auteur est typique, chaque chapitre étant composé comme un reportage. Voyons certaines caractéristiques des exposés:

- titre évocateur, voire provocateur; exemple n° 11: Pie XII contre De Gaulle;

- sous-titre accrocheur, souvent sous forme interrogative; exemple n° 16: Le pape du concile a-t-il évité l’apocalypse nucléaire ?

- épigraphe; exemple n° 17: «Le monde ne progresse que par les extrêmes et ne dure que par les modérés.» Paul Valéry;

- coordonnées spatio-temporelles énoncées dans la première phrase; exemple n° 24: Rome, place Saint-Pierre, le 13 mai 1981;

- plusieurs intertitres ; exemple : secret n° 18 intitulé Le «Vicaire»:

1958 : un hommage unanime
1963 : une pièce assassine
Un phénomène de génération
Au Vatican : « Inconcevables ! »
La faute du concile ?
Des arguments historiques
Polémiques, outrances et désinformation
L’argument des archives
Conclusion;

- les faits sont personnalisés et le récit est axé sur plusieurs acteurs (avec leurs réseaux sociaux);

- abondants discours directs et rapportés;

- recours constants aux faits historiques récents ou lointains, en citant une ou plusieurs sources documentaires.

Compléments

Ce livre d’histoire compte plusieurs compléments : Bibliographie, Glossaire, Index et Table (détaillée). Ces outils pourront s’avérer utiles pour connaître les sources de l’auteur et approfondir les sujets abordés. Par ailleurs, le glossaire pourra faciliter la compréhension des termes chez les lecteurs peu ou pas familiers avec les structures administratives et la terminologie ecclésiastique de l’Église catholique.

Appréciation

Sous l’angle de la papauté, Bernard Lecomte présente d’une façon dynamique un grand nombre de faits marquants de l’histoire occidentale depuis un siècle et demi. Une fresque historique aussi captivante qu’instructive. Par ailleurs, les jugements de l’auteur sont fondés et nuancés, mais parfois tranchés.

Référence

Lecomte, Bernard. - Tous les secrets du Vatican. - Paris : Perrin, 2019. - 601p. - ISBN 978-2-2620-8208-6. - BAnQ : 262.130904 L465t 2019.

Image

Cité du Vatican (Thoroe, 27 mars 2013, Wikimedia Commons, Open Database License) - Plan utile pour localiser les espaces et bâtiments cités dans le livre.

Article connexe

Introduction au catéchisme

04 mai 2021

Plantes ornementales


Nouvelle publication > Plantes ornementales


EXTRAITS

Photographies

Cet album photo présente une sélection de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Il donne un aperçu de la diversité et de la variété des plantes ornementales.

Certaines plantes, parmi les plus populaires, sont illustrées par plusieurs photos : Tulipe (jardin d’accueil), Dahlia, Hibiscus, Phlox et Rudbeckie (jardin des plantes vivaces), Bégonia, Pétunia, Verveine et Zinnia (jardin des nouveautés), Hémérocalle et Pivoine (jardin du ruisseau fleuri), Rosier / botanique, ancien, moderne (roseraie).

Exemples

Glaïeul (Gladiolus), Gladiolus 'Lady Lucille', Iridaceae
Renoncule des fleuristes (Persian Buttercup), Ranunculus asiaticus cv., Ranunculaceae
Rosier grandiflora (Grandiflora Rose), Rosa 'Honey Dijon', Rosaceae

Documentation

Allain, Yves-Marie ; Garnier, Catherine. - L’ABCdaire des Tulipes. - Paris : Flammarion, 1996. - 120 p. - ISBN 978-2-08-011787-4.

Ambrose, Jamie et al. - Flora. Un fascinant voyage au coeur du monde végétal. - Avant-propos de Barbara W. Faust, directrice des Smithsonian Gardens de Washington. - Traduction par Valérie Feugeaset et Marie-Noëllle Pichard. - Montréal : MultiMondes, 2019. - 440 p. - ISBN 978-2-8977-3125-0.

Collectif. - Botanica. Encyclopédie de botanique et d’horticulture. Plus de 10 000 plantes du monde entier. - Potsdam (Allemagne) : H.F. Ullmann, 2013. - 1 020 p. - ISBN 978-3-8480-0286-3.

Everett, Diana. - The Genus Tulipa : Tulips of the World. - Londres : Kew Publishing, 2013. - 448 p. - (A Botanical Magazine Monograph). - ISBN 978-1-8424-6481-6.

Guillot, Gérard. - Guide des fleurs du jardin. 800 espèces, 1 500 photos. - Paris : Belin, 2015. - 696 p. - ISBN 978-2-7011-8310-7.

Hay, Roy ; Beckett, Kennett A. ; dir. - Encyclopédie des fleurs et plantes du jardin. - Montréal : Sélection du Reader’s Digest, 1978. - 800 p. - [Livre réédité à plusieurs reprises].

Hodgson, Larry. - Jardinier paresseux. Tout sur le jardinage facile. - [Livres horticoles].

Laberge, Claire ; Fortin, Daniel. - Guide de la roseraie du Jardin botanique de Montréal. - Préface de Pierre Bourque. - Montréal : Éditions du Trécarré, 1994. - 79 p. - ISBN 2-89249-534-2.

Pavord, Anna. - La tulipe. - Arles (France) : Actes Sud, 2001. - 439 p. - ISBN 2-7427-2913-5.

Ressources naturelles. - Rusticité des plantes. - Ottawa : Gouvernement fédéral du Canada. - 2020 12 03.

World Flora Online (WFO). - Global Strategy for Plant Conservation (GSPC).

Droit d’auteur

Ce livre numérique gratuit peut être reproduit d’une façon identique à des fins non commerciales.

28 avril 2021

La vraie vie de Dante (1265-1321)


La vraie vie de Dante (1265-1321) > C’est ainsi que la biographie de Dante, par Alessandro Barbero, est annoncée sur la bande publicitaire de ce nouveau livre édité chez Flammarion.

Avant-propos

L’ouvrage est précédé d’un avant-propos à l’édition française. L’auteur souligne la renommée tardive de Dante en France. Il situe ensuite l’auteur florentin dans le contexte de son époque, tout en rappelant l’histoire et l’importance des villes italiennes depuis plusieurs siècles.

Les caractéristiques politiques de Florence se distinguent à plusieurs égards. La ville est gouvernée par les guelfes, c’est-à-dire les partisans du pape allié à la France, alors que plusieurs autres villes sont gouvernées par les gibelins plutôt nostalgiques du pouvoir impérial.

À Florence, les guelfes se divisent en deux groupes rivaux, les Blancs (dont Dante est partisan) et les Noirs. Après l’éviction de la faction blanche du pouvoir politique, en 1302, Dante doit s’exiler. C’est au cours de cet exil qu’il écrit La Divine Comédie, un des chefs-d’œuvre de la littérature mondiale.

Chapitres

Le livre contient vingt et un chapitres, dont voici un aperçu.

Le chapitre initial raconte la bataille de Campaldino survenue le 11 juin 1289. Ce combat oppose les guelfes de Florence et leurs alliés aux gibelins du territoire d’Arezzo. Âgé de 34 ans, Dante participe activement à la bataille, aux côtés des meilleurs et des plus riches chevaliers de sa ville. Après avoir raconté les péripéties de cette tuerie organisée, l’auteur s’attarde longuement à préciser la position sociale de Dante.

Le chapitre suivant discourt sur l’évolution des conceptions de Dante au sujet de la définition du terme noblesse. L’auteur confronte les sources pour étayer ses propos, ses hypothèses, jugeant difficile d’affirmer que Dante était ou n’était pas noble.

L’arbre généalogique des Alighieri ouvre le chapitre 3. L’auteur présente la parentèle des ancêtres de Dante et leurs activités dans le monde de la finance. Le chapitre suivant est dédié aux parents et cousins de Dante, en soulignant la violence de l’époque.

Le plan de Florence figure au début du chapitre 5. On y trouve la localisation de la maison natale de Dante, le baptistère San Giovanni, la tour de la Castagna et les églises San Martino del Vescovo et Santa Margherita, toutes deux à proximité de la maison familiale. Le chapitre 6 porte sur le nom de baptême de Dante, et les frères et sœurs du Florentin. Les rencontres avec Béatrice et ses amis sont décrites au chapitre suivant, tout en précisant les mortalités précoces et la séparation des sexes dans la Florence de Dante. Le chapitre suivant est consacré aux études du jeune florentin, une formation d’abord scolaire, puis autodidacte.

Le chapitre 8 porte sur le mariage de Dante avec Gemma di Manetto Donati et les questions suscitées par la date du mariage et le montant de la dot. Les affaires de Dante sont examinées au chapitre 9. Régulièrement associé à son frère Francesco, Dante vit de ses rentes dès l’âge de 18 ans jusqu’à la confiscation de ses biens en 1302. Une carte des propriétés de Dante autour de Florence est insérée en début de ce chapitre.

Les chapitres 10 et 11 traitent de la politique d’une façon exhaustive. L’auteur explique la complexité des rouages politiques du régime populaire auquel Dante participe. Chacune des interventions du poète est détaillée dans le contexte des rivalités entre les Blancs et les Noirs. Le chapitre 12 raconte le coup d’État mené par les Noirs, en 1302, à la suite duquel Dante fut exilé de Florence.

Les chapitres 13 et 14 abordent la question du patrimoine familial, en précisant que la femme et les enfants de Dante, ainsi que son demi-frère Francisco sont restés à Florence. Après le décès de Dante, ses biens séquestrés, dont il resta propriétaire malgré son exil, sont légués à ses héritiers (deux fils survivants et Francisco).

Les chapitres 15 à 18 portent sur la période 1302-1309. Ils relatent les activités politiques et militaires de Dante à Arezzo (où il rompt avec les autres bannis), puis sa vie de réfugié errant à Vérone, Bologne, chez des grandes familles nobles de territoires montagneux d’Italie centrale, à Paris, Padoue et Lucques. D’entrée de jeu et à quelques reprises, l’auteur indique que les vingt dernières années de l’exilé sont peu documentées, ce qui alimente nombre de débats historiographiques.

Dans le chapitre 19, l’aventure d’Henri VII en Italie (1309-1313) est racontée avec moult détails, Dante ayant appuyé ouvertement la soumission au nouvel empereur romain germanique. Après un dernier séjour à Vérone, rapporté au chapitre 20, l’auteur conclut son étude en évoquant les dernières années de vie de Dante à Ravenne.

Compléments

Comme il s’agit d’une étude historique, et non d’une biographie romancée, le livre est complété par des Repères historiques (une chronologie allant de 1216 à 1321), des Notes (82 pages), une Bibliographie (31 pages) et un Index (10 pages). Dans les Notes, l’avant-propos est désigné Préface. Plusieurs notes sont exhaustives.

Appréciation

La lecture de cette biographie est fort agréable, car le style de l’auteur et le caractère historiographique de l’ouvrage sont remarquables. Le recours aux sources primaires pour étayer les faits et leurs interprétations est constant.

Bien mis en relief, le contexte historique de la vie de Dante est fascinant, avec les données et les explications sur les régimes politiques, les affrontements entre les dirigeants et le peuple, les intrigues politiques, les violences urbaines, les rivalités territoriales et les conflits armés. Une fresque inestimable sur la société italienne au Moyen-âge.

Référence

Barbero, Alessandro. - Dante. - Traduit de l’italien par Sophie Royère. - Paris: Flammarion, 2021. - 472p. - ISBN 978-2-0815-1933-6. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ : à venir.

Auteur

Alessandro Barbero (Wikipédia)

Image

Portrait de Dante Alighieri (Sandro Botticelli, 1495) (Wikimedia Commons)

Baladodiffusion

Au-delà du poète, qui était Dante Alighieri ? (Entrevue avec Alessandro Barbero, menée par Christophe Dickès, 15 avril 2021) (Baladodiffusion, 51:53 min, Storiavoce)

Sur la Toile

La Divine Comédie (Dante Alighieri) (BnF / Gallica)

19 mars 2021

Plantes tropicales


Nouvelle publication > Plantes tropicales


EXTRAITS


Photographies

Cet album photo présente une sélection de photos prises dans certains jardins et plusieurs serres du Jardin botanique de Montréal. Chaque photo est accompagnée d’une ou plusieurs références documentaires.

Biodiversité

Les photographies sélectionnées présentent des plantes de tous les continents et d’un grand nombre de pays. Elles illustrent la biodiversité du monde végétal. Les traits distinctifs de certaines plantes sont particulièrement marquants.

Symboles

Les symboles réfèrent à des ressources documentaires :

Botanica : Encyclopédie de botanique et d’horticulture (Collectif)
Encyclopedia of Tropical Plants (Ahmed Fayaz)
Guide des plantes tropicales (Jens G. Rohwer)
Plants of the World Online (Royal Botanic Gardens, Kew).

Exemples

Reine de Malaisie (Pineapple Ginger)
Tapeinochilos ananassae
Costaceae
⁜ ⸬ ⁘

Gloxinia (Canterbury Bells)
Gloxinia perennis
Gesneriaceae
□ ⁘

Documentation

⁜ Collectif. - Botanica. Encyclopédie de botanique et d’horticulture. Plus de 10 000 plantes du monde entier. - Potsdam (Allemagne): H.F. Ullmann, 2013. - 1020 p. - ISBN 978-3-8480-0286-3.

□ Fayaz, Ahmed. - Encyclopedia of Tropical Plants. Identification and Cultivation of Over 3 000 Plants. - Richmond Hill (Ontario) : Firefly Books, 2011. - 720 p. - ISBN 978-1-5540-7489-1.

⁘ Plants of the World Online (POWO). - Royal Botanic Gardens, Kew. - [Cartes sur les aires de distribution des plantes].

⸬ Rohwer, Jens G. - Guide des plantes tropicales à l’état sauvage ou acclimatées. - Paris : Delachaux & Niestlé, 2002. - 287 p. - (Les compagnons du naturaliste). - ISBN 978-2-6030-1270-3.

Droit d’auteur

Ce livre numérique gratuit peut être reproduit d’une façon identique à des fins non commerciales.

12 mars 2021

Exposition David Altmejd - Flux


Nouvelle publication > Exposition David Altmejd - Flux

Présentation

Ce livre regroupe des billets rédigés au cours de l’exposition David Altmejd - Flux qui s’est tenue au Musée d’art contemporain de Montréal, du 20 juin au 13 septembre 2015. Né à Montréal en 1974, le sculpteur vivait et travaillait alors à New York, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Il a d’abord étudié la biologie à l’Université McGill. Par la suite, il a obtenu un baccalauréat de l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM, 1998), puis une maîtrise de l’Université Columbia de New York (2001).

Sujets des billets

- des recensions de volumes remarquables :

Altmejd, David. - David Altmejd. Flux. - (Catalogue de l’exposition). - Paris: Éditions Paris Musées, 2014. - 182p. - ISBN 978-2-7596-0262-9. - BAnQ: 730.92 A4689d 2014.

Altmejd, David; Kotana, Jason; Prentnieks, Anne. - The Flux and the Puddle. - New York: David Altmejd Studio Inc., 2014. - 128p. - ISBN 978-0-9906628-0-8. - BAnQ: 709.2 A4689d 2014.

Dalton, Trinie et al. - David Altmejd. - Bologne: Damiani, 2014. - 384p. - ISBN 978-88-6208-345-4. - BAnQ: 709 A4689d 2014.

Déry, Louise. - David Altmejd. Métamorphose. - Montréal: Galerie de l’UQÀM, 2006. - 112p. - ISBN 2-920325-95-7. - BAnQ: 730.92 A4689d 2006.

Déry, Louise. - David Altmejd. The Index. - (Catalogue de la 52e Biennale de Venise, exposition internationale d’art, du 18 juin au 21 novembre 2007). - Montréal: Galerie de l’UQAM, 2007. - 72p. - ISBN 978-2-920325-18-0. - BAnQ: 730.92 A4689de 2007.

- les analyses de trois sculptures marquantes :

Le désert et la semence (2015)

Le spectre et la main (2012)

Le flux et la flaque (2014)

- trois parcours de l’exposition :

Parcours spatial
Parcours temporel
Parcours thématique.

Par ailleurs, l’ensemble des références contenues dans ces billets constitue une source documentaire exhaustive sur l’œuvre admirable de David Altmejd.

Sommaire

01 - Exposition Flux
02 - La genèse du loup-garou
03 - La Biennale de Venise
04 - La galopade des zèbres
05 - L’atelier laboratoire
06 - Le flux et la flaque
07 - Les parcours du flux
08 - David Altmejd et son œuvre
09 - À la Galerie de l’UQÀM
10 - Au revoir Sarah!
11 - Bibliographie

Après chacun des titres des billets, une mention [Photos] a été ajoutée afin d’observer l’œuvre présentée avant de lire sa description.

Référence

Exposition David Altmejd - Flux (Livre numérique gratuit)

07 mars 2021

5 ● Concours de photos collégiennes 2020-2021

Le monde en images

Plusieurs centaines de photos ont été soumises par des collégiennes et des collégiens au Concours intercollégial de photo 2020-2021 organisé par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD). Les lauréats de ce concours annuel seront distingués par un jury. Voici une cinquième sélection personnelle de photos soumises au concours dans différentes catégories:

Après la tempête / Chicoutimi (Paysage naturel)
© 2020, Myriam Talbot, Le monde en images, CCDMD


Rougissement / Shawinigan (Flore)
© 2020, Évlyne Boisvert, Le monde en images, CCDMD

Pont X / Sainte-Apolline-de-Patton (Infrastructures et transport)
© 2020, Kim Dumont, Le monde en images, CCDMD

Tamia rayé / Mont-Tremblant (Faune)
© 2020, Brian Proulx Paradis, Le monde en images, CCDMD

Le soleil s'y lève chaque jour pour ne pas oublier / Mémorial des vétérans du Vietnam, Washington (Bâtiment)
© 2021, Tommy Ferlatte, Le monde en images, CCDMD

Je vous invite à voir toutes les photos soumises au Concours intercollégial de photo, à lire les descriptions et notes explicatives des autrices et des auteurs, puis à consulter leurs collections respectives.

Quel plaisir d’admirer les talents et visions photographiques des collégiennes et collégiens du Québec.

Félicitations à toutes les participantes et à tous les participants!

Concours intercollégial de photo 2020-2021

[ 1 ] - [ 2 ] - [ 3 ] - [ 4 ] - [ 5 ]

Source

Les photos téléversées dans Le monde en images peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Références

Les livres et les revues traitant de photographie sont innombrables. Une riche sélection de ces ressources documentaires dédiées aux débutant(e)s est disponible dans les bibliothèques publiques, notamment dans les Bibliothèques collégiales du Québec, les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque (BAnQ).

22 février 2021

4 ● Concours de photos collégiennes 2020-2021

Le monde en images

Plusieurs centaines de photos ont été soumises par des collégiennes et des collégiens au Concours intercollégial de photo 2020-2021 organisé par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD). Les lauréats de ce concours annuel seront distingués par un jury. Voici une quatrième sélection personnelle de photos soumises au concours dans différentes catégories:

Douce promenade d'été / Saguenay (Paysage naturel)
© 2020, Leathycia Gilbert, Le monde en images, CCDMD


Musée des pompiers (Caserne 30) / Montréal (Bâtiment)
© 2020, Donald Mai, Le monde en images, CCDMD

Balade en vélo / Waikiki Beach, Hawaï (Paysage naturel)
© 2021, Zack Fex, Le monde en images, CCDMD

Banlieue / Longueuil (Société)
© 2020, Marie-Josée Bastien, Le monde en images, CCDMD

La Grande Ourse / Parc national de la Jacques-Cartier (Paysage naturel)
© 2020, Vincent Bernard, Le monde en images, CCDMD

Je vous invite à voir toutes les photos soumises au Concours intercollégial de photo, à lire les descriptions et notes explicatives des autrices et des auteurs, puis à consulter leurs collections respectives.

Quel plaisir d’admirer les talents et visions photographiques des collégiennes et collégiens du Québec.

Félicitations à toutes les participantes et à tous les participants!

Concours intercollégial de photo 2020-2021

[ 1 ] - [ 2 ] - [ 3 ] - [ 4 ] - [ 5 ]

Source

Les photos téléversées dans Le monde en images peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Références

Les livres et les revues traitant de photographie sont innombrables. Une riche sélection de ces ressources documentaires dédiées aux débutant(e)s est disponible dans les bibliothèques publiques, notamment dans les Bibliothèques collégiales du Québec, les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque (BAnQ).

15 février 2021

Phytothérapie / Le vrai pouvoir des plantes


La revue Science & Vie a publié un hors-série intitulé Phytothérapie / Le vrai pouvoir des plantes. Le numéro comprend les parties suivantes : Éditorial, Citations, Histoire des plantes médicinales, Phytothérapie, Industrie, Statistiques, 77 plantes au banc d’essai, Décryptage, Questions / réponses, Rétrospective, Livres.

L’histoire de la médecine par les plantes est présentée selon cette périodicité : Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Du 19e siècle à nos jours.

La rubrique intitulée La nouvelle science de la phytothérapie comprend une description générale et des descriptions spécifiques : homéopathie, aromathérapie, gemmothérapie, naturopathie, médecine traditionnelle chinoise, fleur de Bach, herboristerie et sylvothérapie.

Le reportage portant sur l’industrie de la phytothérapie est produit par Carolie Hancok (texte) et Arié Botbol (photos). Il porte sur l’entreprise Arkopharma (Carros, Alpes-Maritimes).

Une double page affiche des statistiques françaises illustrant la popularité de la phytothérapie en pharmacie.

Le dossier sur les 77 plantes au banc d’essais commence par les étapes menant à l’évaluation thérapeutique de ces plantes : Contrôler la méthodologie des études, Éplucher les méta-analyses, Passer au crible les autorisations légales, Vérifier les allégations santé. Chaque plante fait l’objet d’une description : nom vernaculaire, analyse, nom scientifique, origine, allégations, parties utilisées (illustration), efficacité (prouvée, probable, peu probable, nulle, pas assez d’études). Les plantes sélectionnées sont ainsi classées quant à leur efficacité : 27 prouvée, 15 probable, 2 peu probable, 1 nulle et 32 pas assez s’études pour une évaluation. Cette section est complétée par un index.

La dernière rubrique porte sur les implications de l’utilisation des plantes médicinales : Des dosages incertains, Un risque de toxicité, De possibles interactions médicamenteuses, La tentation de la substitution.

L’ensemble du numéro présente plusieurs facettes intéressantes et instructives sur la phytothérapie et les plantes médicinales.

Référence

Science & Vie. - Phytothérapie. Le vrai pouvoir des plantes. - Hors-série, n° 291. - Paris : Reworld Media Magazines, juillet 2020, 122p. - ISSN 1966-9437.

Image

Gingembre (Ginger), Zingiber officinale, Zingiberaceae, Originaire d'Asie tropicale (origine probable), Jardin botanique de Montréal. - Plante présentée et analysée par Carolie Hancok, p. 84.

Photo © 2016, Claude Trudel, Le monde en images, CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos botaniques. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

08 février 2021

3 ● Concours de photos collégiennes 2020-2021

Le monde en images

Plusieurs centaines de photos ont été soumises par des collégiennes et des collégiens au Concours intercollégial de photo 2020-2021 organisé par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD). Les lauréats de ce concours annuel seront distingués par un jury. Voici une troisième sélection personnelle de photos soumises au concours dans différentes catégories:

Horizon océanique / Safi, Maroc (Divers)
© 2020, Charles Carpentier, Le monde en images, CCDMD


L'étrangère / Trois-Rivières (Art)
© 2021, Carole Joseph, Le monde en images, CCDMD

Le vent rouge / Rivière-du-Loup (Paysage naturel)
© 2020, Manon Testud, Le monde en images, CCDMD

Sous le brouillard / Lachute (Paysage naturel)
© 2020, Kristina Servant, Le monde en images, CCDMD

Le phare de La Canée / Crète, Grèce (Infrastructures et transport)
© 2020, Anastasia Van Ryswyk, Le monde en images, CCDMD

Je vous invite à voir toutes les photos soumises au Concours intercollégial de photo, à lire les descriptions et notes explicatives des autrices et des auteurs, puis à consulter leurs collections respectives.

Quel plaisir d’admirer les talents et visions photographiques des collégiennes et collégiens du Québec.

Félicitations à toutes les participantes et à tous les participants!

Concours intercollégial de photo 2020-2021

[ 1 ] - [ 2 ] - [ 3 ] - [ 4 ] - [ 5 ]

Source

Les photos téléversées dans Le monde en images peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Références

Les livres et les revues traitant de photographie sont innombrables. Une riche sélection de ces ressources documentaires dédiées aux débutant(e)s est disponible dans les bibliothèques publiques, notamment dans les Bibliothèques collégiales du Québec, les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque (BAnQ).

01 février 2021

Carte très curieuse de la mer du Sud (1719)


Cette carte encyclopédique d'Henri Abraham Châtelain a été téléversée sur l’encyclopédie Wikipédia, le 21 janvier 2021, par le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ). Comme une version de cette carte est offerte en haute résolution (8 201 × 4 973 pixels), nous pouvons observer ses éléments et des détails. Cela rend possibles la consultation et l’utilisation de cette carte à des fins pédagogiques.

Voyons les principaux éléments de cette carte constituée de deux feuillets : titre, explorateurs, illustrations, commentaires, cartons, toponymie, topographie, typographie, projection et orientation, coordonnées géographiques, échelle, support et interprétation. Cette présentation est complétée par des références : carte, gravure, documentation, biographies, actualité.

Titre

Le cartouche de titre est affiché au-dessus de la marge supérieure. On y trouve le titre (en caractères majuscules), le sous-titre (en caractères réguliers) et le sous sous-titre (en caractères italiques) du document cartographique :
- [titre] « Carte très curieuse de la mer du Sud, contenant des remarques nouvelles et très utiles non seulement sur les ports et îles de cette mer,
- [sous-titre] mais aussi sur les principaux pays de l’Amérique tant septentrionale que méridionale, avec les noms et la route des voyageurs par qui la découverte en a été faite.
- [sous sous-titre] Le tout pour l’intelligence des dissertations suivantes. »
La mer du Sud correspond à l’océan Pacifique et la mer du Nord correspond à l’océan Atlantique.

Les buts du cartographe sont explicites :
- illustrer et décrire les curiosités de l’océan Pacifique;
- localiser les repères utiles à la navigation, soit les îles et les ports du Pacifique;
- identifier et décrire en plus les principaux pays du continent américain;
- tracer les trajets suivis par les explorateurs européens;
- favoriser la compréhension des contenus documentaires insérés sur la carte.

Bien que le titre réfère à l’océan Pacifique, c’est bel et bien l’Amérique qui fait l’objet principal des « dissertations ». La carte est d’ailleurs centrée sur le Nouveau Monde, tandis que les autres continents sont partiellement représentés.

Explorateurs

Les portraits légendés de neufs explorateurs couvrent la partie inexplorée de l’Amérique du Nord : Christophe Colomb (1491), Amerigo Vespucci (1497), Olivier van Noort [Olivier du Nord] (1500), François Drac [Francis Drake] (1596), Ferdinand de Magellan (1620), Guillaume Schouten (1616), Jacques L’Hermitte (1624), René-Robert Cavelier De La Salle (1683) et Guillaume Dampierre [William Dampier] (1712). Un seul de ces personnages est relié directement à l’histoire de la Nouvelle-France : « René-Robert Cavelier de La Salle, de Rouen découvrit l’embouchure de la rivière Mississippi en l’an 1683 ».

Les grandes routes marchandes sont tracées sur la carte.
Océan Atlantique :
- Route du cap de Bonne-Espérance (1486)
- Route des îles des Antilles et du golfe du Mexique
- Route du détroit de Magellan et de Le Maire (1616)
- Route du golfe du Mexique
Océan Pacifique :
- Route de Magellan en 1520
- Route d’Olivier du Nord en 1600
- Route de Guillaume Schouten et de Jacob Le Maire en 1616
- Route de Jacques L’Hermitte en 1625
- Route de la hourque ou grand vaisseau qui va et revient tous les ans d’Acapulco aux Manilles.

Par ailleurs, le carton sur la Louisiane signale la découverte de l’embouchure du fleuve Mississippi par René-Robert Cavelier de La Salle (1683) et sa reconnaissance par Pierre Le Moyne d’Iberville (1698-1699).

Les nombreux dessins de navires mettent en évidence le moyen de transport utilisé par les explorateurs au cours de leurs expéditions.

Illustrations

Deux des trois images qui encadrent l’Amérique septentrionale sont célèbres : Pêche des morues et Manège et industrie des castors. Elles illustrent les ressources fauniques à l’origine de la colonisation d’exploitation en l’Amérique du Nord : les morues et les peaux de castor.

Au centre de la partie inférieure de l’océan Pacifique, plusieurs images ont trait aux Canadiens (nations iroquoiennes) : l'habitation (maisons longues), le mariage, les festins, la danse du calumet, les coutumes guerrières et la sépulture.

D’autres groupes humains sont représentés et identifiés : Mexicains, Péruviens, Espagnols et habitants des Mariannes (plongeurs).

Plusieurs autres images illustrent des métaux, des plantes, des animaux et des activités humaines en Amérique latine :
- or, argent;
- acajou, ananas, avocat, banane, cacaoyer, canne à sucre, cocotier, cotonnier en arbre, froment, goyavier, groseille rouge, indigo, manioc, melon d’eau, palmier, papayer, patate, rocou;
- aigle, brebis, crocodile, flamand, grand gosier, lamantin, oiseaux, opossum, perroquet, pingouin, pintade, poule d’eau, rat musqué, tabac, tatou, tortue, veau marin;
- débarquement des Espagnols à Veracruz (1519), Amérindiens préparant des cassaves (galettes à base de farine de manioc), mineurs au Potosí, chercheurs d’or, culture des cannes à sucre, cérémonie sacrificielle au grand temple de Mexico, premier baptême d’un Mexicain, travailleurs métallurgiques, chasseurs nocturnes, pêcheurs de tortues, râpage du manioc, transport de métaux précieux.

Les ressources latino-américaines par rapport à celles de l’Amérique du Nord sont nettement plus diversifiées et valorisées. Les activités exercées par les Autochtones et les Européens dans ces deux parties du continent américain sont aussi contrastées.

Commentaires

Les commentaires insérés sur la carte sont nombreux. Ils portent sur différents sujets, dont les trajets suivis par les explorateurs, les bancs de pêche, les découvertes, les prises de possession, les lieux pittoresques, la toponymie, les réseaux hydrographiques, les peuples africains et amérindiens, les délimitations géographiques, les événements historiques, etc.

À titre d’exemple, voyons des remarques relatives à la Nouvelle-France :
- explorateurs : « La Nouvelle-France fut découverte par les Français sous les règnes de Louis XII et François Ier, par les capitaines Thomas Aubert, Jean Verrazano et Jacques Cartier depuis 1504 jusqu’à l’an 1534. »
- découverte du fleuve Saint-Laurent : « Jacques Cartier découvrit l’île d’Anticosti en 1534 et en 1535 la grande rivière de Saint-Laurent. »
- toponymie : « Terre de Labrador, par les Espagnols, Nouvelle-Bretagne, par les Anglais, Estotilande, par les Danois, Canada septentrional, par les Français. Découverte l’an 1590 par Antoine Zen. »

La traite des Noirs est abordée dans les commentaires affichés sur le continent africain : « Le nombre d'esclaves qu'on transporte de ces pays en Amérique est inconcevable. » [Débutée au 16e siècle, dans le contexte de l'exploitation commerciale de la canne à sucre, elle est encore largement pratiquée au début du 18e siècle.]

Cartons

Les plans de plusieurs ports (fortifiés) figurent dans des cartons, la navigation transocéanique occupant une place majeure sur la carte de Châtelain :
- Afrique : Ceuta (et le détroit de Gibraltar), Cap de Bonne-Espérance (avec son relief);
- Amérique latine : Veracruz, Rio de Janeiro, La Havane, Rio de la Plata (Buenos Aires), La Conception, Valdive, Callao (Lima), Acapulco, Carthagène (et l’isthme de Panama);
- Amérique du Nord : Biloxi, Mobile (et l’embouchure du fleuve Mississippi sur le golfe du Mexique).

À ces cartons, ajoutons celui de la ville de Mexico « située au milieu et entre deux lacs ». Les principaux bâtiments et les grandes places publiques sont localisés sur le plan.

La destruction d’œuvres d’art autochtone par les Espagnols est illustrée dans la partie inférieure du carton sur Mexico.

Le carton sur le Rio de la Plata est encadré par deux personnages armés d’un mousquet et d’un bouclier. Ils se font face et les armoiries de leur bouclier respectif représentent le Portugal, à droite, et l’Espagne, à gauche. La rivalité entre ces royaumes est alors pacifique : les armes des protagonistes sont portées sur les épaules.

Le contenu du carton sur l'archipel des Mariannes est basé sur les données fournies par Charles Le Gobien, jésuite.

Sauf exception, les cartons contiennent une rose des vents, une légende, des éléments topographiques, ainsi qu’une ou plusieurs échelles.

Toponymie

Les toponymes sont abondants, notamment sur le continent américain. Un très grand nombre concernent les îles et les côtes, l’intérieur des terres étant généralement peu exploré ou inconnu. L'origine du nom « Pacifique » fait l'objet d'une longue explication.

Les océans et les mers sont identifiés, dont la mer Méditerranée, les océans Atlantique et Pacifique. Des baies (des Chaleurs, Hudson) et des golfes (Saint-Laurent, Mexique) sont aussi localisés. L’insularité de la Californie est commentée.

Les réseaux hydrographiques (dont les affluents et des lacs) sont bien identifiés et quelques fois commentés, par exemple ceux des fleuves Saint-Laurent et Mississippi (Nouvelle-France), du Nord (Mexique), Orénoque et La Madeleine (Terre Ferme), Amazone (Brésil), de la Plata (Uruguay et Paraguay). Plusieurs portages sont localisés, par exemple dans la région des Grands Lacs.

Les pays et régions sont distingués, par exemple les colonies européennes en Amérique du Nord : Nouvelle-France ou Canada, Acadie, Nouvelle-Angleterre, Nouvelle-York, Nouveau-Jersey, Pennsylvanie, Marielande, Virginie, Caroline, Floride, Louisiane, Nouvelle-Grenade ou Nouveau-Mexique. Des nations autochtones sont localisées, par exemple : Inuits (Esquimaux), Etchemins, Algonquins, Iroquois, Miamis et Illinois.

Les divisions administratives (audiences) des colonies espagnoles septentrionales sont identifiées : Nouvelle-Galicie, Mexico et Guatemala. Les colonies espagnoles méridionales sont délimitées par des lignes pointillées : Terre Ferme (Nouvelle-Grenade et Guyane), Pérou, Paraguay, Uruguay Rio de la Plata, Chili, Terre magellanique. La colonie portugaise du Brésil est subdivisée en deux régions, les Côtes du Brésil et le Pays des amazones.

Un grand nombre de villes sont identifiées, surtout en Amérique latine. Les plus importantes sont illustrées par un symbole (édifices), par exemple Tadoussac, Québec, et Trois-Rivières dans la vallée laurentienne.

Les forts sont identifiés par la lettre X encadrée, par exemple : les forts français Sainte-Anne et Saint-Louis, ainsi que les forts anglais, au sud de la baie d’Hudson. Ces forts signalent la rivalité entre les empires français et anglais. Toutefois, les territoires cédés à l’Angleterre par la France à la suite du Traité d’Utrecht (1713) ne sont pas délimités.

Topographie

La carte et les cartons ne contiennent pas de légende sur les signes topographiques. Toutefois, ceux-ci sont illustrés de diverses façons : banc, récif, sable, terre inondée, marécage, lagune, champ cultivé, marais salant, prairie, forêt, rocher, construction, mine, montagne.

Plusieurs de ces sigles signalent des dangers aux navigateurs. Par exemple, au sud-est des îles de Bahamas, un grand sigle en forme de losange intitulé « Ouvre l’œil ou Mouchoir carré ». Les récifs coralliens situés au large de Los Abrolhos (Brésil) sont signalés par un grand sigle de forme ovale et l'avertissement « Ouvre l’œil ».

Typographie

Plusieurs tailles et polices de caractères sont utilisées, mais pas toujours d’une façon uniforme pour une même catégorie d’entités spatiales. À titre d’exemple :
- océans : Mer du Nord, Océan méridional, Mer du Sud;
- continent : Amérique septentrionale, Amérique méridionale;
- régions autochtones : Algonquins, Hurons;
- régions de la Nouvelle-France : Acadie, Gaspésie, Saguenay, Canada, Louisiane;
- établissements français : Tadoussac, Beauport, Québec, Trois-Rivières, Montréal;
- colonies anglaises : Virginie, Caroline.

Projection et orientation

La projection cartographique n’est pas spécifiée.

Deux roses des vents situées sur l’équateur indiquent que la carte est orientée vers le nord géographique. Les plans figurant dans les cartons ont diverses orientations indiquées selon leur rose des vents respective.

Coordonnées géographiques

La carte n’est pas quadrillée, mais les coordonnées géographiques sont inscrites dans le contour. Les latitudes et les longitudes sont indiquées par intervalle de 5 degrés. Les latitudes des tropiques du Cancer et du Capricorne sont indiquées par des lignes parallèles vides. Tout comme l’équateur, le méridien d’origine est tracé à l’intérieur de la carte : « Premier méridien que les Français font passer par l’Île de Fer » [depuis une ordonnance de Louis XIII en 1634].

Échelles

L’échelle de la carte n’est pas indiquée. Par contre, des échelles en lieues de France et d’Espagne sont insérées dans des cartons.

Support

Le cartouche de titre contient seulement le titre de la carte, sans les indications habituelles sur l’auteur, la dédicace, les sources documentaires, la date de publication, l’éditeur et la ville d’édition.

La notice bibliographique du MNBAQ indique que cette carte gravée (eau-forte et burin), mesurant 90 x 146,5 cm, a été publiée en 1719 à Amsterdam (Pays-Bas).

Les deux feuillets de la Carte très curieuse de la mer du Sud figurent dans le tome VI de l’Atlas historique publié par Henri Abraham Châtelain. Selon la page frontispice du volume, les « dissertations » contenues dans ce tome ont été rédigées par Nicolas Gueudeville et le volume a été édité Chez L’Honoré et Châtelain Libraires.

Interprétation

Éditée un peu plus de deux siècles après la découverte de l’Amérique, selon la terminologie de l’historiographie traditionnelle, la Carte très curieuse de la mer du Sud contient une synthèse remarquable des curiosités américaines appréciées par les Européens. Elle rend hommage aux explorateurs européens qui ont traversé les océans et exploré de nouvelles terres insulaires et continentales

La carte présente une vision européenne du monde, une vision mercantile et chrétienne. Ce point de vue est décrit et dénoncé dans l’Atlas historique : « Mais quoique l’avarice et l’avidité du gain aient fait parcourir l’Asie et l’Afrique, ce n’était rien en comparaison de l’Amérique. Depuis qu’on a connu ce vaste continent, avec quelle ardeur n’a-t-on point tâché d’en profiter ? On peut dire sans exagération qu’il est venu de là des richesses immenses. Il ne pouvait peut-être arriver aux Naturels du pays un plus grand malheur que cette découverte : on leur a ôté, en les mettant sous le joug, le plus précieux de tous les biens, je veux dire la liberté. Pillés, dépouillés, on a exercé contre eux des cruautés horribles. Enfin, ces pauvres mortels dont le crime était d’être nés, sans le savoir, les dépositaires des trésors de la nature, éprouvent les effets les plus funestes, les plus criants, de l’injustice, de la violence. Et pendant qu’on faisait sonner bien haut le zèle évangélique pour travailler au salut éternel de ces nations, on les traitait d’une manière anti-chrétienne et tout opposé à la morale de l’Évangile. Et cela pourquoi ? Parce qu’ils employaient les moyens légitimes pour défendre leurs droits naturels. » (Introduction du chapitre intitulé Dissertation générale sur l’Amérique, p. 75)

Publiée au début du siècle des Lumières, la carte reflète aussi la soif de connaissance des Européens, notamment au sujet du Nouveau Monde, de ses peuples et de ses ressources naturelles. Ce besoin séculaire de savoir est d’ailleurs souligné dans la phrase initiale de l’Atlas historique : « Il est si naturel de vouloir connaître le monde que ce désir a été de tous les siècles et de tous les pays. » Trois siècles plus tard, La Saga des Béothuks en fait état: « Les Béothuks étaient les vrais hommes. Les vrais hommes ont toujours des choses à apprendre. Ils sont éternels par leur besoin de savoir, de connaître, de donner.» (*)

La Carte très curieuse de la mer du Sud pourrait faire l’objet d’une analyse en profondeur en étudiant d’une façon exhaustive la vie et l’œuvre d’Henri Abraham Châtelain, la genèse de cette carte dans le contexte historique de son époque et de l’évolution de la cartographie à travers les âges. Elle pourrait aussi être analysée sous l’angle des nouvelles interprétations contemporaines des cartes anciennes et modernes.

RÉFÉRENCES

A - Carte

1719 - Carte très curieuse de la mer du Sud (Henri Abraham Châtelain) / Wikipédia - MNBAQ.

Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) / Nathalie Thibault, conservatrice des archives, responsable de la gestion documentaire et de la diffusion numérique des collections, récipiendaire du Prix Manon-Bourget 2016 (volet professionnel) de l'APTDQ; Microblogue.

B - Gravure

La gravure en taille douce (Musée lorrain)
Techniques de la gravure (Maxime Préaud) (BnF)

C - Documentation

Atlas historique / Tome VI (Henri Abraham Châtelain) (Gallica/BnF) [Extraits reproduits en français moderne dans ce billet] / Carte tres curieuse de la mer du Sud : vues 223 et 226.

Le site commercial Carta Historica présente une biographie d’Henri Abraham Châtelain et une description de son Atlas historique (genèse, contenu, survol, cartes) / Auteur cité : Ronald Vere Tooley (1898-1986) (Wikipedia).

Litalien, Raymonde; Palomino, Jean-François; Vaugeois, Denis. - La mesure d’un continent: atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814. - Québec: Septentrion, 2008. - 300p. - ISBN 978-2-89448-549-1. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 911.7 L et GA/401/L583/2008 RSV. - Prêt numérique.
La Carte tres curieuse de la mer du Sud (1732) est reproduite aux pages 142-143. Elle provient des collections du Musée Steward. La carte est légendée par Jean-François Palomino. Selon le cartothécaire de BAnQ, cette carte témoigne entre autres de la popularité des cabinets de curiosités à cette époque. Les illustrations intitulées Pêche des morues et Manège et industrie des castors sont reproduites respectivement aux pages 12 et 13.

Grammaire de la carte (Claude Trudel). - Le livre présente les principaux éléments constitutifs de la carte en vue de favoriser l’observation, l’étude ou l’analyse d’anciennes cartes géographiques.

(*) Assiniwi, Bernard. - La Saga des Béothuks. - Montréal/Arles : Leméac/Actes Sud, 1996. - P. 230. - Dans Gatti, Maurizio. - Littérature amérindienne du Québec. Écrits de langue française. - Préface de Robert Lalonde. - Nouvelle édition revue et augmentée. - Montréal : Bibliothèque québécoise, 2016. - 313p. - ISBN 978-2-89406-305-7. - [Citation, p. 138, et profil de l'auteur Bernard Assiniwi (1935-2000), p. 244-246]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ : ASS Ber sa et C843.54 A8483s 2016.

D - Biographies

Thomas Aubert (Gustave Lanctot) (DBC)
Jean Cabot (Jean Cabota) (c.1450-c.1498-1508) (R. A. Skelton) (DBC)
Jacques Cartier (1491-1557) (Marcel Trudel) (DBC)
René-Robert Cavelier De La Salle (1643-1687) (Céline Dupré) (DBC)
Henri Abraham Châtelain (1684-1743) (Carta Historica)
Christophe Colomb (1451-1506) (Wikipédia)
Hernán Cortés (1485-1547) (Wikipédia)
Guillaume Dampierre (William Dampier) (1651-1715) (Wikipédia)
François Darc (Francis Drake) (1540-1596) (Wikipédia)
Vasco de Gama (Vasques de Gama) (c.1460 ou 1469-1524) (Wikipédia)
Anthony de la Roché (?-1675) (Wikipédia)
Guillaume Delisle (1675-1726) (Wikipédia)
Alonso Fernández de Lugo (1456-1525) (Ferdinand Lugo) (Wikipédia)
Ferdinand de Magellan (1480-1521) (Wikipédia)
Sebald de Weert (1567-1603) (Wikipédia)
Bartolomeu Dias (Bartelemy Dioz) (1450-1500) (Wikipédia)
Nicolas Gueudeville (1652-1721) (Wikipédia)
Jacques L'Hermite (1582-1524) (Wikipédia)
Charles Le Gobien (1652-1708) (Wikipédia)
Jacob Le Maire (c.1585-1616) (Wikipédia)
Pierre Le Moyne d’Iberville (1661-1706) (Bernard Pothier) (DBC)
Robert Machin (14e siècle) (Wikipedia)
Moctezuma (1466-1520) (Wikipédia)
Guillaume Schouten (Willem Schouten) (1567-1625) (Wikipédia)
Olivier van Noort (Olivier du Nord) (1558-1627) (Wikipédia)
Jean Verrazzano (Giovanni da Verrazzano) (William F. E. Morley) (DBC)
Amerigo Vespucci (1454-1512) (Wikipédia)
João Gonçalves Zarco (Ican Zarco) (c.1390-1471) (BookWiki)
Antoine Zen (Antonio Zeno) (14e siècle) (Wikipédia)

E - Actualité

L’historien Jean-François Nadeau évoque la conquête espagnole du Mexique et la pratique du cannibalisme dans sa chronique intitulée Manger l’autre (Le Devoir, 25 janvier 2021).

25 janvier 2021

Les plantes alimentaires


Nouvelle publication > Plantes alimentaires


EXTRAITS

Photographies

Cet album photo présente une sélection de photos prises au Jardin botanique de Montréal.

Symboles

Les symboles réfèrent à des notices historiques ou ethnobotaniques contenues dans ces ressources :

● Flore laurentienne (Marie-Victorin)
⁜ Flora of North America (FNA)
□ Native American Ethnobotany Database (NAED)
⁘ Encyclopédie des plantes alimentaires (Michel Chauvet)
⸬ Guide des fleurs du jardin (Gérard Guillot).

Exemples

Tournesol (Common Sunflower)
Helianthus annuus
Asteraceae
● ⁜ □ ⁘ ⸬


Gainier rouge (Eastern Redbud)
Cercis canadensis
Caesalpiniaceae


Documentation

⁘ Chauvet, Michel. - Encyclopédie des plantes alimentaires. 700 espèces du monde entier, 1 700 dessins. - Paris : Belin, 2018. - 877 p. - ISBN 978-2-7011-5971-3.

⁜ Flora of North America (FNA). - Contributions de plusieurs botanistes québécois, dont celles de Luc Brouillet et Jacques Cayouette.

⸬ Guillot, Gérard. - Guide des fleurs du jardin. 800 espèces, 1 500 photos. - Paris : Belin, 2015. - 696 p. - ISBN 978-2-7011-8310-7.

● Marie-Victorin, frère. - Flore laurentienne. - Illustrée par frère Alexandre. - 3e édition mise à jour et annotée par Luc Brouillet et Isabelle Goulet (1995). - Boucherville : Gaëtan Morin, 2002. - xvi, 1093 p. - ISBN 978-2-8910-5817-8.

□ Native American Ethnobotany Database (NAED). - Université du Michigan.

Droit d’auteur

Ce livre numérique gratuit peut être reproduit d’une façon identique à des fins non commerciales.

18 janvier 2021

2 ● Concours de photos collégiennes 2020-2021

Le monde en images

Plusieurs centaines de photos ont été soumises par des collégiennes et des collégiens au Concours intercollégial de photo 2020-2021 organisé par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD). Les lauréats de ce concours annuel seront distingués par un jury. Voici une deuxième sélection personnelle de photos soumises au concours dans différentes catégories:

De blanc et de vert (Paysage naturel)
© 2020, Karl Traoré, Le monde en images, CCDMD


Le long hiver / Ville de Québec (Art)
© 2020, Melina Murray, Le monde en images, CCDMD

Zone rouge / Limoilou (Paysage rural)
© 2020, Vianna Tardif, Le monde en images, CCDMD

L'eau utile / Port de Québec (Infrastructures et transport)
© 2020, Anne-Sophie Bélanger, Le monde en images, CCDMD

Énergie radioactive / Ville de Québec (Objet)
© 2020, Maxime Leblanc, Le monde en images, CCDMD

Je vous invite à voir toutes les photos soumises au Concours intercollégial de photo, à lire les descriptions et notes explicatives des autrices et des auteurs, puis à consulter leurs collections respectives.

Quel plaisir d’admirer les talents et visions photographiques des collégiennes et collégiens du Québec.

Félicitations à toutes les participantes et à tous les participants!

Concours intercollégial de photo 2020-2021

[ 1 ] - [ 2 ] - [ 3 ] - [ 4 ] - [ 5 ]

Source

Les photos téléversées dans Le monde en images peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Références

Les livres et les revues traitant de photographie sont innombrables. Une riche sélection de ces ressources documentaires dédiées aux débutant(e)s est disponible dans les bibliothèques publiques, notamment dans les Bibliothèques collégiales du Québec, les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque (BAnQ).

11 janvier 2021

Les stratégies de transformation des bibliothèques


Jean-Philippe Accart vient de publier un nouveau livre dans la série Bibliothèques et collections numériques. Bien au fait des modifications en cours dans les bibliothèques et les services d’information, il présente une vision dynamique des stratégies de transformation des bibliothèques en phase avec les mutations du monde actuel.

L’ouvrage compte une douzaine de chapitres regroupés sous quatre thèmes : L’environnement et la société, Ressources humaines et management, Les outils documentaires et la technologie, Le marketing.

L’environnement et la société

Les mutations sociales, les changements économiques, les évolutions du lieu bibliothèque et les changements juridiques sont traités dans la partie initiale du livre.

Dans le premier chapitre, l’auteur rappelle les innovations entreprises au sein des bibliothèques en vue de leur adaptation aux changements reliés aux technologies, au monde du travail, à la gestion des ressources humaines et aux attentes des usagers. Plus spécifiquement, il décrit l’impact des restrictions budgétaires dans le milieu de l’information.

Les changements économiques sont décrits au chapitre 2 avec moult exemples : diminution du personnel et réduction des heures d’ouverture, sous-traitance externe recours exclusif aux solutions numériques. Les problématiques suivantes sont ensuite abordées : la hausse des frais d’abonnement aux revues et bases de données, l’information gratuite et payante, les enjeux stratégique, économique et culturel de l’information, les types d’information, la théorie des biens communs de la connaissance.

Le chapitre 3 porte sur les évolutions du lieu bibliothèque traite de la complémentarité entre le lieu physique et le monde virtuel. L’exposé porte sur ces exemples : la bibliothèque troisième lieu, l’atelier de fabrication collaboratif, la recherche ouverte en innovation, les espaces publics numériques, l’atelier numérique ouvert, l’atelier de réparation, le cotravail, le carrefour d’apprentissage, la bibliothèque intelligente intégrée à une ville connectée, les espaces de bien-être, les lieux d’accueil, la bibliothèque verte.

La réglementation en matière de protection des données personnelles appliquée aux bibliothèques fait l’objet du chapitre 4, dans le contexte de l’Union européenne.

Ressources humaines et management

La deuxième partie de l’ouvrage présente des nouvelles théories de la gestion applicables aux bibliothèques et, à titre d’exemple, plusieurs enseignements significatifs.

Dans le chapitre 5, l’auteur décrit d’une façon exhaustive cinq théories portant sur la gestion participative, la gestion par la bienveillance, la gestion par l’empathie, la gestion du changement et la gestion de projet.

Le chapitre suivant souligne l’importance des relations interpersonnelles entre le responsable administratif et ses équipes, en particulier lors de réunions de service. Dans ce contexte, trois approches sont explicitées : la conception créative ou gestion d'un problème ou d'un projet d'innovation centrée sur l'usager, l’expérience utilisateur, les méthodes agiles impliquant des pratiques de travail et des relations professionnelles souples et non directives.

Les outils documentaires et la technologie

La troisième partie traite des transformations des bibliothèques dans le contexte des innovations et pratiques technologiques.

Le chapitre 7 présente la bibliothèque sous l’angle de service plutôt que sous l’angle institutionnel. À cet égard, l’auteur passe en revue les différents types de plateformes numériques, dont les plateformes de services, les portails d’information documentaire, les plateformes de veille, les plateformes sociales. En complément, l’archivage numérique de documents est abordé sous l’angle du libre accès aux données.

Le chapitre suivant décrit d’autres technologies susceptibles d’être utilisées en bibliothèque : la chaîne de blocs, la réalité augmentée, l’intelligence artificielle et la robotique.

Le marketing

Les derniers chapitres portent sur les défis que doivent relever les bibliothèques dans le contexte de la dimension numérique de plus en plus prégnante de la vie sociale.

Le chapitre 9 indique comment optimiser la notoriété des services d’information et des bibliothèques en fonction de leurs usagers. Plusieurs outils peuvent être utilisés pour soutenir les relations continues entre les bibliothèques et leurs usagers, par exemple un blogue, un service de référence, des recensions d’ouvrage, un service de questions-réponses, des appels à contribution, des messages et échanges sur des réseaux sociaux. La planification de cette démarche d’optimisation est décrite en cinq étapes.

Le chapitre 10 porte sur la médiation, l’usager devant toujours être au cœur de toutes les actions et interactions entreprises par les membres du personnel des bibliothèques et services d’information. Les diverses facettes de la médiation sont décrites d’une façon détaillée : documentaire, sociale, culturelle, numérique, scientifique, technologique et pédagogique.

Le chapitre 11 est centré sur les dimensions de l’identité numérique de la bibliothèque, tandis que le dernier chapitre traite de l’adoption d’une stratégie de marque en bibliothèque.

Préfacé par Michel Gorin, le livre est complété par une bibliographie et un index.

Appréciation

Le livre de Jean-Philippe Accart constitue un recueil de ressources innovantes et de stratégies de transformation éprouvées. Ces ressources et stratégies sont aussi un répertoire d’idées et de pratiques appliquées aux services de documentation et aux bibliothèques dans un monde en constante mutation.

Référence

Accart, Jean-Philippe. - Les stratégies de transformation des bibliothèques. - Londres : ISTE Group, 2021. - (Collection Informatique, Série Bibliothèques et collections numériques, volume 3). - 170 p. - ISBN : 978-1-7840-5699-5. - BAnQ : à venir.

Image

Bibliothèque Marc-Favreau © 2017, Claude Trudel, Le monde en images, CCDMD.

Située à deux pas du métro Rosemont, la bibliothèque Marc-Favreau est l’une des plus importantes du réseau des bibliothèques de Montréal étant donné ses 3 000 m² de superficie. Nommé à la mémoire du comédien et créateur de Sol, cet édifice moderne et avant-gardiste a été conçu selon 4 grands axes : vocation familiale, nouvelles technologies, design et développement durable. On y retrouve une salle de lecture pour les adultes, une pièce colorée dotée d’un plancher chauffant pour les 0 à 4 ans et un espace à la fine pointe de la technologie pour les adolescents. — Source : Ville de Montréal.

Site de l’auteur

Jean-Philippe Accart (Site dédié aux professionnels de l’information-documentation)

Autres livres de l’auteur

Personnaliser la bibliothèque
Documentation
La médiation à l’heure du numérique
Les 500 mots métiers
Le Métier de documentaliste
Regards croisés sur les métiers des sciences de l’information
Mémento de l’information numérique
Communiquer !
Les services de référence