18 septembre 2014

Le mois le plus cruel | Louise Penny

Un dimanche de Pâques, dans le paisible village de Three Pines, se déroule la traditionnelle chasse aux œufs de bois. Les villageois de ce village des Cantons-de-l’Est se réunissent au bistro pour préparer cette fête champêtre. Tel est le décor initial du nouveau polar de Louise Penny.

Les personnages sont multiples, mais leur description est bien détaillée. Leurs traits respectifs sont décrits avec humour. Les lieux sont dépeints avec précision. Les faits cocasses sont parfois relatés comme des événements majeurs, par exemple une séance étonnante de spiritisme.

En soirée, en guise de défi, des villageois plus ou moins anxieux se dirigent vers la vielle maison des Hadley. Que va-t-il se passer dans cette demeure abandonnée? Pourquoi le célèbre inspecteur-chef Armand Gamache sera-t-il appelé à s’y rendre? Et c’est à partir d’ici que le récit prend une tout autre tournure…

Le titre du roman vous intrigue? Une citation. Vous en connaîtrez l’auteur dans l’un des derniers chapitres. Dans ce même chapitre, une coquille cocasse: canard du lac Brume. Un peu plus loin, dans un autre chapitre, une référence à Matthieu 10, 36: Les ennemis de l’homme sont les gens de sa maison.

Lire un roman de Louise Penny, c’est explorer des paysages enchanteurs de l’Estrie. C’est retrouver des jalons historiques du Québec. C’est savourer des plaisirs de la vie, comme fêter et déguster des plats délicieux. C’est aussi reconnaître certaines faiblesses de l’humanité.

Référence

Penny, Louise. - Le mois le plus cruel. - Traduit de l’anglais par Michel Saint-Germain avec la collaboration de Louise Chabalier. - Montréal: Flammarion Québec, 2014 © 2011. - 431p. - ISBN 978-2-89077-391-2. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: C PEN et Penny P416m.

Articles connexes

En plein cœur | Louise Penny
Enterrez vos morts | Louise Penny