21 novembre 2019

La lettre de Gabriel Nadeau-Dubois


Lettre d’un député inquiet à un premier ministre qui devrait l’être, le nouveau livre du jeune député de Gouin publié chez Lux Éditeur. Une lecture rapide pour découvrir l’ouvrage. Une relecture pour en approfondir la composition. À la suite de cette double exploration, je vous propose cette brève recension.

Conformément au type de production épistolaire, la lettre débute par un appel, Monsieur le premier ministre, et se termine par une salutation et le nom de l’auteur, Solidairement vôtre, Gabriel Nadeau-Dubois.

La lettre compte une Introduction et quatre chapitres: Il n’est jamais trop tard pour bien faire, Les concierges, Avons-nous les pieds coulés dans le béton?, Tempête économique. Le texte est architecturé d’une façon exemplaire.

L’incipit de chaque partie commence par une date et un événement évocateur:
- un débat télévisé en septembre 2014 mettant aux prises Gabriel Nadeau-Dubois, Youri Chassin et François Legault;
- un discours d’Edward Teller prononcé le 4 novembre 1959 à l’assemblée du 100e anniversaire de l’American Petroleum Institute;
- une rencontre entre Gabriel Nadeau-Dubois et Luc Ferrandez quelques mois après le 14 mai 2019;
- l’élection nationale du 1er octobre 2018;
- une tempête de poussière survenue à New York le 11 mai 1934.
Le recours aux faits historiques pour introduire un thème ou soutenir une argumentation est un trait distinctif de l’auteur.

La lettre est un texte argumentatif, comme l’indique le titre de l’ouvrage. La thèse de Gabriel Nadeau-Dubois est d’ailleurs explicitement formulée au début de l’ouvrage: «Vous êtes premier ministre du Québec, le monde est menacé par une crise civilisationnelle, mais cela ne semble pas vous tourmenter outre mesure. Moi, cela m’empêche de dormir.» Les comparaisons et confrontations entre ces deux visions du monde sont omniprésentes tout au long de la missive.

Introduction - Le contexte

L’introduction compte quatre parties portant sur le contexte (idéologique, politique et climatique) du Québec et du monde.

Dans la première partie, Gabriel Nadeau-Dubois met en lumière les différences idéologiques, politiques et sociales entre lui et le premier ministre. Ce procédé argumentaire porte notamment sur la comparaison entre les conceptions utilitariste et humaniste de l’éducation universitaire.

La deuxième partie porte sur les pouvoirs considérables d’un premier ministre dans un système parlementaire: le contrôle du législatif, de l’exécutif et de l’administration publique. Les contre-pouvoirs sont aussi évoqués: les oppositions parlementaires, les tribunaux, l’opinion publique et les groupes organisés.

La troisième partie porte sur l’urgence climatique mise en lumière par le cri d’alarme du secrétaire général des Nations unies, un rapport du groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité, et les recommandations du Groupe international d’experts sur le climat (GIEC).

Après avoir exposé ces faits indéniables, le destinateur invite le premier ministre à relever le défi écologique afin de rendre le monde habitable.

Citation > On accuse souvent les écologistes de tenir un discours apocalyptique. C’est injuste. Ce ne sont pas les écologistes qui provoquent le dérèglement de la nature, pas plus que les catastrophes. Ces dernières sont causées par nos pratiques économiques. Ce sont ces pratiques que les faits accusent. Ce sont ces forces économiques qui doivent être modérées pour que la société dure.

Chapitre 1 - Les changements climatiques

La première partie est consacrée à l’industrie pétrolière, principal acteur responsable de la crise climatique. L’auteur démontre que depuis des décennies cette industrie sait et cache la vérité au sujet de l’empoisonnement du monde de la vie par les énergies fossiles. Comptant plus de huit pages, c’est un des exposés les plus forts de la lettre.

La partie suivante présente les prédictions scientifiques en matière de changements climatiques. Outre le scénario du pire (6 °C), trois scénarios sont explicités: 4,5°C, 3,2 °C et 2 °C d’augmentation moyenne de la température. Comme l’exposé précédent, et comptant aussi plus de huit pages, cet exposé est un des plus forts de la lettre.

L’importance d’agir rapidement pour atténuer les impacts négatifs des changements climatiques est rappelée en fin de chapitre.

Citation > Depuis des décennies, l’industrie des énergies fossiles sait que ses propres activités menacent la stabilité du climat mondial et, par conséquent, la vie de millions d’êtres humains.

Chapitre 2 - Les politiciens

Les deux parties de ce chapitre sont annoncées par un appel protocolaire, monsieur le premier ministre. Par ailleurs, l’appel nominal monsieur Legault est lancé à plusieurs reprises pour interpeller le destinataire sur un fait ou un argument particulier: Ainsi, Je sais bien, vous et moi, sur ce point, Or, Je pense. Ce procédé littéraire est utilisé dans toutes les parties du livre.

La partie initiale explique pourquoi les politiciens trouvent difficile la défense de l’écologie, cette démarche impliquant le courage et la patience. À titre d’exemple, la démission du populaire maire d’arrondissement Luc Ferrandez et la construction d’une mégacimenterie à Port-Daniel.

La seconde partie rappelle deux imbroglios révélateurs survenus au cours de la campagne électorale de 2018: les escouades économique et environnementale du chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Citation > il est beaucoup plus facile, en politique, d’enfoncer virilement des portes ouvertes que de travailler laborieusement à transformer en profondeur la société.

Chapitre 3 - Les banlieues

Le chapitre est divisé en trois parties.

Premier point. L’analyse des résultats électoraux du 1er octobre 2018, en lien avec les caractéristiques démographiques et économiques des comtés, illustre le morcellement du Québec.

Deuxième point. Le développement des banlieues depuis les années 1950 a causé l’étalement urbain, avec ses impacts climatiques négatifs, sans même favoriser la densification démographique.

Troisième point. L’impératif de réinventer la vie de banlieue, notamment pour améliorer la qualité de vie des banlieusards: «la transformation des banlieues québécoises sera l’un des champs de bataille prioritaires de la lutte climatique au Québec.»

Citation > notre passivité actuelle a beaucoup moins à voir avec la nature humaine qu’avec le caractère de nos dirigeants. Une autre banlieue est possible, et ce ne sont ni les idées ni les technologies qui manquent pour la créer.

Chapitre 4 - Les crises historiques

Le chapitre conclusif de la lettre comte trois parties: les crises climatique et économique des années 1930, l’urgence d’agir dès maintenant, le projet d’une Révolution tranquille verte.

Gabriel Nadeau-Dubois, fort habilement, lie la fin du chapitre précédent au début du chapitre final par des extraits de chansons populaires: la Banlieue des Cowboys fringants et The Great Dust Storm de Woody Guthrie.

Le jeune député rappelle, avec un talent consommé, les causes et les conséquences tragiques de la grande sécheresse et de la Grande Dépression qui ont perduré jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Dans une perspective pédagogique, il rappelle à son destinataire le but de sa démarche: «Je vous raconte cette histoire, monsieur le premier ministre, parce que bien qu’elle se soit produite il y a quatre-vingts ans, et dans un pays voisin, elle est porteuse d’une leçon qui devrait nous interpeller.»

L’urgence climatique et la nécessité d’agir dès maintenant en faveur du climat sont exemplifiées dans la deuxième partie. Le pragmatisme idéologique du premier ministre est dénoncé avec rigueur et pertinence.

En parallèle avec le New Deal de Franklin D. Roosevelt, le jeune politicien préconise une Révolution tranquille verte, tout en remettant en question le modèle économique actuel: «L’ultimatum écologique commande des gestes que la religion économique dominante juge hérétiques.» Et de conclure: «Je ne peux rien nous souhaiter de meilleur pour l’avenir.»

Citation > Nous avons maintenant découvert que les combustibles fossiles nous tuent.

Remerciements

Après avoir esquissé la genèse de sa lettre, Gabriel Nadeau-Dubois remercie un grand nombre de personnes, dont Mark Fortier, son équipe de travail à Québec et dans Gouin, Arnaud Theurillat-Cloutier, ses amis et camarades de son aventure politique, Marie-Noëlle Foschini, ses collègues de Québec solidaire députés à l’Assemblée nationale du Québec, et sa compagne Maëlle Desjardins.

Notes

La lettre compte une cinquantaine de notes infrapaginales, dont des références aux auteurs, organismes, journaux et périodiques suivants:

- auteurs: Alexandre Shields, Annabelle Caillou, Aradhana K. Tripati, Benjamin Franta, Bill McKibben, Bob Monroe, Christine Aghazarm, Christopher D. Roberts, Corrine Le Quéré, Damian Carrington, David Wallace-Wells, Donald Worster, Elmer Robinson, France Delisle, Frank Laczko, Gabriel Béland, Gernot Wagner, Guillaume Bourgault-Côté, Hans Jonas, Harry Cockburn, Isabelle Hachey, Isabelle Paré, Jean-Philippe Corbeil, Jean-Philippe Denoncourt, John Steinbeck, Martin L. Weitzamn, Matthieu Auzanneau, Naomi Klein, Patrick Galey, R.C. Robbins, Robert A. Eagle, Samuel Larochelle, Tess Riley, Yves Bussière;

- organismes: Banque mondiale (BM), Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC), Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), Organisation internationale pour les migrations (OIM), Ouranos, Société Radio-Canada, Stanford Research Institute;

- journaux et périodiques: Earth System Science Data, Le Devoir, La Presse, The Guardian, The Independent, New York Magazine, Revue d’histoire urbaine, Science.

Plusieurs autres auteurs et organismes sont cités dans la lettre, tant du Québec que de l’étranger.

Couverture

L’image de la couverture évoque le sort problématique de l’ours blanc dans le nouveau contexte des changements climatiques.

Appréciation

Dès la grève étudiante et la crise sociale de 2012, Gabriel Nadeau-Dubois avait identifié les deux grands défis de notre temps: les changements climatiques et les inégalités sociales. Quelques années plus tard, son nouveau livre sur l’urgence climatique témoigne une fois de plus de sa maturité et de sa lucidité, de ses convictions profondes envers les institutions démocratiques, et de son implication exemplaire au service de ses concitoyennes et concitoyens. Les qualités littéraires de sa lettre sont aussi manifestes.

Référence

Nadeau-Dubois, Gabriel. - Lettre d’un député inquiet à un premier ministre qui devrait l’être. - Montréal: Lux Éditeur, 2019. - 104p. - ISBN 978-2-89596-309-7. - [Citations insérées dans le texte, p. 18, 6, 77, 93 / Citations exemplaires, p. 19, 23, 44,72, 84]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: à venir.

Image

Étang de la Maison de l’arbre Frédéric-Back - Photo © Claude Trudel 2018, Le monde en images, CCDMD.

Sur la Toile

[ 1 ] - Être le concierge de ses électeurs (Gabriel Nadeau-Dubois, Lettre d’un député inquiet à un premier ministre qui devrait l’être [extrait], Le Devoir, 8 novembre 2019)
[ 2 ] - Crise écologique: Gabriel Nadeau-Dubois écrit à François Legault (Entrevue avec Nathalie Collard, La Presse, 8 novembre 2019)
[ 3 ] - Difficile de déplaire en politique: lettre climatique de Gabriel Nadeau-Dubois à François Legault (Entrevue avec Alec Castonguay, L’Actualité, 8 novembre 2019)
[ 4 ] - Gabriel Nadeau-Dubois écrit un livre pour se faire entendre (Entrevue avec Jonathan Trudeau, Franchement dit, QUB radio, 8 novembre 2019, audio 17:21 min)
[ 5 ] - Crise climatique: Gabriel Nadeau-Dubois craint la tentation autoritaire (Patrick Bellerose, Le Journal de Québec, 8 novembre 2019)
[ 6 ] - Gabriel Nadeau-Dubois appelle à une «Révolution tranquille verte» (Marco Bélair-Cirino, Le Devoir, 9 novembre 2019)
[ 7 ] - Crise climatique: le cri du cœur sur papier de Gabriel Nadeau-Dubois (Entrevue avec François Carabin, Métro, 11 novembre 2019)
[ 8 ] - GND veut éveiller la conscience environnementale de Legault (Entrevue avec Patrick Masbourian, Tout un matin, Société radio-Canada, 11 novembre 2019, audio 14:20 min)
[ 9 ] - Gabriel Nadeau-Dubois veut conscientiser François Legault aux enjeux écologiques (Entrevue avec Marie-Louise Arsenault, Plus on est de fous, plus on lit!, Société Radio-Canada, 11 novembre 2019, audio 20:14 min)
[ 10 ] - À la hauteur du défi climatique (Entrevue avec Anne-Marie Dussault, 24/60, Société Radio-Canada, 11 novembre 2019, vidéo 08:05 min)
[ 11 ] - Urgence climatique: Gabriel Nadeau-Dubois presse François Legault d’agir (Entrevue avec Jean-Philippe Wauthier, Jean-Sébastien Girard et Olivier Niquet, La soirée est (encore) jeune, Société Radio-Canada, 16 novembre 2019, audio 14:59 min)
[ 12 ] - Congrès de Québec solidaire (Entrevue avec Caroline Lacroix, RDI matin, Société Radio-Canada, 17 novembre 2019, vidéo, 05:53 min)

Articles connexes

Gabriel Nadeau-Dubois (2018)
Plaidoyers pour la gratuité scolaire (Libres d’apprendre)
Analyse du livre « Tenir tête » (Gabriel Nadeau-Dubois)

Salon du livre de Montréal

Horaire de Gabriel Nadeau-Dubois au Salon du livre de Montréal (Place Bonaventure):

VENDREDI 22 NOVEMBRE

18 h 00 à 19 h 30 au Kiosque 411

19 h 45 à la Grande Place pour une Table ronde

20 h 30 à 21 h au Kiosque 411

SAMEDI 23 NOVEMBRE

13 h 30 à 15 h au Kiosque 411

15 novembre 2019

Plus de 5 000 photos en libre accès

Ma collection de photos téléversées sur la plateforme éducative Le monde en images compte maintenant plus de 5 000 photos en libre accès.

À titre d'exemple, voici quelques photos de plantes plus ou moins exotiques photographiées au Jardin botanique de Montréal au cours de l’année 2019 :

Anémopsis de CalifornieCardère des boisCarmantineFrangipanier rougeHippuride vulgaireLaitue d'eauLigulaire de VorobyovPenthorum faux-orpinPhégoptère du hêtreRuttye fruticuleuseSmilacine étoiléeWoodwardie de Virginie.


Images

Photos © Claude Trudel 2019, Le monde en images, CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos botaniques. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Livre numérique

Trudel, Claude. - Familles de plantes en photos. - Montréal: Smashwords, 2018. - ISBN 978-2-9815044-3-2. - [Livre numérique gratuit].

08 novembre 2019

Féerie et coloris de l’automne


L'automne est la plus belle saison de l'année, celle où la végétation se déploie davantage. […] Également caractéristique du climat laurentien est la douceur de l'automne, qui favorise la floraison d'une multitude de Composées vivaces et caulescentes, robustes plantes riches en tissus lignifiés, et que n'affecte pas une gelée occasionnelle et quelques jours froids.

Dans les prés incultes et dans les sous-bois, les Verges d'or et les Asters font les frais d'une décoration automnale prodigieusement haute en couleur. Il semble y avoir alors une Verge d'or et un Aster attitrés pour chaque habitat et pour chaque latitude, et si les espèces sont nombreuses, les individus sont légions de légions.

Mais cette explosion de couleur dans le cadre de l'automne ne se limite pas aux pièces florales, dont c'est peut-être, après tout, le rôle, en cette ère moderne des Angiospermes périanthées, de briller pour l'éjouissement et le bénéfice de la multitude des Insectes coopérateurs.

La féerie déborde le monde des corolles, s'étend comme une espèce d'enthousiasme végétal, gagne les feuillages, qui reprennent avec insistance, en élargissant l'expression, en gonflant la note, les mêmes gammes, les mêmes sonorités, les mêmes harmonies lumineuses.

A mesure que la chlorophylle, principale artiste de l'été, s'efface, tuée par la lumière vive et froide de l'automne, les pigments jaunes, carotine et xanthophylle, masqués jusque-là, se révèlent et font de l'or avec les feuilles de l'Érable à sucre, des Frênes, des Bouleaux, des Peupliers.

En même temps, chez nombre d'espèces, un jeu de diastases, stimulé par les conditions spéciales de notre automne, provoque une série de réactions qui aboutissent à la production des pigments anthocyaniques.

C'est alors que la Vigne vierge, le Sumac vinaigrier, les jeunes pousses des Frênes, et surtout l'Érable rouge, entrent vigoureusement dans le paysage. Nos bois laurentiens chavirent dans le rouge, et leur éclatante beauté est alors unique au monde. Les pentes des Laurentides, les forêts de la plaine basse, forment des horizons sanglants où s'ajoutent, chevauchent et se fondent les gammes infinies que le rouge vainqueur a sur sa palette.

Souvent, dans cette forêt mixte, court devant la haute futaie qui flamboie, le vert profond d'une lisière de Sapins ou d’Épinettes. Et à l'heure incertaine du crépuscule, où les perspectives se déforment et les plans se télescopent, on dirait des rangées de tentes noires, profilées sur le fond rougeoyant d'un champ de bataille...

Source

Marie-Victorin. - Flore laurentienne (1935) / BAnQ numérique - BnF Gallica. - Extrait de l’Esquisse générale de la flore laurentienne, p. 26 et 27.

Ce livre exceptionnel, exemplaire et patrimonial a été entièrement revu, mis à jour et annoté aux cours de deux rééditions, par Ernest Rouleau (1964), puis par Luc Brouillet et Isabelle Goulet (1995), aux Presses de l’Université de Montréal.

La première édition décrivait 1568 espèces, la seconde édition en citait 975 de plus pour un total de 2543. Depuis, plusieurs se sont ajoutées, et le nombre des espèces présentes au Québec s’élève maintenant à plus de 2800. (Luc Brouillet et Isabelle Goulet, p. XII)

Images

Verge d’or, Aster, Érable rouge, Bouleau.

Photos © Claude Trudel 2019, Le monde en images, CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Livre numérique

Trudel, Claude. - Familles de plantes en photos. - Montréal: Smashwords, 2018. - ISBN 978-2-9815044-3-2. - [Livre numérique gratuit].

01 novembre 2019

Le plaisir de chercher / de trouver


My mission – the mission of this book – is to help you become better at it, go beyond the basic skill of typing something into Google and learn how to ask a search engine a good question, and understand what it means to be a literate person today and in the future. My goal is to show you the marvelous depth of knowledge at your fingertips, and may hope is to share with you the great joy of finding out. I’ll also talk about the attitudes and research styles that will make you more productive and accurate.

Le chercheur professionnel Daniel M. Russell, membre de l’équipe qui a conçu l’outil de recherche Google, propose un guide pratique pour effectuer des recherches efficaces sur la Toile: The Joy of Search. A Google Insider’s Guide to Going Beyond the Basics.

Introduction

[ Chapitre 1 ] - Dans le chapitre initial, l'auteur explique les buts de son ouvrage [citation en exergue], le plan de son guide et son approche didactique.

Les huit premiers chapitres portent sur des tactiques centrées sur l’utilisation des ressources disponibles sur la Toile, alors que les neuf chapitres suivants portent sur des stratégies relatives aux processus de recherche.

Chaque chapitre est ainsi structuré:

- formulation d’une question de recherche (écrite sur papier AVANT d’utiliser Google);
- description méthodique des outils et ressources utilisés pour trouver la réponse à la question (et aux sous-questions);
- résumé du chapitre et leçons à retenir (avec des astuces utiles);
- explications complémentaires;
- exercices pratiques.

Première partie

[ Chapitre 2 ] - La première question est plutôt triviale. À partir d’une photographie de bâtiments urbains, il démontre comment identifier la ville où a été prise la photo, ainsi que l’endroit précis où le photographe a pris son cliché. Ressources utilisées et décrites: Google [Recherche, Images, Maps, Street View], Google Earth, Wikipédia et un traitement d’image [Visionneuse de photos Windows]. Comme exercice, à partir d’une photo personnelle, l’auteur demande au lecteur d’identifier le pont adjacent à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

[ Chapitre 3 ] - La question suivante est plus complexe. Après avoir lu que plusieurs milliers de personnes ont été victimes de l’explosion d’un lac, il se demande si un lac quelconque dans le monde peut causer la mort de tant de personnes. Au cours de sa recherche pour résoudre cette question, l’auteur en vient à se poser deux sous-questions: comment un tel phénomène peut-il se produire et à quelle hauteur l’éruption peut-elle s’élever. Ressources utilisées et décrites: Google Recherche, Google Scholar et le site U.S. Geological Survey [USGS]. Tout le processus intellectuel de l’auteur est détaillé, étape par étape. Soulignons qu’une bonne culture générale est requise pour effectuer une recherche en profondeur, comme l’indique la consultation d’un site spécialisé déjà connu par l’auteur. Comme exercice, en consultant le site British Geological Survey [BGS], Daniel Russel demande au lecteur de démonter que des Méditerranéens ont vraisemblablement visité le site de Stonehenge au cours de la Préhistoire.

[ Chapitre 4 ] - L’auteur raconte plusieurs recherches plus ou moins anodines en lien avec des questions suscitées au cours de voyages, dont une sur le mémorial national américain du mont Rushmore.

[ Chapitre 5 ] - Un enfant rentre à la maison avec une fleur entre les lèvres, une fleur partiellement ingérée. Quel est le nom de cette plante et, surtout, est-elle toxique? Tout un chapitre consacré à ces questions vitales. Les leçons à tirer de cette recherche portent sur les points suivants (exemples): lancer une requête en utilisant un terme spécifique (nom botanique en latin), utiliser une base de données spécialisée (Calflora), tenir compte de l’évolution de la terminologie (Composées > Astéracées), consulter systématiquement des collections iconographiques, et utiliser une clé d’identification (dédiée aux plantes) reconnue.

[ Chapitre 6 ] - À partir de deux questions sur la mortalité aux États-Unis d’Amérique, le nombre et les causes principales de décès, l’auteur explique d’une façon méthodique comment analyser les données statistiques consultées sur la Toile. Il démontre aussi comment utiliser les opérateurs *, site: et guillemets.

[ Chapitre 7 ] - À partir d’une question portant sur Léonard de Vinci et Michel-Ange, l’auteur traite de l’encyclopédie libre Wikipédia. Tour à tour, il détaille les avantages des procédures suivantes: saisir le mot Wikipédia comme premier terme de la requête, utiliser l’opérateur site:wikipedia.org suivi des mots clés recherchés, cliquer sur le lien Pages liées (dans la marge gauche de Wikipédia), consulter un article de qualité (marqué par un * dans la marge gauche de Wikipédia), consulter un résultat de recherche dans une autre langue (choix proposés dans la marge gauche de Wikipédia), utiliser Google Traduction, et afficher deux articles juxtaposés en utilisant Manypedia.

[ Chapitre 8 ] - L’auteur explique les différentes étapes qu’il a suivies, notamment en utilisant Google Maps, pour expliquer les contrastes géographiques (topographiques, géologiques) entre les côtes orientale et occidentale des États-Unis d’Amérique.

[ Chapitre 9 ] - La démonstration de l’auteur porte sur la recherche, la signification et l’origine d’un motif architectural relié à la colonisation espagnole en Californie et à l'art mudéjar en Espagne. Au cours de sa recherche, il utilise Recherche Google, Google Images, Google Maps, Google Traduction et, avec encore plus d’explications, Google Street View.

Deuxième partie

[ Chapitre 10 ] - Le chapitre initial de cette seconde partie de l’ouvrage aborde un point fondamental de la recherche documentaire. Le fait de trouver une réponse satisfaisante sur la Toile ne veut pas dire qu’elle est pertinente ou véridique. Elle peut être fondée sur une donnée fausse, partielle ou biaisée. Le fait de trouver plusieurs références affichant les mêmes informations ne veut pas dire qu’elles sont pertinentes ou véridiques. Elles peuvent correspondre tout simplement à du plagiat. Daniel Russell démontre comment valider les réponses apparemment exactes à partir d’un exemple simple: quand et où a été découvert le pétrole en Californie? En poursuivant avec une question ainsi reformulée: quand a débuté l’exploitation commerciale du pétrole en Californie? L’auteur insiste sur l’importance de structurer et de noter les étapes et résultats de sa recherche, tout en expliquant le recours à l’opérateur des guillemets.

[ Chapitre 11 ] - Au fil des années et des siècles, la terminologie évolue. Le chercheur expérimenté doit en tenir compte lors de ses recherches. À cet égard, l’auteur indique comment utiliser les ressources suivantes: recherche de synonymes [Recherche], Wikipédia pour trouver la définition de chaque synonyme, occurrence du mot au fil du temps [Google Books Ngram Viewer], archives de journaux [Chronicling America], dictionnaire historique de la langue anglaise [Historical Thesaurus of English].

[ Chapitre 12 ] - La consultation des métadonnées des photos, l’utilisation des ressources cartographiques, la consultation des archives de journaux et la visite d’institutions dédiées au patrimoine font l’objet de ce chapitre. L’auteur explique sa démarche de chercheur à partir de la photographie d’une ruine dans la baie de San Francisco. Il utilise les outils suivants: Recherche Google, Google Maps, Wikimapia, Google News Archive Search [Google Recherche d’archives], bibliothèque locale, musée et société historiques.

[ Chapitre 13 ] - Daniel Russell démontre comment vérifier la crédibilité des sources consultées, notamment en effectuant des recherches approfondies sur les auteurs de ces sources.

[ Chapitre 14 ] - Comment relier des bribes d’informations, dont on garde un vague souvenir et qui surgissent d’une façon inopinée dans notre esprit? Cette question fait l’objet de ce chapitre. L’exposé de Daniel Russell est détaillé et pertinent. Il est aussi fortement teinté de patriotisme, un procédé susceptible de plaire à son lectorat américain. Une des leçons à tirer de ce chapitre: savoir arrêter sa recherche à un moment donné.

[ Chapitre 15 ] - L’analyse d’une caractéristique typique de l’écosystème du chaparral californien est présentée d’une façon détaillée et fascinante dans ce chapitre. L’auteur utilise plusieurs outils de recherche, dont Google Recherche, Google Image, Google Maps et Google Earth. Il insiste sur l’importance d’approfondir sa recherche au-delà d’une réponse satisfaisante, de confronter plusieurs points de vue, de consulter des sources récentes et d’aller si possible sur le terrain pour vérifier la pertinence des résultats de recherche. Un exercice proposé en fin de chapitre porte sur un célèbre cratère québécois.

[ Chapitre 16 ] - À partir de différentes questions, Daniel Russell explique comment effectuer des recherches sur des lieux ayant changé de nom au cours de leur histoire, comme Los Angeles, Tanganyika, République démocratique du Congo, Éthiopie. Outre la recherche par mots clés avec Google Recherche, l’auteur recommande de consulter des experts, des répertoires géographiques et des dictionnaires historiques. Dans ces cas, comme dans celui consistant à identifier une feuille (de Ginkgo), Google Image peut aussi être utilisé, en insérant une photo dans le formulaire de recherche.

[ Chapitre 17 ] - L’auteur détaille une de ses recherches approfondies sur les poissons-perroquets et le sable blanc des Antilles. Il insiste sur l’importance de vérifier ses résultats de recherche auprès de plusieurs sources. Il recommande aussi de lire le texte intégral d’un article scientifique, au lieu de lire seulement son résumé.

[ Chapitre 18 ] - Le chapitre porte sur la consultation d’archives localisées ici et là à la suite de recherches avec les outils de recherche Google. Quelques leçons sont notées par l’auteur: tous les documents existants ne sont pas numérisés, explorer successivement les références trouvées en cours de recherche, investiguer des pistes parallèles, noter les trouvailles au fur et à mesure de leur découverte.

[ Chapitre 19 ] - Ce chapitre conclusif peut être considéré comme le plus important. Le lecteur pourra même commencer sa lecture du livre par ce chapitre synthèse. Daniel Russell y définit ce qu’est un chercheur expert selon trois axes: les habiletés de recherche, les attitudes personnelles et les préceptes régissant la formulation de bonnes questions. Chaque point est ventilé sous plusieurs facettes numérotées et clairement expliquées.

[ Chapitre 20 ] - Le dernier chapitre du livre compte deux parties. La première est en quelque sorte la suite du chapitre 19. Après un bref historique des outils de recherche, depuis les années 1990, Daniel Russell rappelle cinq données de base en ce qui concerne la recherche en ligne. Ensuite, il esquisse quelques perspectives sur le futur des outils de recherche. Au cours de ce chapitre, il aborde l’importance de la Toile invisible (ex.: bases de données payantes) et présente quelques nouvelles ressources, dont Walfram Alpha, Google Dataset Search et Internet Archive.

Contexte et ressources

Daniel Russell est un Américain. Il travaille pour la multinationale américaine Google. Cela explique entre autres les sujets retenus et les outils de recherche recommandés dans The Joy of Search. Mais pour le chercheur québécois, comme pour tout autre chercheur, il est facile de transposer dans un contexte personnel et national les démonstrations exemplaires présentées par l’auteur.

L’accès à un grand nombre de bases de données payantes est offert gratuitement aux abonnés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), sur place ou à distance, ainsi qu’aux abonnées aux bibliothèques collégiales, universitaires et municipales. Par ailleurs, en plus d’offrir une aide personnelle à leurs usagers, ces bibliothèques offrent la consultation ou l’emprunt de ressources électroniques (ex.: livres, périodiques) et matérielles (ex.: livres, revues, disques, films, partitions, cartes et plans, manuscrits, archives).

Les bibliothèques collégiales, universitaires et la Grande Bibliothèque (BAnQ) offrent à leurs usagers des rencontres ou des sessions de formation à la recherche documentaire, notamment pour maîtriser les ressources électroniques disponibles sur la Toile.

Références

Russell, Daniel M. - The Joy of Search. A Google Insider’s Guide to Going Beyond the Basics. - Cambridge (Massachusetts): The MIT Press, 2019. - xii-323p. - ISBN 978-0-2620-4287-1. - [Citation, p. 4-5]. - BAnQ: à venir.

Adventures in Teaching People How to Search (Daniel Russell, 12 avril 2019, vidéo, 1:09:52)

Image / Un défi de recherche

Centre récréatif Iberville - Quel est le nom de l’ancienne école occupée maintenant par cet organisme de loisirs ?

Photo © Claude Trudel 2019, Le monde en images , CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Recherche documentaire

Trois excellentes ressources référencées sur le Portail des jeunes:

[ * ] niveau secondaire / Les 6 étapes d'un projet de recherche d'information (2e cycle du secondaire) (Hélène Guérin)
[ * ] niveau collégial / Profil TIC des étudiants du collégial (au format pdf) (Fédération des cégeps)
[ * ] niveau universitaire / Infosphère (UQÀM)

25 octobre 2019

La récolte automnale des cucurbitacées

La récolte automnale des cucurbitacées fut excellente au Jardin botanique de Montréal. Voici les photos de quelques espèces distinctives trouvées dans le Jardin des plantes utiles : courges, citrouilles, giraumons, gourde et potirons.

Courges





Citrouilles


Giraumons


Gourde


Potirons


Cucurbitacées (Cucurbitaceae)

Description

Plantes herbacées à feuilles alternes, simples, à tiges rampantes et munies de vrilles foliaires.
Fleurs généralement monoïques.
Sépales 4-6, plus ou moins soudés.
Pétales 4-6, plus ou moins soudés.
Étamines 1-5, souvent 3.
Ovaire uni-triloculaire.
Fruit charnu.

Répartition et utilités

Environ 87 genres et 650 espèces, croissant surtout dans les régions chaudes et tropicales. Beaucoup sont cultivées pour leurs fruits comestibles: le Concombre (Cucumis sativus), le Melon (Cucumis melo), la Pastèque (Citrullus vulgaris), la Citrouille (Cucurbita maxima et C. pepo), etc., et leurs très nombreuses variétés.

Source

Flore laurentienne (1935) de Marie-Victorin, p. 540 / BnF Gallica.

Remarque / Selon Guy L. Nesom, la familles des Cucurbitacées compte actuellement environ 120 genres et 825 espèces dans le monde, dont environ 23 genres et 56 espèces en Amérique du Nord.

Photographies

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

18 octobre 2019

Les plantes cauliflores

Les plantes cauliflores sont des plantes dont les fleurs naissent sur la tige, plutôt que sur un pédoncule. Voici quelques-unes de ces plantes singulières photographiées au Jardin botanique de Montréal.

[ 1 ] - Carambolier (Starfruit Tree), Averrhoa carambola, Oxalidaceae


[ 2 ] - Gainier rouge (Eastern Redbud), Cercis canadensis, Caesalpiniaceae, Sud-est du Canada jusqu'au Nord-est du Mexique


[ 3 ] - Jacquier (Jackfruit Tree), Artocarpus heterophyllus, Moraceae, Inde et Malaisie


[ 4 ] - Jambosier (Rose Apple Tree), Syzygium jambos, Myrtaceae, Sud-est de l'Asie et Australie


[ 5 ] - Papayer (Papaya), Carica papaya 'cv.', Caricaceae, Origine horticole


Pourquoi les fleurs et les fruits de ces plantes surgissent-ils directement du tronc et des branches primaires? La question est ouverte…

Référence

Fewster, Helen, dir. - Flora. Un fascinant voyage au cœur du monde végétal. - Traduction par Valérie Feugeas et Marie-Noëllle Pichard. - Montréal: MultiMondes, 2019. - 440p. - ISBN 978-2-8977-3125-0. - [Voir Les plantes cauliflores, p. 76-77]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 580 F6321 2019.

Édition originale / Fewster, Helen, dir. - Flora. Inside the Secret of Plants. - New-York: Dorling Kindersley (DK), 2018. - 440p. - ISBN 978-1-4654-7450-6. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 581.0222 SMI et 581.0222 F6321 2018.

Photographies

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Sur la Toile

Jardin botanique de Montréal (JBM)

11 octobre 2019

L’application Arborescence


À propos

[ Arborescence propose différentes clés originales pour identifier les plantes vasculaires de la flore québécoise. Avec l’application, l’utilisateur a le choix entre plusieurs façons de naviguer à travers les détails anatomiques qui caractérisent les familles, les genres ou les espèces. Pour identifier une plante, il peut ainsi consulter une clé visuelle, une clé textuelle, l’index, le glossaire ou l’outil de recherche de façon à atteindre la fiche descriptive de l’espèce. Chaque fiche présente les caractéristiques de la plante à l’aide de photographies. Par exemple, pour les arbres, on illustre en détail le port, le tronc et son écorce, la feuille, la fleur et le fruit, on fournit une carte de distribution générale ainsi que des informations complémentaires. L’application mobile fonctionne sans connexion internet. ]

Accueil

Quatre choix sont proposés sur la page d’accueil pour une utilisation rapide du guide d’identification de plus d’une centaine d’espèces végétales indigènes et naturalisées du Québec:

- Clés visuelles
- Clés textuelles
- Index
- Glossaire.

Les clés visuelles et textuelles portent respectivement sur

1 - les conifères (feuilles en aiguilles, feuilles en écailles)

2 - les feuillus (feuille composée, feuille simple)

3.1 - les prêles (tige photosynthétique généralement sans rameau, tige photosynthétique portant des rameaux simples, tige photosynthétique portant des rameaux à nouveau ramifiés)

3.2 - les lycopodes (sporanges portés à l’aisselle des feuilles photosynthétiques supérieures, sporanges réunis en strobile cylindrique distinct de la tige verte)

3.3 - les fougères (frondes partiellement différenciées, deux types de frondes complètement différenciées, un seul type de fronde portant des sores au revers).

Les index sont proposés en français, en anglais et en latin. Les termes botaniques sont définis dans la nomenclature du glossaire.

Les photos, les cartes et les textes peuvent être utilisés seulement à des fins éducatives non commerciales.

Menu

Le bouton Menu donne accès à ces choix supplémentaires:

- À propos [citation ci-dessus]
- Objectifs pédagogiques
- Droits d’utilisation
- Générique
- Médiagraphie
- Commentaires.

Produit par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD), l’application vise cinq objectifs pédagogiques:

1° identifier à l’aide d’une clé visuelle ou textuelle les plantes de la flore indigène et naturalisée du Québec.
2° se familiariser avec le vocabulaire botanique utilisé à des fins d’identification.
3° associer chaque espèce à son aire de répartition géographique.
4° développer son autonomie pour l’identification de plantes inconnues.
5° faciliter l’identification en milieu naturel peu importe le niveau de connaissance de l’utilisateur en botanique.

La médiagraphie recense plusieurs livres et sites botaniques, dont l’ouvrage Flore laurentienne et la base de données Candensys.

Soulignons les noms des artisans de cette application novatrice et pratique:

a) élaboration des contenus
- conception pédagogique, rédaction: Bergeron et Claudine Lévesque, enseignantes de biologie au cégep de Saint-Laurent
- validation scientifique: Alain Cogliastro, Université de Montréal
- révision linguistique: Hélène Larue

b) production
- photographie: Séléna Bergeron et Claudine Lévesque
- cartographie: Marc-André Hurtubise
- conception informatique: mbiance
- architecture de l’information et infographie: Christine Blais
- révision informatique: Sylvain Gagnon
- responsable du projet: Denis Chabot, CCDMD

c) contribution au cours de la phase préparatoire du projet au cégep de Saint-Laurent
- conseillère pédagogique: Jessika Vigneault
- conception du prototype: Mathieu Comtois et Myriam Boisvert.

Références

Application Arborescence (App Store, Google Play)
Site Arborescence (CCDMD)

Image

Tilleul d'Amérique, Tilia americana, Tiliaceae [Malvaceae], Amérique du Nord, Jardin botanique de Montréal © Claude Trudel 2017, Le monde en images, CCDMD.

Plusieurs photos de la Collection de Claude Trudel sont affichées dans l’application Arborescence, dont celle du Tilleul d’Amérique (écorce). Cette collection compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle. Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Articles connexes

Montréal et sa canopée
Jeu-questionnaire des écorces
Une île d’arbres / Bronwyn Chester

04 octobre 2019

Atlas du Québec


L'Atlas du Québec compte quatre parties: un répertoire de cartes numériques, un guide d’interprétation d’anciennes cartes géographiques, des descriptions de cartes exemplaires et une bibliographie.

La première partie contient un répertoire de cartes relatives au Québec couvrant plus de cinq siècles, de 1492 à nos jours, sous le régime français, le régime anglais et la fédération canadienne.

La deuxième partie porte sur l’interprétation d’anciennes cartes géographiques: les types de cartes; l’observation globale de la carte, l’analyse de ses éléments et l’élaboration d’une synthèse. Dans ce guide, une carte régionale du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Adolphe Larue, 1827) et un plan de la Ville de Montréal (Anonyme, 1853) sont notamment commentés d’une façon exemplaire.

La troisième partie présente les descriptions de cinq fameuses cartes caractéristiques des siècles passés: Nouvelle-France (Gastaldi, 1556), Amérique du Nord (Franquelin, 1688), Amérique (Danet, 1731), Pistes cyclables à Montréal (Anonyme, 1897), Atlas de Montréal (Pinsoneault, 1907).

La bibliographie de la quatrième partie présente trois outils de recherche et plusieurs collections numériques remarquables. Elle regroupe ensuite des ouvrages généraux, des études particulières, des livres contenant des cartes historiques, et des ressources complémentaires.

Parmi ces références, soulignons quelques-unes des nouvelles ressources numériques: Atlas des peuples autochtones du Canada, par la Société géographique royale du Canada, Atlas historique du Canada français, par Marcel Trudel, L’État et espace colonial (cartographie de la Nouvelle-France), par Jean-François Palomino (BAnQ), Atlas du Canada (recensements depuis 1906), par le Gouvernement fédéral du Canada, et Historical Atlas of Canada, par Online Learning Project.

Bonne exploration !

Référence

L'Atlas du Québec, un livre numérique gratuit offert sur la plateforme Smashwords et dans les boutiques Barnes & Noble, iTunes Apple et Rakuten kobo.

Image

La superbe Carte de l'Amerique Septentrionnale (Jean-Baptiste Franquelin, 1688) illustrant la couverture du livre est décrite dans la troisième partie de l’Atlas du Québec. Elle provient des Collections de cartes de la Bibliothèque du Congrès.

26 septembre 2019

Une histoire populaire de l’humanité / Chris Harman


L’histoire se penche sur la succession des événements qui ont abouti à la vie telle que nous la connaissons aujourd’hui. Elle raconte comment nous sommes devenus ce que nous sommes. Comprendre cela, c’est la clé qui permet de savoir si nous pouvons, et comment nous pouvons, changer le monde dans lequel nous vivons. […] Ce livre tente donc de fournir une introduction sommaire à l’histoire mondiale, et pas davantage. Mais c’est une approche générale qui, je l’espère, aidera les lecteurs à se former une représentation du passé et du présent. […] L’histoire n’est pas finie, et le besoin de comprendre ses caractéristiques essentielles est plus grand que jamais. J’ai écrit ce livre dans l’espoir qu’il pourrait amener certains lecteurs sur la voie de cette compréhension.

Les interprétations de l’histoire humaine sont multiples, mais deux grandes tendances historiographiques émergent et s’opposent. Le courant traditionnel dominant, axé sur les grands hommes et l’événementiel, valorise l’ordre établi. Au contraire, le courant alternatif minoritaire, axé sur les revendications et mouvements populaires à travers le temps, valorise la lutte des classes.

Avant d’entreprendre la lecture continue de la somme Une histoire populaire de l’humanité, le lecteur pourra se familiariser avec la grille d’interprétation de l’histoire privilégiée par Chris Harman (1942-2009), en lisant d’abord l’exergue, l’introduction, le chapitre 33 et la conclusion.

La consultation préalable des outils de repérage pourra aussi favoriser une compréhension approfondie de la pensée de l’auteur et de son histoire populaire de l’humanité: le sommaire, la table des matières, le glossaire des personnages, des lieux et des termes peu familiers.

L’ouvrage est très dense, mais sa structure est exemplaire. Les 48 chapitres sont regroupés en sept parties selon l’ordre chronologique:

1. - L’apparition des sociétés de classes
2. - Le monde antique
3. - Le Moyen Âge
4. - La grande transformation
5. - La propagation de l’ordre nouveau
6. - Le monde sens dessus dessous
7. - Un siècle d’espoir et d’horreur

Chaque partie est précédée d’une chronologie, alors que chaque chapitre est subdivisé en sections thématiques. Les notes infrapaginales sont reportées à la fin de l’ouvrage, par chapitre. Les sources de l’auteur sont référencées dans ces notes, et plusieurs de celles-ci contiennent des explications complémentaires.

Le style de l’auteur est dynamique, ses explications limpides, ses réflexions profondes et pertinentes. À titre d’exemple, voir l’extrait ci-dessous sur la Grande Dépression des années 1930. Conclusion

Après sa rétrospective sur les barbaries répétées et les avancées technologiques au 20e siècle, Chris Harman aborde avec acuité les problématiques du 21e siècle: la concentration de la richesse entre les mains des classes dirigeantes, la résurgence de l’extrême droite et la catastrophe écologique.

L’historien britannique anticipe de nouvelles luttes populaires «pour remodeler la société autour des valeurs de solidarité, de soutien mutuel, d’égalitarisme, de coopération collective et d’usage des ressources démocratiquement planifié.» En contrepartie, il soutient que «les classes dominantes du monde […] défendront l’ordre capitaliste existant jusqu’à la fin, même si cela doit être la fin de la vie humaine organisée. Il n’existe aucun moyen de prédire quelle sera l’issue de ces grands conflits.»

Appréciation

L’approche pédagogique et la rigueur intellectuelle de l’auteur, ainsi que le contenu encyclopédique de l’ouvrage, caractérisent Une histoire populaire de l’humanité. Une œuvre magistrale, un livre de référence remarquable.

Référence

Harman, Chris. - Une histoire populaire de l’humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire. - Traduit de l’anglais par Jean-Marie Guerlin. - Montréal: Boréal, 2012. - 735p. - (Compact, n° 236). - ISBN 9788-2-7646-2209-4. - [Citations: Introduction, p. 9, 11 et 14; Conclusion, p. 664]. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 909 H et 909 H2872h 2012.

Image

Crise économique (1933) - Refuge Meurling, 435, rue Champ-de-Mars - Archives de la Ville de Montréal CA M001 VM094-Y-1-17-D0034 (Source).

Un exemple typique de la force d’analyse et de l’esprit de synthèse de Chris Harman:

«Le krach était l’expression d’une déficience plus profonde du système. […] Jamais une dépression n’avait été si forte et n’avait duré aussi longtemps. […] De la même manière que le conflit en Europe était devenu une guerre mondiale, la récession aux États-Unis et en Europe occidentale devint une crise mondiale. […] Les années 1930 furent une décennie dans laquelle les forces de l’espoir et du désespoir luttèrent dans les rues de toutes les grandes villes, où la révolution et la contre-révolution se prirent mutuellement à la gorge. Cette période se termina par une victoire de la Contre-Révolution qui plongea le monde dans une autre guerre, dans laquelle les atrocités surpassèrent celles de 1914-1918.» (Chapitre 44, La Grande Dépression, p. 511, 512-513)

Actualités

Voir au-delà du gilet, de la vague ou du carré (Steve Déry, professeur, Département de géographie, Université Laval, Le Devoir, 23 septembre 2019)

Crise climatique: un retard difficile à combler (Alexandre Shields, Le Devoir, 23 septembre 2019)

Article connexe

Histoire économique du Québec contemporain (Tome 1 - Les ressources)

Remarque - Le tome 2 de l'Histoire économique du Québec contemporain [Les institutions publique] est maintenant en vente dans les librairies: «Maître chez nous»? Pas vraiment! (Philippe Hurteau, IRIS, 25 septembre 2019)

20 septembre 2019

Montréal et sa canopée

Le numéro courant de Quatre-Temps, la revue des Amis du Jardin botanique de Montréal, contient un article de sa rédactrice en chef, Marie-Hélène Croisetière, sur la canopée de la métropole. Cet article est inclus dans un riche dossier thématique intitulé La forêt urbaine.

Une carte de l’île de Montréal sur l’indice de canopée et un tableau sur les essences arboricoles les plus communes de la métropole illustrent l'exposé de l'auteure.

La carte illustre l’indice de canopée pour les arrondissements et villes de l’île de Montréal. Cet indice varie beaucoup d’une région à l’autre. Ainsi, les zones socio-économiques les plus riches ont généralement un indice de canopée beaucoup plus élevé que celui des zones les plus pauvres:

0 à 10 % — Montréal-Est, Saint-Léonard
10 à 15 % — Anjou, Dorval, Kirkland, Lachine, Mercie-Hochelaga-Maisonneuve, Saint-Laurent, Villeray/Saint-Michel-Parc-Extension
15 à 20 % — Côte-Saint-Luc, LaSalle, Plateau-Mont-Royal, Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Rosemont-Petite-Patrie, Sud-Ouest
20 à 25 % — Ahuntic/Cartierville, Dollard-des-Ormeaux, Mont-Royal, Pointe-Claire, Verdun
25 % et plus — Baie-d’Urfé, Beaconsfield, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Hampstead, Île Bizard-Sainte-Geniève, Île de Dorval, Montréal-Ouest, Outremont, Pierrefonds-Roxboro, Sainte-Anne-de-Bellevue, Senneville, Ville-Marie, Westmount.

Le tableau présente les dix essences arboricoles les plus communes de Montréal:

[ 1 ] - Érable de Norvège, Acer platanoides 'Drummondii', Sapindaceae


[ 2 ] - Érable argenté, Acer saccharinum, Sapindaceae


[ 3 ] - Érable rouge, Acer rubrum, Sapindaceae


[ 4 ] - Févier d'Amérique, Gleditsia triacanthos, Caesalpiniaceae


[ 5 ] - Frêne rouge, Fraxinus pennsylvanica, Oleaceae


[ 6 ] - Frêne d’Amérique, Fraxinus americana, Oleaceae


[ 7 ] - Orme de Sibérie, Ulmus pumila ‘Park Royal’, Ulmaceae


[ 8 ] - Micocoulier occidental, Celtis occidentalis, Ulmaceae


[ 9 ] - Tilleul d'Amérique, Tilia americana, Tiliaceae


[ 10 ] - Tilleul à petites feuilles, Tilia cordata, Tiliaceae


« Le groupe des érables compte pour 41 % des arbres de Montréal, et le groupe des frênes, 21 %, soit un total de 62 % pour les deux groupes. »

Référence

Croisetière, Marie-Hélène. - «Montréal et sa canopée». - Dans Quatre-Temps, Vol. 43, n° 3, Automne 2019. - P. 32-33. - ISSN 0820-5515. - Les numéros de cette revue peuvent être consultés dans les Bibliothèques de Montréal, à la Bibliothèque du Jardin botanique de Montréal et à la Grande Bibliothèque (BAnQ).

Images

Photos © Claude Trudel 2019, Le monde en images, CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle.

Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Sur la Toile

Amis du Jardin botanique de Montréal (AJBM)
Application Arborescence (CCDMD)
Application Branché (SOVERDI)
Arbres publics sur le territoire de la Ville (VdeM)
Centre de la science de la biodiversité du Québec (QCBS)
QuéBio (Arbres publics de Montréal)
Société de verdissement du Montréal métropolitain (SOVERDI)

13 septembre 2019

Les marais épurateurs du Jardin aquatique

Le nouveau Jardin aquatique du Jardin botanique de Montréal a été inauguré le 22 août 2019. C’est la toute première station du Parcours des phytotechnologies du JBM.

Les marais épurateurs utilisent les facultés épuratoires naturelles des plantes aquatiques et de leur milieu pour assainir l’eau. Ils sont une alternative aux fosses septiques, aux champs d’épuration et à une connexion au système d’égouts.

Voici le plan et quelques éléments du nouveau parcours:

[ 1 ] - Le Jardin aquatique et ses marais filtrants


[ 2 ] - Bassin des jets d’eau


[ 3 ] - Bassins des plantes aquatiques


[ 4 ] - Bassin de la Lobélie cardinale, Lobelia cardinalis, Campanulaceae, Canada méridional à Colombie septentrionale


[ 5 ] - Bassin chauffant des nymphéas géants :
Victoria d'Amazonie, Victoria amazonica, Nymphaeaceae, Amazonie
Victoria de Santa Cruz, Victoria cruziana, Nymphaeaceae, Argentine septentrionale, Paraguay et Bolivie
Victoria hybride, Victoria ‘Longwood Hybrid’, Nymphaeaceae, Origine horticole


[ 6 ] - Marais à flux horizontal


[ 7 ] - Arrosage des plantes


[ 8 ] - Marais à flux vertical :
Petite quenouille, Typha minima, Typhaceae, Europe à Mongolie
Quenouille de Laxmann, Typha laxmannii, Typhaceae, Sud-est de l’Europe et Asie tempérée
Quenouille à feuilles étroites, Typha angustifolia, Typhaceae, Eurasie


[ 9 ] - Canalisation du marais à flux vertical


[ 10 ] - Canal de décantation des marais filtrants


[ 11 ] - Salle des pompes


[ 12 ] - Platebande du Jardin aquatique


Architecte et familles botaniques

Le Jardin aquatique a été créé en 1938, puis reconstruit au cours des dernières années, selon les plans d’Henry Teuscher (1891-1984). Il a une superficie de 1725 mètres carrés et compte près de 200 taxons.

La collection botanique de ce jardin thématique regroupe des espèces provenant tant du Québec que de régions exotiques. Ces nombreuses espèces font partie de plus de trente familles différentes:

Acanthaceae, Acoraceae, Alismataceae, Amaryllidaceae, Apiaceae, Araceae, Asteraceae, Butomaceae, Cabombaceae, Cyperaceae, Ericaceae, Equisetaceae, Haloragaceae, Iridaceae, Juncaceae, Juncaginaceae, Lythraceae, Menyanthaceae, Nelumbonaceae, Nymphaeaceae, Penthoraceae, Phrymaceae, Poaceae, Polygonaceae, Pontederiaceae, Primulaceae, Ranunculaceae, Rosaceae, Rubiaceae, Salviniaceae, Sarraceniaceae, Saururaceae, Typhaceae.

Images

Jardin aquatique © Claude Trudel 2019, Le monde en images, CCDMD.

La Collection de Claude Trudel compte plusieurs milliers de photos prises au Jardin botanique de Montréal. Les photos originales ont une résolution de 2048 x 1152 pixels, mais elles sont aussi disponibles aux formats 320 x 180 pixels, 800 x 450 pixels, 1024 x 576 pixels et 1920 x 1080 pixels. Les photos peuvent être vues individuellement ou en diaporama. Elles peuvent aussi être envoyées au format carte postale virtuelle.

Sous une licence CC BY-NC-SA, les photos peuvent être utilisées gratuitement à des fins éducatives non commerciales.

Sur la Toile

Communiqué - Inauguration de la première station du Parcours des phytotechnologies

Le Parcours des phytotechnologies
Société québécoise de phytotechnologie (SQP)

Jardin botanique de Montréal (JBM)
Amis du Jardin botanique de Montréal (AJBM)

Une plante qui frappe l’imaginaire (Lise Gobeille, Le Devoir, 14 septembre 2019)