11 juin 2021

Un petit boulot à côté / P.D. James


Lorsque vous lirez ces mots, je serai mort. Depuis combien de temps, ça je ne peux pas le dire.

Une nouvelle posthume de la célèbre écrivaine anglaise Phyllis Dorothy James. Un récit de 17 pages.

L’auteure divise son texte en deux parties : 16 pages pour la planification du meurtre et la dernière page pour l’exécution fatale. Le titre de la nouvelle trouve sa justification à la dernière page. L’image de la page de titre révèle deux indices : des bâtons de golf, dont un ensanglanté, et une clef.

Les deux premières phrases de l’incipit, citées ci-dessus, annoncent la dimension marquante du récit : la temporalité. Les préparatifs du meurtre se déroulent au cours de plusieurs années. Ils sont détaillés. Par contre, le dénouement est très bref. L’assassin tient à révéler les motifs et sa détermination à tuer sa victime, mais il tient tout autant à cacher ces faits de son vivant. Le récit est donc un long monologue, une introspection jubilatoire.

Voyons comment le narrateur relate les préparatifs de son assassinat, l’essentiel de la nouvelle y étant consacré.

Au point de départ, la présentation des protagonistes: deux élèves fréquentant le même internat. Le premier est fils unique d’un riche homme d’affaires, le second d’origines beaucoup plus modestes. La terreur de l’école Keith Manston-Green, et le narrateur, son souffre-douleur. Le 15 février 1938 à 18 heures, celui-ci décide de tuer le caïd : Je n’étais pas pressé, mais je devais le faire.

Une phase transitoire : le narrateur, devenu adulte, hérite de la serrurerie de son père et d’un petit boulot qu’il avait à côté.

Le récit se poursuit avec moult détails sur les recherches et les suivis de la prochaine victime: emploi, domicile, crainte au cours de la Seconde Guerre mondiale. Puis arrive l’année décisive : En 1953, je décidais qu’il était temps de mettre en place des mesures décisives pour l’éliminer. Les péripéties suivantes sont au cœur du récit (10 pages). Laissons aux lecteurs le plaisir de les découvrir, étape par étape, en suivant les raisonnements successifs du narrateur.

Le polar est assurément une grande réussite littéraire. La révélation finale du petit boulot du narrateur est particulièrement bien réussie.

Une nouvelle saisissante !

Compléments

La nouvelle Un petit boulot à côté est suivie de l’essai posthume de P.D. James intitulé Le plus noir des crimes.

Le livre est complété par une rétrospective des œuvres de l’auteure sous ces rubriques:

- Découvrez l’œuvre magistrale de P.D. James (critiques)
- Le cycle Adam Dalgiesh (résumés)
- Le cycle Cordelia Gray (résumés)
- Autres romans et recueils de nouvelles (résumés).

Référence

James, Phyllis Dorothy. - Le plus noir des crimes. Inédit. - Traduit de l’anglais par Anne Durban. - Paris: Fayar, 2020. - 71p. - (Fayard noir). - Citations, p. 11, 13, 14, 16. - ISBN 978-2-21371-751-7. - Bibliothèques de Montréal: JAM PD pl 02.2021.

Image

Photo © Claude Trudel, 2021.