25 juin 2016

Chroniques sanglantes de Chinoises amoureuses

Le sinologue Jacques Pimpaneau a rédigé des histoires brèves à partir d’anciennes sources chinoises. Dans son prologue intitulé Qu’elles reposent en paix!, il présente ainsi ses Chroniques sanglantes de Chinoises amoureuses:

Ces cinq récits retracent la tragédie de femmes qui vécurent en Chine il y a très longtemps. À part l’héroïne de la première chronique, qui relève du fait-divers, ces femmes appartiennent à l’Histoire. Elles y sont dépeintes comme des criminelles – et elles le firent. Elles sont de celles qui provoquèrent de véritables révolutions de palais, voire la ruine de royaumes.

Les titres attribués à ces récits sont évocateurs de leur contenu:

La courtisane amoureuse
L’impératrice cruelle et solitaire
La confession d’une mère
La vengeance de la reine barbare
Deux enfants de la balle au palais impérial


Le style littéraire des chroniques est conforme à la tradition littéraire chinoise, à l'image des Mémoires historiques de Sima Quian (2e siècle avant J.-C.). La première peut être considérée comme une nouvelle littéraire et policière, tandis que les autres correspondent à des récits historiques.

Les protagonistes ont la sympathie de Jacques Pimpaneau, comme celui-ci l’indique dans son prologue : Plutôt que de les juger (avouez qu’il y a prescription!), le lecteur conclura, je l’espère, comme moi: foin de l’enfer, qu’elles reposent en paix!

Référence

Pimpaneau, Jacques. - Chroniques sanglantes de Chinoises amoureuses. - Paris: espaces & signes, 2015. - 108p. - ISBN 978-2-9535965-7-1. - [Citations, p.11 et 12]. - BAnQ: 398.20951 P644c 2015.

Sur la Toile

Présentation de Chroniques sanglantes de Chinoises amoureuses (espaces & signes)