31 mai 2019

Mystères à l’école / nouvelles jeunesse


Un recueil de quinze nouvelles destinées aux jeunes du secondaire.

Richard Migneault, directeur de publication, présente ainsi cette anthologie: «Je vous lance le défi, en vous offrant ces courtes histoires, de goûter au plaisir de lire des nouvelles. Pas celles qu’on peut lire dans le journal ou dont on prend connaissance à la télévision, à la radio ou sur Internet. Non. La nouvelle, ce genre littéraire méconnu.»

Le livre vise donc un double but: répondre au goût de lecture des jeunes et faire découvrir la nouvelle, un genre littéraire particulier. Celui-ci est d’ailleurs brièvement décrit dans la suite de l’Avant-propos.

Quinze nouvelles par quinze auteurs: Chantal Beauregard, Geneviève Blouin, Simon Boulerice, Laurent Chabin, Evelyne Gauthier, Karine Lambert, Martine Latulippe, André Marois, Richard Migneault, Suzanne Myre, Julie Rivard, Sonia Sarfati, Robert Soulières, Chloé Varin et Pierre-Yves Villeneuve.

Je me suis empressé de lire la nouvelle de Robert Soulières: On sort Carignan! (d’après un fait vécu arrangé avec le gars des vues), p. 203-219. Sujet d’actualité à l’école, péripéties réalistes et rocambolesques, personnages typés et crédibles, dialogues incisifs dans un langage oral populaire. Une citation: «Les squelettes des trois fins finauds ont la chair de poule et tremblent de partout. On entend leurs os s’entrechoquer.»

Je laisse au lecteur le soin de lire les autres nouvelles.

Les remerciements de Richard Migneault, insérés à la fin du livre, méritent aussi d’être lus. Des témoignages de reconnaissance envers les personnes qui l’ont formé comme lecteur, notamment le personnel de la Bibliothèque Georges-Vanier, rue Workham, dans la Petite-Bourgogne, trois fameux auteurs (Hergé, Jules Vernes, Ian Fleming), son enseignant de français de dixième année au Collège Saint-Henri et, lorsqu’il étudiait au Cégep du Vieux-Montréal, le célèbre libraire Henri Tranquille (1916-2005). Enfin, les derniers mots sont adressés aux jeunes lecteurs du recueil.

En plus des histoires, les jeunes lecteurs vont aimer aussi la mise en page et le poids plume du volume.

Référence

Migneault, Richard, dir. - Mystères à l’école. Nouvelles. - Montréal: Druide, 2018. - 270p. - (Grimoires). - ISBN 978-2-89711-450-3. - [Citation liminaire, Avant-propos, p. 11]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: Roman jeune et 843.0108092 M9987 2018.

Image

Photo © Claude Trudel 2018

Maintenant, Gabrielle aperçoit l’affreux bâtiment de briques brunes depuis la fenêtre de sa chambre. (Geneviève Blouin, Dans les entrailles du dragon de briques, p. 34)

Article connexe

Nouvelles | Crimes à la librairie

24 mai 2019

Les tulipes en vedette

La grande et splendide exposition des tulipes est en cours au Jardin botanique de Montréal. Cette année, quatre nouveaux cultivars sont à l’honneur:

1a / Tulipe triomphe, Tulipa ‘Darwin Hybrid Mixture’ dans les platebandes de l’accueil (sur la rue Sherbrooke)


1b / Tulipe triomphe, Tulipa ‘Darwin Hybrid Mixture’ dans les platebandes de l’accueil (sur la rue Sherbrooke)


2a / Tulipe hybride de Darwin, Tulipa ‘Blushing Purple’ dans les Jardins d’accueil


2b / Tulipe hybride de Darwin, Tulipa ‘Blushing Purple’ dans les Jardins d’accueil


2c / Tulipe hybride de Darwin, Tulipa ‘Blushing Purple’ dans les Jardins d’accueil


3 / Tulipe triomphe, Tulipa ‘Lalibela’ dans le Jardin de la paix (adjacent au restaurant)


4 / Tulipe hybride de Darwin, Tulipa ‘Match’ dans le Jardin de la paix (adjacent au restaurant)


Au total, plus de 80 000 plants de tulipes sont exposés.

L’accès aux Jardins d’accueil et au Jardin de la paix est gratuit.

Bonne visite au Jardin botanique de Montréal !

Images

Photos © Claude Trudel, Le monde en images, CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle.

Article connexe

Beauté et diversité des tulipes

17 mai 2019

La structure des plantes


L’ouvrage Structure des plantes des auteurs Bryan G. Bowes (Université de Galsgow) et James D. Mauseth (Université du Texas) s’adresse aux étudiants, enseignants et chercheurs, ainsi qu’aux artistes et simples amateurs d’histoire naturelle.

L’ouvrage est ainsi organisé:

1° préliminaires: Préface, Abréviations, Remerciements, Dédicaces, Auteurs;
2° matière (huit chapitres): Introduction, La cellule végétale, Histologie végétale, Méristèmes apicaux (genèse de la tige et de la racine primaires), La feuille, La tige, La racine, La reproduction végétale;
3° compléments: Bibliographie, Glossaire, Index.

L’introduction présente le contenu du livre tout en illustrant la méthodologie des auteurs. Comme les autres chapitres, le chapitre initial compte deux parties: l’exposé des notions suivi des images.

Ce premier chapitre est subdivisé en six sections: Les différentes plantes terrestres, Transpiration et translocation chez les plantes vasculaires, Morphologie générale des Angiospermes, Anatomie vasculaire des Angiospermes, reproduction et caractères floraux des Angiospermes, Thématique de l’ouvrage. La seconde partie compte 46 images légendées (photos, coupes, schémas), toutes les notions présentées dans la partie initiale étant illustrées.

Exemples

Le livre compte 580 illustrations légendées (photos, coupes, schémas). À titre d’exemple, des photographies similaires à celles figurant dans chacun des chapitres avec un aperçu de leur légende respective inscrite sous les photos numérotées. Ces photos ont été prises au Jardin botanique de Montréal.

1 / Introduction


Sorbier des oiseaux, Sorbus aucuparia, Rosaceae / Feuille composée [Voir l'illustration n° 29].

2 / La cellule végétale


Marronnier, Aesculus hippocastanum, Hippocastanaceae / Les couleurs allant du jaune à l’orangé sont dues à l’accumulation de caroténoïdes dans leurs chloroplastes dégénérés [Voir l'illustration n° 91].

3 / Histologie végétale


Alchémille jaune vert, Alchemilla xanthochlora, Rosaceae / L’eau est excrétée par de nombreux hydathodes situés sur le bord des feuilles [Voir l'illustration n° 158].

4 / Méristèmes apicaux


Ananas, Ananas comosus ‘Variegatus’, Bromeliaceae / Le fruit porte à son sommet une touffe de feuilles végétatives [Voir l'illustration n° 244].

5 / La feuille


Victoria, Victoria 'Longwood Hybrid' (Victoria amazonica x Victoria cruziana), Nymphaeaceae / Les grandes feuilles flottantes sont reliées par de longs pétioles aux racines implantées dans le sol [Voir l'illustration n° 261].

6 / La tige


Pitaya, Echinocereus enneacanthus, Cactaceae / Un bourgeon floral (dans le cercle blanc) est en train d’émerger d’une pousse [Voir l'illustration n° 364].

7 / La racine


Figuier, Ficus virgata, Moraceae / Les racines adventices naissent sur les branches [Voir l'illustration n° 410, Figuier des banians, Ficus benghalensis].

8 / La reproduction végétale


Hibiscus musqué, Hibiscus moscheutos ‘Pink Elephant’, Malvaceae / Fleur montrant le tube staminal, les nombreuses anthères et les cinq stigmates renflés à l’extrémité du style [Voir l'illustration n° 518].

Ces quelques photos montrent un tant soit peu la richesse et la diversité des photos illustrant les notions botaniques abordées et décrites dans le livre. Par ailleurs, les nombreuses coupes sont saisissantes et les schémas sont tout aussi didactiques.

Référence

Bowes, Bryan G.; Mauseth, James D. - Structure des plantes. - 2e éd. - Traduction française de Mickaël Legrand. - Versailles (France): Quae, 2012. - 288p. - ISBN 978-2-7592-1688-8. - BAnQ: 571.32 B7868s 2012.

Images

Première photo - Maïs à farine et à ensilage, Zea mays ssp. mays gr. Indentata ‘Bloody Butcher’, Poaceae / Système racinaire comprenant un très grand nombre de racines adventives qui naissent sur les nœuds situés à la base de la tige.

Photos © Claude Trudel, Le monde en images, CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle.

11 mai 2019

Méthodologie philosophique


Le titre même de l’ouvrage des professeurs Philippe Choulet, Dominique Floscheid et Jean-Jacques Wunenburger laisse entrevoir un ouvrage bien structuré. Et c’est assurément le cas.

Plan

- Les préliminaires: Sommaire, Avertissement, Mode d’emploi;

- la matière: Les textes philosophiques, La dissertation philosophique, Autres exercices;

- les compléments: Instruments de travail, Table des matières.

Avertissement

L’avertissement compte quatre sections. La première porte sur la nature de l’ouvrage et ses destinataires: un ouvrage de méthodologie philosophique [la méthode est inhérente à la philosophie elle-même] destiné aux étudiants de l’Université et des classes préparatoires aux grandes écoles. La seconde précise les exigences de l’apprentissage de la philosophie: acquérir progressivement l’art de développer les dispositions de son propre esprit à juger et à raisonner en général. La troisième aborde les voies d’accès à la philosophie: se mettre en présence d’une philosophie antérieure par une fréquentation de textes qu’il faut apprendre à lire, à expliquer et à commenter. La dernière section souligne l’importance de personnaliser les formations, selon les exigences de la filière empruntée et la filière antérieure de l’étudiant concerné.

Mode d’emploi

Les auteurs conseillent d’abord de lire le manuel au complet en suivant l’ordre chronologique de ses parties, ensuite d’approfondir son apprentissage en s’attardant à une partie selon le contexte d’étude spécifique de l’étudiant (situations pédagogiques et difficultés rencontrées). Celui-ci est d’ailleurs invité à se livrer à des exercices complémentaires d’une façon dynamique, tout en s’appropriant les directives simplifiées contenues dans les encadrés.

Parties

La première partie portant sur Les textes philosophiques contient deux sections: une approche théorique et des travaux pratiques. L’étude des textes est abordée sous trois volets: la lecture des textes, l’explication et le commentaire de texte. Des textes de Descartes, Aristote, Platon, Rousseau font l’objet de travaux pratiques présentés d’une façon didactique. Des textes de Platon, Kant, Pascal et Durkheim sont présentés sous forme de fiches rapides.

La deuxième partie portant sur La dissertation philosophique contient aussi deux sections: une approche théorique et des travaux pratiques. L’exposé porte sur la définition, la préparation et la réalisation de la dissertation. Les travaux pratiques ont trait aux questions suivantes: Que signifie: «Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre»?, Qu’est-ce qu’un maître?, L’imagination peut-elle être définie comme une faculté d’anticipation?, La fin de l’État.

La troisième partie compte également deux sections. La première traite de la contraction de texte et de la synthèse de textes. La seconde porte sur les épreuves orales.

Compléments

Les auteurs proposent trois instruments de travail: Lexique, Orientations bibliographiques et Index. Les références contenues dans les orientations bibliographiques sont ainsi réparties:

- Outils de travail / Vocabulaire, Cadres généraux de la philosophie (histoires générales de la philosophie, périodes et principaux courants de l’histoire des idées philosophiques, ouvrages de synthèse);

- Textes fondamentaux d’histoire de la philosophie / Anthologies de textes, textes complets (quelques titres accessibles);

- Ouvrages d’approfondissement de la culture philosophique / Introduction à la philosophie, Philosophie générale, philosophie juridique et politique, Éthique, Esthétique, Épistémologie, Sciences humaines, anthropologie.

La Table des matières complète été l’ouvrage.

La rigueur intellectuelle et le souci didactique caractérisent l’ensemble du manuel. La mise en page du livre est conséquente.

Un guide pratique pour réussir ses études en philosophie!

Référence

Choulet, Philippe; Floscheid, Dominique; Wunenburger, Jean-Jacques. - Méthodologie philosophique. - 4e éd. - Paris: PUF, 2018. - xiv, 366p. - (Quadrige Manuels). - ISBN 978-2-13-080342-3. - BAnQ: 107 C5527m 2018.

Image

Photo © Claude Trudel, Le monde en images, CCDMD.

Articles connexes

Les grandes notions de la philosophie
Pour comprendre la philosophie
Profession philosophe

04 mai 2019

À la rencontre des romans français


Christophe Hardy nous propose un voyage culturel aussi plaisant qu’instructif dans son livre consacré à la littérature française.

L’auteur présente vingt-quatre textes, du Moyen Âge à nos jours, d’auteurs célèbres (presque tous masculins), dont Chrétien de Troyes, Béroul, Rabelais, La Fontaine, Madame de La Fayette, Montesquieu, Voltaire, Laclos, Stendhal, Balzac Dumas, Flaubert, Hugo, Gautier, Verne, Zola, Proust, Céline, Camus, Giono et Cracq.

Exemple

La lecture des recensions est captivante. La mise en page est didactique. Voyons un exemple: La Princesse de Clèves, Madame de La Fayette (1678).

Le chapitre dédié à ce livre débute par une double page: le numéro du chapitre, le titre de l’œuvre, son auteure, la date de parution et un bref extrait du début du roman.

Introduction

L’introduction résume l’histoire d’une façon magistrale: «Imaginée par une aristocrate de la cour de France au temps des Bourbons (XVIIe siècle), l’histoire est celle d’une aristocrate de la cour de France au temps des Valois (XVIe siècle): Mlle de Chartres, épouse Clèves, rencontre la passion et, très volontairement, refuse de la vivre. Simplifier ainsi la courbe du roman, c’est mettre à nu, sous les fastes du décor historique et ceux du beau langage, ferme et précis, la violence du drame intérieur que se joue là, où tout ce qui est ardent, troublant, vivant finit comme étouffé sous la cendre.»

Exposé

L’exposé est ainsi structuré (œuvre, passion, extrait, auteure, encadrés):

1° - l’œuvre sous plusieurs volets: Prestige de la cour, choix de la solitude; Se voir, s’éprendre, s’examiner; Épier, dissimuler, avouer;

2° - la passion selon l’auteure: L’amour, une passion dérangeante et désordonnée; La tranquillité, mère de toutes les batailles; Amour mort ou préservé?

3° - un extrait du roman (commenté et annoté):

[début] Il se rangea derrière une des fenêtres qui servaient de porte, pour voir ce que faisait Mme de Clèves. Il vit qu’elle était seule ; mais il la vit d’une si admirable beauté qu’à peine fut-il maître du transport que lui donna cette vue. Il faisait chaud, et elle n’avait rien sur sa tête et sur sa gorge que ses cheveux confusément rattachés. Elle était sur un lit de repos, avec une table devant elle, où il y avait plusieurs corbeilles pleines de rubans ; elle en choisit quelques-uns, et M. de Nemours remarqua que c’étaient les mêmes couleurs qu’il avait portées au tournoi. Il vit qu’elle en faisait des nœuds à une canne des Indes, fort extraordinaire, qu’il avait portée quelque temps, et qu’il avait donnée à sa sœur, à qui M. de Clèves l’avait prise sans faire semblant de la reconnaître pour avoir été à M. de Nemours. Après qu’elle eut achevé son ouvrage, avec une grâce et une douceur que répandaient sur son visage les sentiments qu’elle avait dans le cœur, elle prit un flambeau et s’en alla proche d’une grande table, vis-à-vis du tableau du siège de Metz, où était le portrait de M. de Nemours ; elle s’assit, et se mit à regarder ce portrait avec une attention et une rêverie que la passion seule peut donner.

On ne peut exprimer ce que sentit M. de Nemours dans ce moment. Voir au milieu de la nuit, dans le plus beau lieu du monde, une personne qu’il adorait ; la voir sans qu’elle sût qu’il la voyait, et la voir tout occupée de choses qui avaient du rapport à lui et à la passion qu’elle lui cachait, c’est ce qui n’a jamais été goûté ni imaginé par nul autre amant.

Ce prince était aussi tellement hors de lui-même qu’il demeurait immobile à regarder Mme de Clèves, sans songer que les moments lui étaient précieux. Quand il fut un peu remis, il pensa qu’il devait attendre à lui parler qu’elle allât dans le jardin ; il crut qu’il le pourrait faire avec plus de sûreté, parce qu’elle serait plus éloignée de ses femmes ; mais, voyant qu’elle demeurait dans le cabinet, il prit la résolution d’y entrer. Quand il voulut l’exécuter, quel trouble n’eut-il point ! Quelle crainte de lui déplaire ! Quelle peur de faire changer ce visage où il y avait tant de douceur, et de le voir devenir plein de sévérité et de colère !

Il trouva qu’il y avait eu de la folie, non pas à venir voir Mme de Clèves sans être vu, mais à penser de s’en faire voir ; il vit tout ce qu’il n’avait point encore envisagé. Il lui parut de l’extravagance dans sa hardiesse de venir surprendre, au milieu de la nuit, une personne à qui il n’avait encore jamais parlé de son amour. Il pensa qu’il ne devait pas prétendre qu’elle le voulût écouter, et qu’elle aurait une juste colère du péril où il l’exposait par les accidents qui pouvaient arriver. Tout son courage l’abandonna, et il fut prêt plusieurs fois à prendre la résolution de s’en retourner sans se faire voir. Poussé néanmoins par le désir de lui parler, et rassuré par les espérances que lui donnait tout ce qu’il avait vu, il avança quelques pas, mais avec tant de trouble qu’une écharpe qu’il avait s’embarrassa dans la fenêtre, en sorte qu’il fit du bruit. Mme de Clèves tourna la tête, et, soit qu’elle eût l’esprit rempli de ce prince, ou qu’il fût dans un lieu où la lumière donnait assez pour qu’elle le pût distinguer, elle crut le reconnaître ; et, sans balancer ni se retourner du côté où il était, elle entra dans le lieu où étaient ses femmes. Elle y entra avec tant de trouble qu’elle fut contrainte, pour le cacher, de dire qu’elle se trouvait mal ; et elle le dit aussi pour occuper tous ses gens, et pour donner le temps à M. de Nemours de se retirer. Quand elle eut fait quelque réflexion, elle pensa qu’elle s’était trompée, et que c’était un effet de son imagination d’avoir cru voir M. de Nemours. [fin]

4° - l’auteure: Une position sociale éminente, un tempérament secret; Une femme de lettre; Une fin désespérante ou une porte étroite ouverte vers le bonheur?

5° - quelques encadrés critiques insérés ici et là, ainsi qu’une note informative en marge.

Compléments

La recension est complétée par cinq rubriques: Lire (livres); Écouter (enregistrements audio); Voir (films); Éléments de contexte (chronologie sommaire); Jouer pour retenir (questions et réponses).

L’ouvrage est précédé par un exergue, une introduction. Les parties référentielles sont reportées à la fin du livre: table des matières, index, publications du même auteur, notice bibliographique.

Un livre fort intéressant pour s’initier à des œuvres exemplaires et des auteurs marquants de la littérature française.

Référence

Hardy, Christophe. - À la rencontre des romans français. - Paris: Scrineo, 2018. - 478p. - (L’éléphant). - ISBN 978-2-3674-0571-1. - [Exemple: Chapitre 8 - La Princesse de Clèves, p. 118-137; citation: p. 120]. - [Extrait: Bibliothèque électronique du Québec]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 843.00923 HAR et 843.009 H268L 2018.

Image

Photo © Claude Trudel, Le monde en images, CCDMD.

«Sitôt que la nuit fut venue, il entendit marcher, et, quoiqu’il fît obscur, il reconnut aisément M. de Nemours. Il le vit faire le tour du jardin, comme pour écouter s’il n’y entendait personne, et pour choisir le lieu par où il pourrait passer le plus aisément. Les palissades étaient fort hautes, et il y en avait encore derrière, pour empêcher qu’on ne pût entrer, en sorte qu’il était assez difficile de se faire passage.» [Extrait de La Princesse de Clèves: Bibliothèque électronique du Québec].

Article connexe

La Princesse de Clèves