26 mai 2017

Le Dragon bleu / Robert Lepage et autres


Les péripéties illustrées dans cette bande dessinée se déroulent en Chine. Trois personnages figurent l’éternel triangle: Pierre Lamontagne, galeriste à Shanghai, Claire Forest, publiciste venue en Chine pour l’adoption d’un enfant, et Xiao Ling, artiste peintre. L’album n’est pas paginé.

La couverture de la première édition de l’album met en scène le protagoniste solitaire en réflexion sur un pont, tandis que celle de le seconde édition le montre au cœur du trafic de la ville de Shanghai. Ces deux images sont tirées de planches insérées à la fin de la première partie de l’album.

Prologue

Le prologue de onze pages nous introduit dans le monde chinois par une leçon de calligraphie, un art millénaire qui caractérise la civilisation chinoise, alors que l’histoire se déroule en 2008-2009. À partir d’un simple trait horizontal, le narrateur trace les mots arbre, bosquet et forêt. Insérant de nouveaux caractères dans des cases, il poursuit sa leçon en racontant des anecdotes tout en comparant cette démarche avec les planches d’une bande dessinée. Symboliquement, le dernier exemple évoque une histoire susceptible d’avoir trois dénouements possibles, dans une atmosphère tantôt légère, tantôt orageuse. Cette dernière thématique sera reprise en cours de récit. Page de titre

Le protagoniste Pierre Lamontagne est illustré, pinceau à la main et genoux pliés, devant un encrier et des feuilles de papier de riz tachetées d’encre noire. Cette image évoque les quatre trésors des lettrés chinois: le pinceau, le bâton d'encre de Chine, le papier de riz et la pierre à encre.

Le titre de l’album, en noir et bleu, est suivi des noms des auteurs: Robert Lepage et Marie Michaud, pour le texte, et Fred Jourdain, pour la mise en images. Ce titre évoque à la fois l’empereur chinois (dragon) et le fleuve Yang-Tsê Kiang (fleuve Bleu).

Histoire

Un sceau identique annonce les trois parties du récit.

Un simple trait horizontal sur fond blanc est situé sous le sceau ouvrant la première partie, alors que le dessin adjacent illustre un avion en vol, au premier plan, devant un soleil rouge. Cette partie se déroule en deux temps, la première ayant trait aux retrouvailles entre Pierre et Claire, la seconde mettant aux prises Pierre et Xiao Ling.

Après une longue attente à l’aéroport, Pierre revoit Claire après nombre d’années de séparation. Leur conversation porte sur certains épisodes malchanceux du voyage de Claire, le motif de son voyage en Chine et l’installation devenue précaire de Pierre dans le contexte des préparatifs de la prochaine exposition universelle à Shanghai. Le départ de Claire pour Nanchang, en vue d’adopter Lang Xi, donne lieu à une scène acrimonieuse entre elle et Pierre. Cette partie initiale se termine par le rappel des premières rencontres de Pierre avec sa Xiao Ling, le tatouage d’un dragon sur le dos de Pierre par sa maîtresse et le refus de celle-ci de cohabiter avec lui. Au terme de cette première partie du récit, le protagoniste se retrouve en mauvais termes avec deux femmes de sa vie.

Deux traits horizontaux sur fond noir sont situés sous le sceau ouvrant la seconde partie de l’histoire, tandis qu’une image nocturne du district de Pudong étant dessinée à gauche de la page double.

De retour à Shanghai, suite à un refus d’adoption de Lang Xi, Claire se présente à la Galerie Pierre Lamontagne, en soirée, après le vernissage. Elle fait alors connaissance avec la jeune artiste Xiao Ling qui l’invite à fêter son vernissage, en l’absence de Pierre qui est retourné chez lui. Leurs conversations portent notamment sur leurs relations amoureuses respectives. Le lendemain, elles se revoient pour une tournée en bicyclette jusqu’au zoo. En route, Xiao Ling est pris d’un malaise. Elle est enceinte. Une légende relative aux trois gorges est alors racontée par l’artiste. Cette nouvelle donne lieu à une discussion tumultueuse entre Pierre et Claire au sujet de l’éventuel avortement du fœtus ou de l’adoption du bébé par Claire. Cette partie médiane se termine par deux départs, celui de Xiao Ling en train vers Beijing, après qu’elle eut refusé l’aide de Pierre, et celui de Claire en avion vers le Québec.

Trois traits horizontaux sur fond blanc sont situés sous le sceau ouvrant la troisième partie de la bande dessinée; en parallèle les caractères chinois pierre et montagne sont tracés au-dessus de nuages vaporeux.

Un an plus tard, les personnages se retrouvent de nouveau, mais dans un tout autre contexte. Le lecteur prend alors connaissance de l’évolution et des changements affectant les trois personnages. Le dénouement est ouvert, trois possibilités étant tour à tour illustrées. La boucle est bouchée, considérant le dernier caractère du prologue référant à «un fleuve immense, à l’endroit précis où il se divise en trois gorges, comme une histoire qui aurait trois dénouements possibles.»

La dernière planche saura rassurer le lecteur quant au sort du bébé. Elle symbolise aussi la chute du récit.

Écriture

L’écriture graphique est bilingue: en alphabet latin, d’une part, et en caractères chinois, d’autre part. Ceux-ci sont traduits en français. Les dialogues sont présentés dans des bulles, mais plusieurs sont illustrés avec les croquis des locuteurs.

La palette des couleurs est minimaliste, les nuances de brun et de noir étant prédominantes. Les aplats sont généralisés. L’agencement des cadres est extrêmement varié: plus d’une trentaine d’agencements différents. Par contre, l’album compte plus de quarante planches en double page.

Référence

Lepage, Robert et Michaud, Marie (texte); Jourdain, Fred (mise en images). - Le Dragon bleu. - Québec: Alto et Ex Machina, 2011. - ISBN 978-2-923550-75-6. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: C LEP et LEP.

Sur la Toile

Ex Machina (Le Dragon bleu)
Fred Jourdain (Le Dragon bleu)
Marie Michaud

Éditeur de calligraphie chinoise (Chine nouvelle)
Textes chinois annotés (Renaud Bouret)