22 décembre 2013

Joyeuses fêtes!


Jardin méridional de la Grande Bibliothèque

Référence

Lefebvre, Michèle; Dubois, Martin; Fougères, Bernard. – La Grande Bibliothèque. – Québec : Les Publications du Québec, 2006. – 192p. – ISBN 2-551-19723-6. – Bibliothèques de Montréal : 727.80971 L. – BAnQ : 027.5714 L489g 2006.

Image

Photo © Claude Trudel 2013

18 décembre 2013

Iguane vert

Le zoologiste Adam Britton et la biologiste Jennifer Swofford ont publié un livre documentaire remarquable sur l’iguane vert.

L’ouvrage compte huit parties abondamment illustrées :

1. – La biologie de l’iguane
2. – L’iguane comme animal « de compagnie »
3. – L’habitat
4. – Les soins courants
5. – Le comportement
6. – L’alimentation
7. – La reproduction
8. – La santé

De nombreux encadrés enrichissent les exposés. Par ailleurs, le livre est complété par un glossaire et un index.

J’ai particulièrement aimé le chapitre initial à caractère encyclopédique : les régions où vivent les iguanes sauvages, la description des huit genres de la famille des Iguanidés, les iguanes en captivité.

La seconde partie de ce chapitre contient la description exhaustive de l’anatomie de l’iguane : la tête, les narines, la bouche, la langue, les tympans, les bajoues, la plaque subtympanique, l’œil pariétal, le cou, le corps, la région ventrale, la couleur du corps, la queue et les pattes. C’est une des sections les plus fascinantes de l’ouvrage.

Le chapitre 3 est aussi fort intéressant. Il porte sur les besoins de l’iguane vert en matière de logement : les enclos intérieurs et extérieurs, la chaleur, l’éclairage, l’hygrométrie et les substrats. Le chapitre est complété par des précisions sur le mode de vie de l’iguane : les supports d’escalade, les plantes et la présence d’autres iguanes dans leur milieu.

En fait, tous les chapitres abordent d’une façon aussi détaillée les différents volets reliés à l’élevage et la garde d’un iguane vert : « Les iguanes sont des animaux gratifiants, mais il faut bien évaluer tout ce qu’implique la possession d’un iguane avant d’en acquérir un. »

Un guide fascinant pour découvrir le merveilleux iguane vert et ses conditions de vie en liberté et en captivité.

Référence

Britton, Adam; Swofford, Jennifer. - Iguane vert : iguana iguana. – Traduction et adaptation par Catherine Bricout. – Chamalières (France) : Artémis Éditions, 2013. – 96p. – (Le guide Terrario). – ISBN 978-2-8160-0393-2. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 639.39542 B86293i 2013.

14 décembre 2013

Le relevé du ciel SDSS


Cette image est unique non seulement par l’étendue couverte, puisqu’elle balaie le tiers du ciel, mais aussi par sa profondeur de champ : elle recense tous les objets célestes situés dans la ligne de visée de la caméra jusqu’à des distances cosmologiques.

Ces propos de l’astronome française Céline Reylé sont extraits d’un article paru dans la revue Pour la Science portant sur le projet SDSS auquel elle participe.

Les données massives recueillies par le télescope de l’Observatoire d’Apache Point (Nouveau-Mexique) sont faramineuses.

L’auteure passe en revue les quatre champs d’investigation privilégiés dans la poursuite du projet Sloan Digital Sky Survey depuis l’an 2000 :

- SEGUE : étudier les étoiles de la Voie lactée pour comprendre le scénario de sa formation;

- BOSS : détecter les empreintes laissées par les ondes acoustiques pour comprendre l’évolution de l’Univers;

- MARVELS : découvrir de nouvelles exoplanètes;

- APOGEE : observer la Voie lactée dans l’infrarouge proche pour en dégager la structure dynamique et l’histoire chimique.

Céline Reylé termine son article en citant des statistiques gigantismes nécessitant un traitement informatique long et complexe.

Pour approfondir le sujet, il suffit de consulter le site du projet SDSS. Par ailleurs, ses données astronomiques recueillies depuis l’année 2000 peuvent être consultées dans l’Atlas du ciel Aladin.

Référence

Reylé, Céline. - « SDSS, un relevé… astronomique ». – Pour la Science, édition française de Scientific American, n° 433, novembre 2013, p. 40-41. – ISSN 0153-4092. – [Cette revue peut être consultée dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque].

Image

The sky coverage of the final SDSS imaging survey

The bottom panel shows the sky coverage of the final SDSS imaging survey, including data from SDSS I, II, and III.

SDSS imaging covered slightly more than 1/3 of the sky, concentrated in the northern and southern Galactic caps (above and below the plane of the galaxy). In this image, stripes are radiating out from these caps; these stripes are areas imaged by the SEGUE survey, extending toward the plane of the Milky Way. Each orange dot in this map is a galaxy.

The sequence of zooms in the upper panels zeroes in on the star-forming nebula NGC 604 in the nearby (2.5 million light years) galaxy Messier 33. In all, the SDSS imaging map shown here contains more than a trillion pixels, each one imaged in five colors.

This image has appeared in several print publications; it is available in publication-quality resolution.

Credit: M. Blanton and the SDSS-III collaboration.

Sur la Toile

Atlas du ciel Aladin (CDS)
Sloan Digital Sky Survey (SDSS)

11 décembre 2013

Gabriel Nadeau-Dubois | La révolte des riches

Puisque personne n’explique aux travailleurs que leur niveau de vie se maintient grâce aux impôts et aux services publics qu’ils financent, nombreux sont les citoyens estimant qu’ils s’enrichiront individuellement grâce à des baisses d’impôts.

Avant de formuler cette observation lucide et pertinente, l’étudiant Gabriel Nadeau-Dubois décrit la guerre des ultrariches contre les autres classes de la société dans un article percutant publié dans la revue Liberté.

S’exprimant avec sa limpidité habituelle, le jeune militant divise son exposé en cinq parties. Dans un premier temps, il cite les propos du multimilliardaire Warren Buffet se vantant de mener et de gagner la guerre contre les autres classes sociales.

Gabriel Nadeau-Dubois situe ensuite les propos de l’ultrariche américain dans le contexte socioéconomique des trente dernières années. Il souligne la particularité du modèle québécois qui a contribué à maintenir un niveau de vie meilleur au Québec qu’aux États-Unis d’Amérique pour 99% des gens.

Dans un troisième temps, l’auteur explique longuement comment l’élite néolibérale utilise la propagande pour saper la solidarité sociale et préconiser l’individualisme, notamment par son emprise sur les médias, les médiacrates et les politiciens.

La figure de proue du Printemps québécois évoque ensuite le mouvement étudiant et la mobilisation populaire comme une riposte à l’élite néolibérale. Avec beaucoup de jugement, il nuance la portée de cet événement sans précédent dans notre histoire.

Enfin, l’étudiant suggère différentes pistes susceptibles d’ouvrir la voie, entre autres le renouvellement des mouvements sociaux, la reconnaissance explicite de la problématique actuelle et la nécessaire lutte pour la réappropriation de nos conditions d’existence. À cet égard, il rappelle l’audace exemplaire de la jeunesse québécoise en 2012.

Les autres articles du dossier « Rétro, les classes sociales? Voir au-delà de la classe moyenne » :

- Le cadre et la révolte (éditorial, Pierre Lefebvre)
- Rétro, les classes sociales? (introduction, Pierre Lefebvre)
- La dépossession tranquille (Éric Pineault)
- Sur une avant-garde involontaire (Julia Posca)
- L’aliénation dans un monde de fous (Jean Pichette)
- Chairs milliardaires (Alain Deneault)
- Le syndicalisme désemparé (Louis Roy)
- Le propriétaire et le possédé (Pierre Lefebvre).

Références

Nadeau-Dubois, Gabriel - « La révolte des riches. Mais qui fait la lutte des classes aujourd’hui? ». – Liberté. – ISSN 0024-2020. – N° 302, hiver 2014, p. 26-27. – [Version électronique offerte par la Coop UQÀM]. – [Texte réédité dans L’austérité au temps de l’abondance. Un dossier de la revue «Liberté», Montréal, Liberté, 2015]. - [La revue Liberté peut être consultée dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque].

Lecture complémentaire

Nadeau-Dubois, Gabriel. - « La révolte des riches ». – Tenir tête. – Montréal : Lux, 2013. – 224p. – ISBN 978-2-89596-175-8. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 371.81 N134t 2013. – P. 69-86.

Sur la Toile

Rétro, les classes sociales? (Dossier, Liberté, N° 302, hiver 2014)
Le printemps de force (Éric Pineault, Presse-toi à gauche!, 2 mai 2012)
Les inégalités : le 1 % au Québec (Julia Posca et Simon Tremblay-Pepin, IRIS, 1er octobre 2013)
Les riches au Québec (Francis Vailles, La Presse, 8 décembre 2013)

Articles connexes

Manuel pour une critique des médias
Les milliardaires

08 décembre 2013

Dictionnaire chinois - français

Les Presses de l’Université Laval présentent une nouvelle édition du dictionnaire de Roland Sanfaçon produit selon la méthode kuaisu de classement des caractères chinois. Une version électronique de ce dictionnaire sera éventuellement disponible sur la Toile.

L’avant-propos et l’introduction constituent les parties liminaires de l’ouvrage. L’avant-propos présente les singularités du dictionnaire, identifie les collaborateurs et contient les remerciements d’usage.

L’introduction souligne la principale caractéristique du dictionnaire : sa précision totale, chaque caractère chinois se trouvant à un seul endroit spécifique. Ce dictionnaire est ensuite comparé aux dictionnaires traditionnels basés sur la langue écrite et les récents dictionnaires basés sur la prononciation.

Le dictionnaire de Sanfaçon se démarque en s’appuyant sur la structure centrale des éléments graphiques de l’écriture chinoise, soit sur une dizaine de formes fondamentales. Les différentes sections de l’ouvrage sont ensuite expliquées.

À titre d’exemple, l’auteur utilise le caractère chinois 绵 pour détailler les différentes rubriques qui suivent son entrée dans la nomenclature du dictionnaire :

- l’entrée du caractère chinois : 绵

- la prononciation selon le système pinyin : mián

- la numérotation du caractère utilisée pour chaque renvoi : 6061

- les trois éléments graphiques composants le caractère 绵

- le radical du caractère : 纟

- les divers sens du caractère :

1° ouate de soie, cotonneux, laineux, moelleux
2° continu, ininterrompu
3° doux
4° délicat, mince

- la liste des mots composés du chinois comprenant le caractère.

La partie centrale du dictionnaire est constituée de deux grandes sections : le corps du dictionnaire et les radicaux. Une correspondance des caractères classiques et simplifiés est insérée entre ces deux sections majeures du dictionnaire.

Les sections complémentaires sont constituées par un index pinyin (prononciation) et les éléments graphiques sous trois volets : écriture ou ordre des traits, mode d’emploi et classement des éléments, quelques éléments par nombre de traits.

Références

Sanfaçon, Roland. – Dictionnaire kuaisu shunchang chinois - français : les caractères chinois tout naturellement accessibles. – Québec : Les Presses de l’Université Laval, 2012. – 532p. – ISBN 978-2-7637-9965-0. – BAnQ : 495.1341 S2241d 2012.

Première édition

Sanfaçon, Roland, avec la collaboration de Chau Nguyen, Xie Xiaomian et Zhao Ying. – Kuaisu jian zi fa. Chinese - English - French Kuaisu Dictionary Including Etymology of Characters. Dictionnaire kuaisu chinois - anglais - français avec l’étymologie des caractères. – Québec : Les Presses de l’Université Laval, 1997. – 908p. – ISBN 2-7637-7396-6. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 495.1 S224c et 495.13 S224ku 1997.

Sur la Toile

Vive les radicaux libres! (Renée Larochelle, Université Laval, 1998)

Dictionnaire kuaisu shunchang chinois – français : les caractères chinois tout naturellement accessibles, par Roland Sanfaçon (Avant-propos, 2013)

05 décembre 2013

Les secrets de Google+

Le livre d’Alexandre Boni et Nicolas Stemart est un guide pratique d’une maquette exemplaire. Le feuilleter est déjà un plaisir, mais examinons-le de plus près.

Les auteurs présentent le réseau social Google+ sous sept volets :

- Premiers pas avec Google+
- Faire vivre son compte
- Créer sa page
- Augmenter sa visibilité
- Gérer sa réputation électronique
- Jouer avec Google+
- Découvrir d’autres services

Soulignons quelques aspects particuliers :

- Transférer ses données Facebook
- Dialoguer en direct
- Réaliser des vidéoconférences
- Intégrer Facebook à Google+
- Créer la page de son entreprise
- Intégrer Twitter à Google+
- Google+ et les jeux vidéo

De nombreuses remarques soulignent des points importants. La première porte sur les conditions générales d’utilisation. Elle doit maintenant être lue dans le nouveau contexte des récentes révélations sur les communications d’informations au National Security Agency (NSA) par Google+ et d’autres services en ligne.

Le livre est abondamment illustré. Il est complété par un index.

Référence

Boni, Alexandre; Stemart, Nicolas. – Google+ : les secrets. – Paris : Micro Application, 2012. – 160p. – (Le mode d’emploi complet). – ISBN 978-2-822-40103-6. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 025.04 B et 025.04 B7151g 2012.

Sur la Toile

La NSA espionne le monde entier (Agence France-Presse, Le Devoir, 8 juin 2013)

01 décembre 2013

Histoire du pavot : opium, morphine et héroïne


Jean-Louis Brazier, pharmacologue et professeur émérite de l’Université de Montréal, retrace les grandes étapes de l’histoire du pavot depuis 5 400 ans. Son exposé scientifique est publié dans le numéro courant de Quatre-Temps, la revue des Amis du Jardin botanique de Montréal.

Un parcours botanique qui prend ses origines en Mésopotamie, puis en Égypte. Il explique ensuite les mentions du pavot et de l’opium chez les Grecs Homère et Théophraste (372-287), puis dans Le Canon de la médecine écrit par le célèbre médecin arabe Avicenne (980-1037).

Le médecin suisse Paracelse (1493-1541) recommande l’usage de l’opium sous la désignation laudanum. Thomas Sydenham (1624-1689) modifie la formulation du remède laudanum qui sera en vente libre, comme les paquets d’opium, dans les pharmacies européennes au cours du 19e siècle.

Après les recherches des chimistes français Armand Seguin (1767-1835) et Bernard Courtois (1777-1838), le pharmacien allemand Friedrich Wilhelm Sertürner (1783-1841) décrit en 1817 le principe actif extrait de l’opium sous le nom de morphine. La désignation de ce médicament sera toutefois disputée par Joseph Gay-Lussac (1778-1850). Le terme alcaloïde est créé en 1819 par le pharmacien allemand Carl F. W. Meissner (1792-1853). Cette découverte donnera lieu à la chasse aux alcaloïdes.

À partir de la seconde partie du 19e siècle, la chimie organique de synthèse et la chimie structurale se développent en prenant le relais de la chimie extractive de la première moitié du 19e siècle. Parallèlement, la pharmacologie s’intéresse au concept de récepteur.

Les recherches sur les récepteurs agissant sur certains types de neurones se concrétisent à partir des années 1960. Candace Pert (1946-2013) et Solomon Synder (né en 1938) démontrent la présence de récepteurs opioïdes, certaines de leurs caractéristiques et leur localisation, en 1973. Deux ans plus tard, le pharmacologue Hans Walter Kosterlitz (1903-1996) découvre les enképhalines, les endocrines et d’autres peptides.

La morphine soulage la douleur, mais elle a des effets secondaires lourds. En cherchant à améliorer la tolérance à ce médicament, le chimiste allemand Heinrich Dreser (1860-1924) aboutit à la découverte de l’héroïne en testant en 1898 une molécule synthétisée auparavant par Felix Hoffmann (1868-1949). À cause de sa forte dépendance, l’héroïne sera retirée de la pharmacopée en 1914.

L’auteur souligne l’apport du pavot à l’arsenal thérapeutique des analgésiques : la morphine et la codéine, les molécules hémisynthétiques et les molécules entièrement synthétiques. Il conclut ainsi son article : « L’histoire du pavot nous montre comment les médicaments sont des cadeaux de la nature. »

Complété par une bibliographie et abondamment illustré, cet article écrit dans un style dynamique est instructif et captivant.

Référence

Brazier, Jean-Louis. – « 5 400 d’histoire du pavot ». – Quatre-Temps, la revue des Amis du Jardin botanique de Montréal. – ISSN 0820-5515. – Hiver 2013, vol. 37, n° 4, p. 33-37 et 39.

Image

Photo prise par Claude Trudel au Jardin botanique de Montréal.

27 novembre 2013

Gabriel Nadeau-Dubois, chroniqueur radio - Saison 1

Au cours de la première saison, du 26 août 2013 au 18 juin 2014, le lundi et le mercredi, l’étudiant Gabriel Nadeau-Dubois participe à l’émission radiophonique C’est pas trop tôt! Au cours de débats vifs et contrastés avec la journaliste chevronnée Lise Ravary, il jette un regard neuf et percutant sur les sujets brulants de l’actualité.

L'émission spéciale du 24 novembre 2013 s'est déroulée au Salon du livre de Montréal (audio et vidéo). Par ailleurs, Gabriel Nadeau-Dubois a aussi débattu avec le chroniqueur Mathieu Bock-Côté (6 et 27 février, 22 avril 2014) et l'éditorialiste Paul Journet (29 mai 2014).

Les enregistrements de ces émissions animées par Marie-France Bazzo peuvent être écoutés depuis le Calendrier des Archives par date (C'est pas trop tôt!, Radio-Canada).

Pour la suite de la première saison : Saison 2.

Saison 1 :

Émissions et thèmes débattus

085 - 2014 06 18 - Le projet d'oléoduc Northern Gateway
084 - 2014 06 16 - Élection à la direction du Bloc québécois
083 - 2014 06 11 - Les pics anti-itinérants
082 - 2014 06 09 - Discours de Pauline Marois
081 - 2014 06 04 - Problématique des unions de fait
080 - 2014 06 02 - Débat sur les propos d'un affairiste
079 - 2014 05 29 - Nomination des juges à la Cour suprême
078 - 2014 05 28 - Modulation des tarifs de garderie
077 - 2014 05 26 - Le succès de Xavier Dolan
076 - 2014 05 21 - Régimes de retraite des employés municipaux
075 - 2014 05 19 - Congrès des commissions scolaires
074 - 2014 05 14 - Procès au Lac-Mégantic
073 - 2014 05 12 - Bilan de la guerre d'Afghanistan
072 - 2014 05 07 - Criminalité et emprisonnement
071 - 2014 05 05 - Cohabitation automobilistes-cyclistes
070 - 2014 04 30 - Anglais intensif en 6e année
069 - 2014 04 28 - Privatiser des sociétés publiques?
068 - 2014 04 23 - Maltraitance des animaux
067 - 2014 04 22 - Jour de la Terre
066 - 2014 04 16 - Nominations partisanes et politiques
065 - 2014 04 14 - Les jeunes et la défaite péquiste
064 - 2014 04 09 - Perspectives post-électorales
063 - 2014 04 07 - Enjeux de la justice criminelle
062 - 2014 04 02 - Réforme du mode de scrutin
061 - 2014 03 31 - Le débat sur le bilinguisme
060 - 2014 03 26 - États financiers des politiciens
059 - 2014 03 24 - Vision gestionnaire de la politique
058 - 2014 03 19 - Impacts du Printemps québécois
057 - 2014 03 17 - Campagne électorale dans La Pinière
056 - 2014 03 12 - Le système de santé
055 - 2014 03 10 - Candidature de Pierre Karl Péladeau
054 - 2014 03 05 - Les enjeux de la campagne électorale
053 - 2014 03 03 - La question référendaire
052 - 2014 02 27 - Les candidatures vedettes en politique
051 - 2014 02 26 - Les lois linguistiques
050 - 2014 02 24 - Congrès du Parti libéral du Canada
049 - 2014 02 19 - Les sondages électoraux
048 - 2014 02 17 - L'exploration du pétrole d'Anticosti
047 - 2014 02 12 - Budget fédéral: Québec et Montréal
046 - 2014 02 10 - Le livre blanc sur la souveraineté
045 - 2014 02 06 - Caméras de surveillance
044 - 2014 02 05 - Les finances publiques du Québec
043 - 2014 02 03 - Problématique du racisme au Québec
042 - 2014 01 29 - Discours sur l'état de l'Union
041 - 2014 01 27 - Taux d'augmentation des loyers
040 - 2014 01 22 - Harper au Proche-Orient
039 - 2014 01 20 - Commission sur la charte de la laïcité
038 - 2014 01 15 - Tarification des hôpitaux universitaires
037 - 2014 01 13 - Exploitation du pétrole au Québec
036 - 2014 01 08 - Une année de réactions syndicales
035 - 2014 01 06 - Les dérives policières
[Maîtrise en sociologie à l'UQÀM]

034 – 2013 12 18 – Bilan de l'année
033 – 2013 12 16 – Livraison du courrier à domicile
032 – 2013 12 11 – La nouvelle loi sur les mines
031 – 2013 12 09 – Le héros Nelson Mandela
030 – 2013 12 04 – Quartier Hochelaga-Maisonneuve
029 – 2013 12 02 – Rémunération des députés de l'AnQ
028 – 2013 11 27 – Automobile et transport collectif
027 – 2013 11 25 – Conférence de Varsovie sur le climat
026 – 2013 11 24 – Tenir tête de Gabriel Nadeau-Dubois
025 – 2013 11 20 – Analphabétisme : causes et solutions
024 – 2013 11 18 – Congrès spécial de la CAQ
023 – 2013 11 13 – Règlementer le prix du livre
022 – 2013 11 11 – Victimes civiles et militaires des guerres
021 – 2013 11 06 – Fonds de la solidarité de la FTQ
020 – 2013 11 04 – Résultats des élections municipales
019 – 2013 10 30 – Espionnage pratiqué par les États-Unis
018 – 2013 10 28 – Scandale du sénat : fin de Harper?
017 – 2013 10 23 – Élections québécoises en décembre?
016 – 2013 10 16 – Propos de Janette Bertrand sur la Charte
015 – 2013 10 14 – Ce qui va bien (exemples)
014 – 2013 10 09 – Inversion de l'oléoduc 9B au Québec
013 – 2013 10 07 – Les Femen et le mouvement féministe
012 – 2013 10 02 – L'avenir du syndicalisme au Québec
011 – 2013 09 30 – Rapport du GIEC sur le réchauffement
010 – 2013 09 25 – Le parti libéral et ses vieux fantômes
009 – 2013 09 23 – Financement du cinéma québécois
008 – 2013 09 18 – Régimes de retraite
008 – 2013 09 18 – La mort du Plan Nord
007 – 2013 09 13 – Programme Coalition Montréal
007 – 2013 09 13 – L’affaire Marina Mourani
006 – 2013 09 11 – Tragédie du 11 septembre 2001
006 – 2013 09 11 – Dépôt de la Charte des valeurs québécoises
005 – 2013 09 09 – Initiations universitaires
005 – 2013 09 09 – Atteinte du déficit zéro
004 – 2013 09 04 – Les 50 ans du Rapport Parent
004 – 2013 09 04 – Le PQ un an plus tard
003 – 2013 09 02 – La langue à terre
003 – 2013 09 02 – Situation en Syrie
002 – 2013 08 28 – Les 50 ans de « I have a dream »
002 – 2013 08 28 – Commission sur l’assurance-emploi
001 – 2013 08 26 – Charte des valeurs québécoises
001 – 2013 08 26 – Forum du parti libéral du Québec
[Baccalauréat (mineure en philosophie) à l'Université de Montréal]

Articles connexes

Gabriel Nadeau-Dubois (2009-2012) - (Recueil de textes et de vidéos de Gabriel Nadeau-Dubois)

Gabriel Nadeau-Dubois (2012-2013) - (Recueil de textes, de vidéos et d'enregistrements audio de Gabriel Nadeau-Dubois)

24 novembre 2013

100 pièces d’exception

À l’occasion du centième anniversaire des Archives de Montréal, Les Publications du Québec ont édité un superbe livre commémoratif : Quand les archives racontent Montréal.

Pour illustrer cet ouvrage, les archivistes Nicolas Bednarz, Anick Forest Bonin et Mario Robert ont sélectionné une centaine de trésors patrimoniaux tirés des Archives de Montréal après avoir parcouru 4 km de documents et consulté un million de photos.

Les 100 pièces d’exception sont regroupées sous six volets :

- Fière et digne
- Visionnaire et inspirée
- Diversifiée et organisée
- Amusante et étonnante
- Créative et cultivée
- Passionnée et intense

Ces chapitres sont précédés d’une préface d’Yves Saindon, d’un avant-propos et des remerciements des auteurs. L’album souvenir est complété par une postface et une bibliographie.

Les artefacts reproduits dans le livre sont d’une grande diversité quant à la nature de leurs matériaux et de leurs sujets. À cet égard, j’aimerais souligner les nombreux documents cartographiques et certains trésors particuliers.

Plusieurs cartes et plans figurent dans l’ouvrage, dont ceux-ci :

- plan des chemins et des rues en 1801
- plan des fortifications en 1802
- plan de la ville en 1859
- plan des installations de l’aqueduc vers 1860
- vue à vol d’oiseau à la fin du 19e siècle
- guide des rues et numérotation des immeubles en 1937
- plan général de l’île Sainte-Hélène en 1937
- relevé de l’occupation du sol en 1949
- premier plan directeur vers 1952

Parmi les nombreux autres trésors recensés, soulignons ceux-ci :

- lettre du Chevalier De Lorimier (12 février 1839)
- zouaves pontificaux (1868-1870)
- quais du port à différentes époques
- refuge Meurling (1914)
- Hôtel de ville de la Cité de Maisonneuve
- droit de vote des femmes (1922-1940)
- costume pour le tricentenaire de la ville
- maison du maire Camillien Houde
- stade De Lorimier
- première souffleuse à neige
- Jardin des merveilles au parc La Fontaine
- L’homme d’Alexandre Calder
- « Vive le Québec libre » (Charles de Gaulle)

Chaque illustration fait l’objet d’une description suivie d’une notice archivistique.

Merci à tous les artisans de ce très beau livre témoignant des faits marquants de notre histoire, sans oublier l’illustration de plusieurs artefacts méconnus.

Référence

Bednarz Nicolas; Forest Bonin, Anick; Robert, Mario. – Quand les archives racontent Montréal. 100 pièces d’exception. – Québec : Les Publications du Québec, 2013. – 215p. – ISBN 978-2-551-25236-7. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : à venir.

Sur la Toile

Archives de Montréal
Ville de Montréal

18 novembre 2013

Gabriel Nadeau-Dubois | Références

L’étudiant Gabriel Nadeau-Dubois est un humaniste et un grand lecteur. Voici une bibliographie sommaire des livres cités ou évoqués par le jeune écrivain dans ses nombreuses communications orales et écrites.

Bibliographie sélective

§ Mateo Alaluf et Daniel Zamora, Contre l’allocation universelle, Montréal, Lux Éditeur, 2016.
§ Ian Angus et Simon Butler, Une planète trop peuplée? Le mythe populationniste, l'immigration et la crise écologique, Montréal, Écosociété, 2015.
§ Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1983.
La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1989.
Qu’est-ce que la politique?, Paris, Seuil, 1995.
§ Normand Baillargeon, Petit cours d'autodéfense intellectuelle, Montréal, Lux, 2006.
§ Gérard Bessette, Le Libraire, Pierre Tisseyre, 2001.
§ Maria Bonnafous-Boucher, Le libéralisme dans la pensée de Michel Foucault. Un libéralisme sans liberté, Paris, L’Harmattan, 2004.
§ Pierre Bourgeault, Message d’un homme libre à une génération qui ne l’est plus, Montréal, Bulletin du RIN, août-septembre 1961.
§ Pierre-Luc Brisson, Le cimetière des humanités, Montréal, Poètes de brousse, 2014.
§ Sorj Chalandon, Mon traître, Paris, Grasset, 2008.
§ Christophe Charles et Jacques Verger, Histoire des universités: XIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2012.
§ Michel Chartrand, Pierre Vallières, Robert Lemieux, Charles Gagnon, et Jacques Larue-Langlois, Le procès des Cinq, Montréal, Lux, 2010.
§ Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde: essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2010.
- Commun: essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014.
§ Alain Deneault, Paradis fiscaux : la filière canadienne, Montréal, Écosociété, 2014.
§ Jacques Derrida, L’université sans condition, Paris, Galilée, 2001.
§ Alexandre Dumas, Le comte de Monte-Cristo, [Lecture d'adolescence].
§ Chantal Francoeur, Informer ou in-former : les formats journalistiques au service du statu quo, Montréal, Université du Québec à Montréal (UQAM), 2012.
§ Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975.
La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976 (2004).
Sécurité, territoire et population, Paris, Gallimard, 1977-1978.
Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard, 1978-1979 (2004).
§ Michel Freitag, Le naufrage de l’université et autres essais d’épistémologie politique, Québec, Nuit blanche, 1995.
L’impasse de la globalisation. Une histoire sociologique et philosophique du capitalisme, Montréal, Écosociété, 2008.
Dialectique et société, Montréal, Liber, 2011-2013.
§ Gilles Gagné, La question des générations : qui a pris, laissé ou transmis quoi à qui, comment et pourquoi?, Liberté, n° 293, 2011.
§ Eduardo Galeano, Les veines ouvertes de l'Amérique latine, Paris, Plon, 1998.
- Le livre des étreintes, Montréal, Lux, 2012.
- Mémoire du feu, Montréal, Lux, 2013.
- Football, ombre et lumière, Montréal, Lux, 2014.
§ Jacques Généreux, La dissociété, Paris, Seuil, 2011.
§ Gérald Godin, poème T'en souviens-tu Godin?, dans Les botterlots, Montréal, L'Hexagone, 1993.
§ David Graeber, Bureaucratie, Les liens qui libèrent, 2015.
§ Chris Hedges, L’empire de l’illusion. La mort de la culture et le triomphe du spectacle, Montréal, Lux, 2012.
§ Michel Henry, La barbarie, Paris, Presses universitaires de France, 2004.
§ Hergé (Georges Prosper Remi), Les aventures de Tintin, Tournai, Casterman, [Lecture d'enfance].
§ Howard Hotson, Don't look to the Ivy League, Londres, London Review of Books, vol. 33, n° 10, 19 mai 2011.
§ Jean Jaurès, Discours à la jeunesse, Albi, 1903.
§ Naomi Klein, This Changes Everything: Capitalism vs. The Climate, New-York, Simon & Schuster, 2014.
- Tout peut changer. Capitalisme et changement climatique, Montréal, Lux, 2015.
§ Paul Krugman, L’Amérique que nous voulons, Paris, Flammarion, 2008.
§ Aurélie Lanctôt, Les libéraux n'aiment pas les femmes, Montréal, Lux, 2015.
§ Christian Laval, L’école n’est pas une entreprise, Paris, La Découverte, 2004.
- La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, 2011.
§ Mauricio Lazzarato, La fabrique de l’homme endetté, essai sur la condition néolibérale, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.
§ John R. MacArthur, L’illusion Obama. Le pouvoir de l’argent aux États-Unis, Montréal, Lux, 2012.
§ Éric Martin et Maxime Ouellet, Université inc., Montréal, Lux, 2011.
§ Jean-Luc Mélenchon, L'Ère du peuple, Paris, Fayard, 2014.
- Le hareng de Bismarck, Paris, Plon, 2015.
§ Serge Ménard, Bernard Grenier et Claudette Charbonneau, Rapport. Commission spéciale d'examen des événements du printemps 2012, Québec, Gouvernement du Québec, mars 2014.
§ Walter Benn Michaels, La diversité contre l'égalité, Raisons d'agir, 2009.
§ Gaston Miron, L’homme rapaillé, Montréal, Typo, 1996.
§ Philip Mirowski, Never Let a Serious Crisis Go to Waste: How Neoliberalism Survived the Financial Meltdown, New-York, Verso, 2013.
§ Denis Monière, Le développement des idéologies au Québec, des origines à nos jours, Montréal, Québec Amérique, 1977.
§ Jacques Nadeau, Carré rouge, Préface de Jacques Parizeau, Montréal, Fides, 2012.
§ Christopher Newfield, La dette étudiante, une bombe à retardement, Paris, Le Monde diplomatique, septembre 2012.
§ Alphonse-Marie Parent, président, Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement dans la province de Québec, Québec, Gouvernement du Québec, 1963-1966.
§ Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2013.
§ Éric Pineault et François L'Italien, Se sortir la tête du sable, Montréal, IRÉC, février 2012.
§ Éric Pineault, Le printemps de force, Presse-toi à gauche!, mai 2012.
- Le piège Énergie Est. Sortir de l'impasse des sables bitumineux, Préface de Gabriel Nadeau-Dubois et Maïtée Labrecque-Saganash, Montréal, Écosociété, 2016.
§ Edwy Pleyel, Pour les musulmans, La Découverte, 2014.
§ Renaud Poirier St-Pierre et Philippe Éthier, De l’école à la rue. Dans les coulisses d’une grève étudiante, Montréal, Écosociété, 2013.
§ Bill Readings, Dans les ruines de l’université, Montréal, Lux, 2013.
§ Pierre Rosanvallon, L'Âge de l'autogestion ou la Politique au poste de commandement, Paris, Seuil, 1976.
- Le bon gouvernement, Paris, Seuil, 2015.
§ José Saramago, La caverne, Paris, Seuil, 2002.
§ Jeremy Scahill, Le nouvel art de la guerre, Montréal, Lux Éditeur,‎ 2014.
§ Émilie St-Pierre, Au croisement des pensées de Hannah Arendt et de Michel Foucault sur le social, le biopouvoir et la gouvernementalité (Mémoire de maîtrise), Montréal, UQÀM, 2008.
§ David Stuckler et Sanjy Basu, L'austérité tue. Épidémies, dépressions, suicides: l'économie inhumanitaire, Paris, Autrement, 2014.
§ Arnaud Theurillat-Cloutier et Louis Marion, Le train fantôme du Lac-Mégantic: une métaphore bien réelle, Le Devoir, 15 07 2013.
§ John Ronald Reuel Tolkien, Le seigneur des anneaux, [Lecture d'adolescence].
§ Simon Tremblay-Pepin, Illusions. Petit manuel pour une critique des médias, Montréal, Lux Éditeur, 2013.
§ Pierre Vadeboncoeur, Les grands imbéciles, Montréal, Lux, 2008.
§ Ellen Meiksins Wood, L'origine du capitalisme: une étude approfondie, Montréal, Lux Éditeur, 2009.
§ Lesley J. Wood, Mater la meute, Montréal, Lux, 2015.
§ Daniel Zamora et Michael C. Behrent, Foucault and Neoliberalism, Polity Press, 2015
§ Émile Zola, J'accuse...!, Paris, L'Aurore, 13 janvier 1898.

Plusieurs autres écrivains sont cités ou évoqués dans les écrits et communications de Gabriel Nadeau-Dubois, dont ceux-ci :

Theodor W. Adorno, Aristote, Francis Bacon, Honoré de Balzac, Walter Benjamin, Jacques Bidet, Anne-Marie Boucher, Christian Brunelle, Claire Callender, Helder Camara, Cornelius Castoriadis, Noam Chomsky, Françoise David, Nicolas de Condorcet, Stéphane Crespo, Yvon Deschamps, Dominique de Villepin, Frederick Douglass, Fernand Dumont, Claire Edwards, Einstein, Alain Farah, Jean-Marie Fecteau, Francis Fukuyama, Claude Gauvreau, Sam Gindin, Marie-Claude Goulet, Antonio Gramsci, David Harvey, Heinrich Heine, Héraclide, Johann G. von Herder, Friedrich Hölderlin, Howard Hotson, Wilhelm von Humboldt, David Hume, Philippe Hurteau, Emmanuel Kant, Micheline Lanctôt, Simon Langlois, Widia Larivière, Félix Leclerc, Claude Lefort, Sylvain Lelièvre, Melissa Mollen Dupuis, Montesquieu, Robert Musil, Christian Nadeau, Pablo Neruda, George Orwell, Parménide, Lise Payette, Fred Pellerin, Francine Pelletier, Julia Posca, Hubert Reeves, Yvon Rivard, Marcel Rioux, Guy Rocher, Edward Saïd, Sénèque, Michel Seymour, Socrate, Susan Sontag, Adam Smith, Charles Taylor, Joseph-Yvon Thériault, Alexis de Tocqueville, Fermaille Tremblay et Gilles Vigneault.

Cette bibliographie sélective est régulièrement mise à jour.

Œuvres de Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau-Dubois, Fanie Pelletier et Max Vincent, Michel Foucault et Hannah Arendt. Regards sur le libéralisme, dans Collectif étudiant du programme Histoire, culture et société de l'Université du Québec à Montréal, Michel Foucault : entre sujet et révolte, Montréal, HCSUQAM, 2011.

Gabriel Nadeau-Dubois, Les jeunes d’aujourd’hui, dans Collectif d’auteurEs du Prix Bernard-Mergler, Le souffle de la jeunesse, Montréal, Écosociété, 2012.

Gabriel Nadeau-Dubois, Tenir tête, Montréal, Lux, 2013.

Gabriel Nadeau-Dubois, Les valeurs, dans Jonathan Livernois et Yvon Rivard, dir., L’urgence de penser. 27 question à la Charte, Montréal, Léméac, 2014.

Gabriel Nadeau-Dubois, dir., Libres d'apprendre. Plaidoyers pour la gratuité scolaire, Montréal, Écosociété, 2014.

Gabriel Nadeau-Dubois, Néolibéralisme, dette, assujettissement. Étudiant ou entrepreneur de soi?, dans Pierre-André Tremblay, Michel Roche, Sabrina Tremblay, dir., Le printemps québécois. Le mouvement étudiant de 2012, Montréal, Presses de l'Université du Québec, 2015.

Gabriel Nadeau-Dubois, La révolte des riches, dans Alain Deneault et al., L’austérité au temps de l’abondance. Un dossier de la revue «Liberté», Montréal, Liberté, 2015.

Gabriel Nadeau-Dubois, Les jobs ou les caribous? Syndicalisme et écologie, petite histoire d'un grand dilemme, dans Ianik Marcil, dir., Sortir le Québec du pétrole, Montréal, Somme toute, 2015.

Gabriel Nadeau-Dubois, In Defiance, (Translated by Lazer Lederhendler, Foreword by Naomi Klein), Toronto, Between the Lines, 2015.

Gabriel Nadeau-Dubois, Dépasser les anti-syndicalismes, construire les obligations du XXIe siècle. Mobilisation et démocratie dans le mouvement syndical, dans Renouveler le syndicalisme. Pour changer le Québec, sous la direction de Samuel Trépanier, Philippe Crevier, Hubert Forcier, Montréal, Écosociété, 2015.

Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Véronique Côté, Maïtée Labrecque-Saganash, Aurélie Lanctôt, Karel Mayrand, Gabriel Nadeau-Dubois, Will Prosper et Alain Vadeboncoeur, Ne renonçons à rien, Montréal, Lux, 2017.

Gabriel Nadeau-Dubois, Continuer à croire en la démocratie, au-delà du populisme, Atelier 10, n° 11, printemps-été 2017.

Ces livres, comme ceux de la bibliographie sélective, peuvent être consultés ou empruntés dans des bibliothèques publiques.

Études à Montréal

- Études élémentaires : École Saint-Gérard (CSDM)
- Diplôme d'études secondaires : Collège Regina Assumpta
- Diplôme d'études collégiales : Collège de Bois-de-Boulogne
- Diplôme universitaire de premier cycle en 2013 : Baccalauréat / Université du Québec à Montréal (majeure en histoire, culture et société) et Université de Montréal (mineure en philosophie)
- Diplôme universitaire de deuxième cycle en 2016 : Maîtrise en sociologie / Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Bourse et prix

- Bourse d'études du millénaire (2008)
- Prix Impératif français (2013)
- Prix littéraire du Gouverneur général pour son essai Tenir tête (2014)

Tournées et voyages

Tournées: Québec et Canada
Voyages: France, Argentine, Belgique, Grèce, Suisse, Mexique

Articles connexes

Michel Foucault et Hannah Arendt. Regards sur le libéralisme (Texte intégral)
La jeunesse d’aujourd’hui
Tenir tête
Analyse de Tenir tête
Libres d'apprendre

Gabriel Nadeau-Dubois (2009-2012) - (Recueil de textes et de vidéos de Gabriel Nadeau-Dubois)
Gabriel Nadeau-Dubois (2012-2013) - (Recueil de textes, de vidéos et d'enregistrements audio de Gabriel Nadeau-Dubois)
Gabriel Nadeau-Dubois (2014) - (Recueil de documents sur des interventions de Gabriel Nadeau-Dubois)

Gabriel Nadeau-Dubois, chroniqueur radio (2013-2014)
Gabriel Nadeau-Dubois, chroniqueur radio (2014-2015)
Gabriel Nadeau-Dubois, chroniqueur radio (2015-2016)

15 novembre 2013

Analyse et représentation documentaires

Le présent ouvrage est une introduction aux opérations, aux outils et aux produits principaux de l’analyse et de la représentation des sujets dont traitent les documents.

Michèle Hudon, professeure à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI) de l’Université de Montréal, présente un manuel destiné aux étudiants inscrits dans des formations visant l’analyse et la représentation de l’information et des documents.

Le premier chapitre définit ainsi la mission du service d’information : « fournir à l’usager l’information dont il a besoin ou qu’il désire obtenir, au moment opportun, sous une forme qui lui est accessible et à un coût abordable. » Les différents volets de cette mission sont ensuite explicités.

Le second chapitre présente un survol du processus d’analyse documentaire. Comme les autres chapitres, il est structuré d’une façon hiérarchique : Nature et fonction, Procédures, Formes de représentation du contenu, Tendances.

Les chapitres suivants décrivent les différents processus d’analyse et de représentation documentaires :

- L’indexation des documents (ch. 3)
- La classification des documents (ch. 4)
- La condensation des documents (ch. 5)
- Contrôle du vocabulaire et langages documentaires (ch. 6)
- Langages documentaires combinatoires (ch. 7-8)
- Langages documentaires classificatoires (ch. 9-11)

Le dernier chapitre constitue la conclusion. Il porte sur l’analyse documentaire dans son contexte. Trois dimensions y sont développées :

- la place du traitement analytique dans les institutions documentaires;
- le personnel, ses responsabilités, sa formation;
- les politiques et les procédures.

L’auteure termine son exposé sur cette réflexion : les objectifs de Charles Cutter, décrit en 1876, sont restés les mêmes et « les besoins de l’usager, plutôt que celui du bibliothécaire, peuvent enfin être placés au cœur des opérations de traitement analytique. »

L’ouvrage de référence contient de nombreux outils de repérages :

- parties liminaires : table des matières, listes des figures, des tableaux et des abréviations;
- parties complémentaires : glossaire, bibliographie et index des sujets.

Un guide pratique!

Référence

Hudon, Michèle. – Analyse et représentation documentaires. Introduction à l’indexation, à la classification et à la condensation des documents. – Montréal : Presses de l’Université du Québec, 2013. – xxviii-297p. – ISBN 978-2-7605-3745-3. – BAnQ : 025.47 H884a 2013. – [Citation : p. xxv].

10 novembre 2013

La première œuvre littéraire

L’assyriologue Jean Bottéro présente et publie une traduction de l’akkadien de L’Épopée de Gilgamesh, la version ninivite, ainsi que les fragments de la version ancienne.

L’appareil scientifique de l’ouvrage est très développé. Les parties liminaires présentent une rétrospective des traductions précédentes et en cours, des indications conventionnelles pour la lecture des documents de première source, une carte de la Mésopotamie à l’époque de Gilgamesh, une fresque historique de l’histoire mésopotamienne antique, une schéma légendé de la cosmographie mésopotamienne, une bibliographie sommaire et une longue introduction.

L’introduction commence par un préambule signalant les singularités de L’Épopée de Gilgamesh : son ancienneté (la plus vieille œuvre littéraire connue), son ampleur (3 000 vers, dont près des deux tiers trouvés), et sa double portée pérenne (pour notre vie personnelle et la connaissance de notre histoire collective). Ces traits justifient l’importance d’explications préliminaires à la lecture du chef-d’œuvre regroupées sous deux volets : Le héros et sa légende, L’épopée. La dernière partie de l’exposé porte sur la redécouverte du récit et la traduction produite par Jean Bottéro.

Complété par un épilogue, le corps de l’ouvrage est constitué de deux parties : La version ninivite, Fragments de la version ancienne. Voici la liste des tablettes de la version ninivite :

I – Les deux héros
II – La rencontre, l’amitié, le projet d’aventure
III – Préparatifs et départ
IV – Le voyage
V – Prouesses et victoire
VI – Nouveau triomphe et démesure : le Taureau-céleste
VII – La mort d’Enkidu
VIII – Les funérailles d’Enkidu
IX – Gilgameš à la poursuite de la vie-sans-fin
X – L’arrivée au bout
XI – L’échec et le retour à la vie ordinaire
XII – Autre version de la mort d’Enkidu

Les fragments de la version ancienne sont ainsi regroupés : Fragments antérieurs au milieu du 2e millénaire (Philadelphie, Yale, Bagdad, Chicago, Berlin et Londres), Fragments d’après le milieu du 2e millénaire (dans le pays, à l’étranger).

Les notes en bas de page, tout comme les explications intercalées entre les morceaux, sont innombrables. Leur lecture rend intelligible et encore plus captivant le récit immémorial. Par ailleurs, le livre contient cinq images en noir et blanc.

Parmi tous les passages mémorables de l’épopée, j’ai retenu celui-ci :

Si des enfants ont été mis au monde
Ce n’est pas pour rester inactifs.

(Tablette II, p. 88)

Référence

L’Épopée de Gilgameš. Le grand homme qui ne voulait pas mourir. – Traduit de l’akkadien et présenté par Jean Bottéro. – Paris : Gallimard, 2011 © 1992. – 299p. – (L’aube des peuples). – ISBN 978-2-07-072583-0. – BAnQ : G473e.

Sur la Toile

Gilgamesh n’a pas livré tous ses secrets! (Cécile Michel, SciLogs, 15 octobre 2015)

Article connexe

L’Épopée de Gilgamesh

06 novembre 2013

L’essentiel de la science

La revue Sciences et Avenir vient de publier son numéro hors-série faisant le point sur la science aujourd’hui. Un florilège d’articles, d’entrevues, d’illustrations et de références qui suscitent autant notre intérêt que notre stupéfaction devant autant de découvertes et de merveilles.

Plusieurs champs d’exploration font l’objet de synthèses et d’explications : l’astronomie, les mathématiques, la biologie, la technologie, l’environnement, l’archéologie et l’histoire.

La mise en page est exemplaire : articles de base, encadrés sur des aspects particuliers, illustrations complémentaires, schémas thématiques et entrevues avec des spécialistes de renom.

Les propos des savants suivants sont aussi captivants qu’instructifs :

- Michel Spiro, physicien (Cern) : « Nous nous inscrivons dans l’histoire de l’Univers »
- Marc Peschanski, biologiste (Inserm) : « Que vaut le progrès s’il ne bénéficie pas à tous? »
- Victor Mayer-Schönberger, professeur de nouvelles technologies (Oxford) : « Le déluge numérique va bouleverser nos vie »
- Pierre-Henri Gouyon, généticien (Muséum) : « Il faut remettre en route le moteur de la biodiversité »
- Pascal Depaepe, archéologue (Inrap) : « Laser et ADN changent notre vision de l’histoire »

Parmi les sujets abordés, soulignons ceux-ci :

- les exoplanètes et les trous noirs au cœur des galaxies
- l’antimatière et les neutrinos
- les cellules souches et le cancer
- les drones et les robots
- les plantes et les espèces marines
- les origines de l’homme

Les montages graphiques sont remarquables. Ceux traitant de l’astronomie méritent une mention spéciale : Aux origines de l’Univers, Le ciel en chiffres, Du Big Bang à l’ère des galaxies, De l’infiniment grand à l’infiniment petit, L’œil de Planck, Des milliards de terres et de soleils, Le bestiaire des étoiles, Comment détecter les exoplanètes.

À la toute fin de la revue, deux schémas explicatifs méritent aussi d’être notés : Une famille nombreuse, La grande migration de l’Homme moderne.

Ce panorama sur la science est passionnant!

Référence

Sciences et Avenir. – Ce qu’il faut savoir. L’essentiel de la science. Édition 2014. – N° 176 hors-série (octobre-novembre 2013). – 82p. – ISSN 0036-8636. – [Ce périodique peut être consulté dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque].

03 novembre 2013

Urbania / Spécial étudiants

Une revue éclatée.

Au point de départ, ce qui impressionne. La couverture : la figure de Joey Scarpellino, Le gars qui s’endort en bavant sur son bureau. Puis la publicité : 3/4 couvertures + 17/100 pages.

La première page : Sommaire. Les titres des articles sont surlignés en jaune. À l’image de certains passages de lecture, le procédé est répété en cours d’écriture. Quatre photos introduisent autant de thématiques particulières.

L’édito précise le but de l’équipe d’Urbania : revivre la merveilleuse période de sa vie étudiante. Son titre évoque aussi un célèbre épisode de la GGI 2012 : La belle vie. En parallèle, la nomenclature des artisans et la liste impressionnante des collaborateurs de ce numéro. Après quelques annonces pleine page, quatre articles de journalistes sont signalés sur des portes de casier.

L’humour est de mise tout au long de la publication tels la Page des lecteur(s), les cartes étudiantes souvenirs d’initiations, le Guide pour obtenir son diplôme sans perdre son temps, La vie sur le campus, Le tour du monde la gamelle étudiante, etc.

Des entrevues présentent des propos contrastés : Lucien Francoeur, ex-prof et poète, Gilles Dubé, photographe de finissants, Miguel Tejada-Flores, coscénariste du film Revenge of the Nerds, Stanley Vollant, premier diplômé en chirurgie innu, et Andrew Gold, prof le mieux évalué sur Rate My Professors.

Plusieurs articles, plus élaborés, abordent des thématiques variés : Dans l’œil de Julian Germain, La lumière au bout du tunnel, Guindon chez les cheerleaders, L’école de la vie à la télévision, Test de dopage, Payer sa session en trente tounes, Un Québécois au spring break, Retour au bercail, Les 5 d’Oxbridge, etc.

Outre son contenu consacré à la vie étudiante, ce numéro se caractérise par une mise en page originale, surprenante, remarquable.

Référence

Urbania. – « Spécial étudiants ». – Automne 2013, n° 39. – 100p. – ISSN 1708-0320. – [Cette revue est disponible dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque].

Sur la Toile

Urbania (Spécial étudiants)

27 octobre 2013

À force d’imagination

L’accès des peuples à l’éducation, d’emblée revendiquée en tant que droit démocratique fondamental et comme projet d’émancipation sociale, a été et demeurera toujours un enjeu central à tout projet de société évoluée.

Le lancement du livre collectif À force d’imagination s’est déroulé à l’Écomusée du fier monde, le 17 octobre 2013, en présence d’une assistance nombreuse et enthousiaste. Le sympathique Anarchopanda accueillait les participants avec un bouquet de fleurs (œuvre de Moïse Marcoux-Chabot, 2012).

Les intervenants suivants ont pris tour à tour la parole : Marie-Ève Lamy, de Lux Éditeur, et les coauteurs Jean-Pierre Boyer, Jasmin Cormier et David Widgington.

Ouvrage d’un nouveau genre au Québec, cet essai graphique reproduit plus de 400 affiches et artefacts sur le mouvement étudiant depuis 1958. La mise en page est exemplaire. Chaque illustration fait l’objet d’une légende d’indexation : Numéro d’image, « Traduction, s’il y a lieu », Émetteur.e, Support iconographique - technique de reproduction, Dimensions (largeur x hauteur), Auteur.e - [photographe], Date.

Le livre contient en outre des études encadrées par une dédicace, une liste des sigles et acronymes, une liste des organisations et une table des matières, d’une part, et par des notices biographiques, des remerciements et des crédits, d’autre part. Les épigraphes en tête de chapitre sont percutantes!

L’introduction est composée par quatre membres du Centre de recherche en imagerie populaire (CRIP), École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) : Jean-Pierre Boyer, Jasmin Cormier, Jean Desjardins et David Widgington.

Le titre de l’introduction évoque bien l’intention de l’équipe éditoriale : « Images des luttes et mémoire collective pour la suite de l’histoire! ». Elle est divisée en trois parties : la genèse du livre, le contenu des chapitres avec la présentation de leurs auteurs, les visées archivistiques et dynamiques de l’initiative éditoriale.

Les chapitres 1 et 3 racontent l’histoire du mouvement étudiant. Dans un premier temps, les étudiants Arnault Theurillat-Cloutier et Jaouad Laaroussi, s’attardent sur les étapes marquantes de la naissance du mouvement en 1958 jusqu’aux mobilisations prometteuses de 2010. D’événements disparates et de séquences plus ou moins abruptes, ils dégagent des lignes de force en gestation, ces actions éclatantes se transformant graduellement en tradition militante étudiante.

Les auteurs dégagent cinq étapes marquantes dans les décennies précédant le Printemps québécois. La syndicalisation des étudiants (1958-1969) voit surgir la première grève (1958), puis l’adoption de la Charte des droits et responsabilités des étudiants (1961), la fondation de l’UGEQ (1963), le débrayage de plusieurs cégeps et départements universitaires (1968) et le sabordage de l’UGEQ (1969).

Le renouveau syndical prend jour dans le contexte de crises politiques (1970-1978) : la Loi des mesures de guerre (1970), le Front commun et l’emprisonnement des chefs syndicaux (1972), la grève étudiante de 1974 pour une réforme du système des prêts et bourses, la création de l’ANEQ (1975), puis la grève étudiante de 1978 provoquant une réforme partielle des prêts et bourses.

Au cours de la décennie suivante (1979-1989), deux associations dissidentes de l’ANEQ sont créées : la RAEU (1979-1987) et la FAECQ (1982-1988), toutes deux favorables à la conciliation avec le gouvernement. La promulgation de la Loi sur l’accréditation et le financement des associations étudiantes (1983) est leur principal apport au mouvement étudiant. Les grèves de 1986 et 1988 apportent peu ou pas de gains.

La période suivante (1990-2000) marque un nouveau tournant caractérisé par l’hégémonie des fédérations étudiantes, la FEUQ et la FECQ étant respectivement créées en 1989 et 1990. Après l’échec de la grève de 1990 visant à contrer le dégel des frais de scolarité et la coupure des subventions fédérales à l’éducation supérieure en 1995, le MDE est fondé. L’année suivante, cette organisation militante, dénonçant explicitement le néolibéralisme, organise une grève victorieuse : le gouvernement accepte le maintien du gel des frais dans les cégeps.

La dernière séquence analysée par les auteurs commence par la fondation de l’ASSÉ (2001) dans la foulée du Sommet des Amériques. Cette nouvelle association militante dénonce la ZLÉA (2002) et la guerre en Irak (2003). Les mobilisations de 2003 et 2005 n’aboutissent pas aux résultats escomptés, cette dernière causant en plus de profondes frictions entre l’ASSÉ et les fédérations étudiantes. Ensuite, la grève de 2007 s’avère un échec. Par contre, toutes ces mobilisations ont favorisé l’émergence d’une tradition militante étudiante qui rendra possible le Printemps québécois grâce à un long et méritoire travail de mobilisation.

Une cinquantaine d’images illustrent les propos des deux auteurs étudiants, dont celles-ci : une publicité du PLQ préconisant la Gratuité scolaire totale (1960), le croquis Jésus exécuté comme anarchiste en 33 (Jean Gladu, 1968), l’affichette de l’ASSÉ Pour la gratuité scolaire à tous les niveaux pour tous et toutes (Louis-David Lalancette-Renaud, 2006), l’affiche L’UQAM dans la rue : grève étudiante, sauvons l’UQAM (anonyme, 2007), l’affiche de l’ASSÉ dénonçant le piège de La marchandisation de l’éducation (Hadad Hamel, 2007), et l’affichette 2009-2010 : trois fois plus d’étudiants dans les banques alimentaires (anonyme, 2009).

Dans un deuxième temps, l’étudiante Camille Robert retrace les péripéties de la grève générale illimitée du Printemps québécois à partir des prodromes de 2010 et jusqu’à ses répercussions en 2013. Avec ardeur, elle décrit tour à tour plusieurs événements déterminants : des occupations de bureaux ministériels, le pacte de solidarité entre les organisations étudiantes, la manifestation du 10 novembre 2011, la création de la CLASSE le 4 décembre, la vague des grèves initiales en février 2012, le début des répressions policières, la mythique manifestation du 22 mars.

Le mouvement étudiant se poursuit ensuite dans un contexte de plus en plus tendu : des perturbations économiques, les manifestations populaires lors du Salon Plan Nord et du Conseil général du PLQ, les 20 avril et 4 mai, l’échec de l’appel à la grève sociale, la loi spéciale du 18 mai, le recours à la désobéissance civile culminant avec la manifestation de 22 mai rassemblant plus de 300 000 personnes, la tournée nationale de la CLASSE, Nous sommes avenir, qui se conclut le 10 août dans une apothéose à l’Olympia.

Enfin, les derniers événements relatés évoquent le dénouement de la crise sociale : la campagne électorale et la fin de la GGI, la pénible rentrée scolaire, la dissolution de la CLASSE en novembre 2012 et le Sommet sur l’enseignement supérieur de février 2013. En considérant plusieurs questions laissées en suspens, l’auteure conclut sa fresque historique d’une façon critique.

Plus de 130 images illustrent le récit de Camille Robert, une vingtaine d’entre elles ayant été produites par l’auteure. Signalons quelques-uns de ces témoignages : les affichettes de la Manifestation du 10 novembre 2011 (anonyme), Créer un mouvement? Ensemble bloquons la hausse. (Camille Robert, août 2011), Tous et toutes vers la grève (Camille Robert, 2012), Vers la grève générale! (Camille Robert, 22 mars), la pancarte On vous dérange? On veut juste changer le Québec! (anonyme, 22 mars), la bannière La loi spéciale Rosemont s’en casserolle! (APAQ Rosemont – Petite-Patrie, mai), les affichettes C’est une société qui s’éveille. Grande manifestation familiale et populaire (Camille Robert, 2 juin), Cet été, la CLASSE parcourt le Québec : assemblée populaires dans une ville près de chez vous (anonyme, 1er juillet), Villeray désobéit (anonyme, 24 août), Le 10 août à l’Olympia : manifeste Nous sommes avenir (anonyme), La lutte porte fruits : abolition de la hausse, abrogation de la loi 78, amélioration de l’aide financière, renversement des libéraux. Continuons le combat. (Lazlo Bonin, septembre).

Le chapitre 2 est dédié au populaire carré rouge. Dans un texte rempli de délicatesse et de fines analyses, Vivian Labrie puise aux sources de ses expériences et de ses observations pour rappeler les multiples vies du carré rouge, symbole crée en 2004 au sein du Collectif pour un Québec sans pauvreté. Elle poursuit son étude en approfondissant les significations des appropriations et transformations successives du carré rouge.

Plus d’une cinquantaine d’images accompagne l’exposé de la chercheuse tel un autocollant de la CLASSE où deux mains donnent/reçoivent un carré rouge (2011), une intervention d’Archicontre à la station de métro Berri-UQAM (2012), la coute-pointe de Maille à part photographiée par Thien V. (2012), la pancarte Têtes blanches carré rouge d’Éduardo Corro (2012), et le bandeau d’Appel à tous dénonçant le jugement contre Gabriel Nadeau-Dubois (2012).

Le chapitre 4 considère l’actualisation des références historiques et des traditions culturelles populaires dans l’iconographie militante du mouvement étudiant et des mobilisations solidaires du Printemps québécois. Les quatre membres de l’équipe éditoriale passent en revue les formes et techniques utilisées par les militants étudiants et des artistes solidaires :

- les pancartes comme prise de parole citoyenne
- les banderoles militantes ouvrant les manifestations
- les graffitis et les pochoirs sur les murs de la ville
- les affiches diffusées dans la rue et dans les réseaux sociaux
- les dessins politiques, les caricatures et les bandes dessinées
- les photomontages et les mèmes contre les adversaires
- les peintures allégoriques réappropriées
- les créations de peintures en direct et d’œuvres commémoratives
- les usages alternatifs de la signalisation et de la cartographie urbaine
- les utilisations de masques, costumes, effigies et objets insolites.

Le rôle des médias démocratiques est ensuite souligné, par exemple les contributions déterminantes du quotidien Le Devoir, 99%Média et les télévisions étudiantes de l’Université de Montréal et de l’Université Concordia. Les témoignages de plusieurs artistes engagés complètent le chapitre : Artact qc, École de la montagne rouge, Clément de Gaulejac, Chloé Germain-Thérien, Maille à part et Moïse Marcoux-Chabot.

Parmi la centaine d’images reproduites dans ce chapitre, soulignons celles-ci : la photographie Beauchamp de pancartes (Mario Jean, 22 mars 2012), l’affichette Manifestation nationale du 22 mars (anonyme), l’affiche L’intimidation doit cesser (Clément de Gaulejac, 13 avril), la carte de géolocalisation #manifencours 2.0 (Maxime Larrivée-Roy, 26 mai), la bande dessinée Manif des bonhommes (Plus de 200 illustrateurs, 28 mai), les montages La naissance de Vénus et La création d’Adam (anonymes), la peinture en direct Les forces en présence (Nicolaï Kupriakov, 1er juin), la marionnette L’oie spéciale (Chloé Germain-Therrien, 22 août), la peinture La brutalité policière en classe (Artact qc, 28 août), la carte postale à la Montréal (anonyme), et la courtepointe La lutte commence (Maille à part, 30 août).

Dans le chapitre 5, Francis Dupuis-Déry, auteur engagé et politicologue à l’UQAM, explique pourquoi la grève étudiante, d’abord axée sur l’éducation, s’est élargie à une lutte populaire mettant en cause le néolibéralisme. Il fonde ses explications sur l’élargissement de la grille d’interprétation des problématiques rencontrées. Cette amplification favorise la solidarité avec d’autres forces sociopolitiques. L’auteur passe ensuite en revue certaines catégories d’illustrations plus radicales notamment contre la répression policière.

Une soixantaine d’images illustrent ce dernier chapitre, dont la pancarte L’éducation est un droit pas une marchandise (anonyme, 2007), l’affiche Grève générale (anonyme, 2012), la pancarte Mères en colère et solidaires (anonyme, mai), l’affiche Unis : étudiants, travailleurs, Québécois (École de la Montagne rouge, juin), la pancarte Grand prix de la matraque : 2984 arrestations (Éduardo Corro, juin), l’affichette Dehors la corruption néolibérale! (anonyme, 22 juillet), et le pochoir Pour votre sécurité, vous n’aurez plus de libertés. (anonyme).

Avec ses centaines de reproductions d’affiches et d’artefacts, son introduction, ses cinq essais, ses listes de sigles, acronymes et organisations, cet ouvrage collectif sera assurément un outil de référence pour la présente génération et les prochaines générations d’étudiants et de manifestants dévoués à l'éducation, la démocratie et la justice sociale.

Référence

Boyer, Jean-Pierre; Cormier, Jasmin; Desjardins, Jean; Widgington, David. – À force d’imagination. Affiches et artefacts du mouvement étudiant au Québec (1958-2013). – Montréal : Lux Éditeur, 2013. – 190p. – ISBN 978-2-89596-174-1. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 741.67409714 A11193 2013. – [Citation : Introduction, p. 11].

Sur la Toile

À force d'imagination, Collectif d'auteurs (Caroline Montpetit, Le Devoir, 9 novembre 2013)
Artéfacts d'un printemps érable (Photos du lancement par André Querry et David Widgington, 17 octobre 2013)
Centre de recherche en imagerie populaire (CRIP)
David Widgington parle du livre d'affiches à CKUT 90,3fm (11 octobre 2013)
École des médias (UQAM)
Écomusée du fier monde (Musée d’histoire et musée citoyen)
Lux Éditeur (À force d’imagination)

Articles connexes

Création en temps de crise sociale
Carré rouges au CCA
Le Printemps québécois | Une anthologie
Projets carré rouge

De l'école à la rue
Gabriel Nadeau-Dubois | Tenir tête

20 octobre 2013

Exposition Splendeurs de Venise

Le Musée des beaux-arts de Montréal présente une exposition exceptionnelle : Art et musique de la Renaissance au Baroque dans la Sérénissime, du 12 octobre 2013 au 19 janvier 2014.

Dans le numéro courant de la revue Musée des beaux-arts, le spécialiste en musiques anciennes François Filiatrault présente l’aspect le plus novateur de l’exposition Splendore a Venezia : l’interaction entre les arts visuels et la musique (1500-1800), en lien avec les ambitions politiques et économiques de la République de Venise.

Trois thèmes majeurs constituent l’armature de l’exposition : la place de l’art et la musique dans la sphère publique (cérémonies et processions, confréries et orphelinats), la sphère privée (musiciens, concerts, scènes de rue) et la mythologie (livrets, opéra).

L’article est complété par quelques notes sur la musique vénitienne en soulignant les contributions d’Ottaviano Petrucci, Adrian Willaert, Claudio Monteverdi, Apostolo Zeno et Antonio Vivaldi.

Des informations complémentaires suivent cette présentation : crédits et commissariat, publication, disque, iconographie, récente donation de Michal et Reneta Hornstein.

Référence

Filiatrault, François. - « Splendore a Venezia. Art et musique de la Renaissance au Baroque dans la Sérénissime ». – Musée des beaux-arts de Montréal. – Septembre-décembre 2013. – ISSN 1715-4820. – Pages 8-15. – [Ce périodique peut être consulté dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque].

Sur la Toile

Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)

Voir Venise… et sourire (Isabelle Paré, Le Devoir, 5 octobre 2013) – [Reproductions de peintures et extraits musicaux].

14 octobre 2013

Graphies d’atelier | René Derouin

Le temps nous fait réinterpréter les mêmes œuvres sous un autre regard, un dessin, une gravure, une aquarelle, une lettre ouverte, une conférence, un texte de journal.

L’édition du nouveau livre de René Derouin est concomitante à l’exposition Fleuve se déroulant à la Grande Bibliothèque jusqu’au 23 mars 2014 : entrée libre du mardi au jeudi de 12 h à 21 h et du vendredi au dimanche de 10 h à 17 h.

Précédée par des Remerciements et la dédicace, la partie liminaire contient les préfaces de Benoît Lacroix et Gilles Lapointe, ainsi que l’Introduction de l’auteur René Derouin.

L’ouvrage compte quatre ensembles : Correspondance, Journaux intimes, Témoignages et Écrits publics. Une section supplémentaire porte sur les œuvres produites en 2012-2013, sous le titre Le trait continu.

Le livre est complété par Remerciements et exposition à BAnQ, Chronologie, Prix et mentions, Index onomastique.

René Derouin destine Graphies d’atelier notamment aux étudiants en art, aux historiens de l’art et au public québécois. Dans son Introduction, il précise aussi le but de son ouvrage : laisser des traces d’artiste « En espérant un nouveau printemps qui pourrait faire changer la perception de notre propre identité dans cette Amérique que nous habitons à peine après 400 ans sur le territoire. »

Intitulée « Notre liberté était dans la rue… », la préface du dominicain Benoît Lacroix brosse un portrait en trois séquences de la vie de René Derouin : son enfance dans le quartier populaire de Longue-Pointe, son exil au Mexique et son amitié avec le peintre Louis Muhlstock.

La préface de Gilles Lapointe est intitulée Du dessin à l’écriture : la migration intérieure de René Derouin. L’historien de l’art souligne la singularité de l’ouvrage de René Derouin, celui-ci dévoilant « au grand jour les différentes facettes d’une vie d’artiste ». Il passe ensuite en revue trois écrits marquants du célèbre artiste québécois : L’espace et la densité (1993), Ressac. De Migrations au Largage (1996) et Paraíso. La dualité du baroque (1998). La dernière partie de cette préface est consacrée à la Fondation René-Derouin, ainsi qu’aux livres Pour une culture du territoire (2001), Les Jardins du précambrien (2006) et En chemin avec René Derouin (2009).

Le livre est abondamment illustré, un très grand nombre de ces reproductions étant diffusées pour la première fois. Les œuvres sont de différents types et en divers matériaux : photo, gravure, livre, dessin, sanguine, bois gravé, aquarelle, note de correspondance, document officiel, lithogravure, pastel, capture de presse, encre, fusain, crayon-feutre, plaque, huile, estampe, sérigraphie, installation, murale, affiche, linogravure, acrylique, collage, esquisse, plan, montage, statuette, épreuve photo, feutre, papier collé, monotype, céramique, etc.

À titre d’exemple, dès les premières pages, on peut apprécier Lac des sables (1981) et une œuvre de jeunesse (19 ans), l’aquarelle Washington (1955). Celle-ci évoque un paysage bucolique constitué de feuillus alignés au plan mitoyen, d’une voie piétonne adjacente à un terrain gazonné au premier plan et de la coupole du Capitole au troisième plan. Par contre, le bois gravé représentant un lac laurentien, produit à l’âge de la maturité (45 ans), est constitué de lignes abstraites et sinueuses à l’image d’une carte topographique. Par ailleurs, la première illustration du livre représente une œuvre récente de l’artiste (77 ans), un papier collé : Éclipse V (2013).

Fruit d’un prodigieux travail méthodique de préparation, Graphies d’atelier est un livre intimiste et complexe d’une richesse inouïe. À nous de le découvrir, de se l’approprier, tout en allant parcourir l’exposition captivante Fleuve.

Référence

Derouin, René. – Graphies d’atelier. Le trait continu. – Textes établis et présentés par Gilles Lapointe. – Montréal : Fides, 2013. – 455p. – ISBN 978-2-7621-3544-2. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : à venir. – [Citations : Introduction, p. 28 et 31].

Des exemplaires sont mis à la disposition des visiteurs de l’exposition Fleuve.

Conférence

René Derouin – Fleuve, largage et ensemencement

À l'Auditorium de la Grande Bibliothèque, le mardi 15 octobre à 19 h 00.

Sur la Toile

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

Exposition Fleuve – René Derouin à la Grande Bibliothèque : 50 ans d’art et d’américanité (BAnQ)

Le Calendrier des activités culturelles contient un entretien d’Éric Fontaine avec René Derouin, artiste-commissaire de l’exposition «Fleuve» présentée à la Grande Bibliothèque du 1er octobre 2013 au 23 mars 2014. Entrée libre du mardi au jeudi de 12 h à 21 h et du vendredi au dimanche de 10 h à 17 h.

Les livres de René Derouin sont disponibles à la Grande Bibliothèque. Par ailleurs, le catalogue Iris donne accès à près de 70 œuvres de René Derouin sous forme numérique. Les productions originales de l’artiste peuvent être vues au Centre de conservation, au 2275, rue Holt.

René Derouin | Projets (Site officiel de l'artiste)

Un coup de maître de René Derouin (Paul Bennett, Le Devoir, 7 octobre 2013)

Article connexe

La dualité du baroque : Paraíso

03 octobre 2013

Gabriel Nadeau-Dubois | Tenir tête

Recension

A) Avant la publication de Tenir tête

01 | Tenir tête: Gabriel Nadeau-Dubois présente son premier livre (Marie-Josée Roy, Huffington Post Québec, 15 août 2013)
02 | Nadeau-Dubois règle ses comptes (Lisa-Marie Gervais, Le Devoir, 7 octobre 2013)
03 | Retour sur un printemps houleux (Paul Journet, La Presse, 7 octobre 2013)
04 | Gabriel Nadeau-Dubois: heureux d’un printemps (Claude André, Journal Métro, 7 octobre 2013)
05 | «Tenir tête» de Gabriel Nadeau-Dubois: lettres à un jeune indigné [Extraits] (Catherine Levesque, Huffington Post Québec, 7 octobre 2013)
06 | Nadeau-Dubois publie son essai (Ewan Sauves, 24h, 7 octobre 2013)
07 | Le printemps 2012, version Gabriel Nadeau-Dubois (Entrevue avec Marie-France Bazzo, C'est pas trop tôt!, Radio-Canada, 7 octobre 2013)
08 | Le vrai visage de Gabriel Nadeau-Dubois (Entrevue avec Marie-Louise Arsenault, Plus on est de fous, plus on lit!, Radio-Canada, 7 octobre 2013)
09 | #TenirTête (Jean-Félix Chénier, Voir, 9 octobre 2013)

B) Publication et lancement de Tenir tête

Lancement et séance de dédicaces

Jeudi 10 octobre 2013 – 18 h 00 à 21 h 00
Société des arts technologiques (SAT)
1201, boulevard Saint-Laurent
Montréal (station de métro Saint-Laurent)

10 | Invité - Gabriel Nadeau-Dubois (Vidéo 09:12 min, Entrevue avec Marie-France Bazzo, Télé-Québec, Bazzo.tv, 10 octobre 2013)
11 | [Extrait] Tenir tête, par Gabriel Nadeau-Dubois [La démocratie et le mouvement étudiant] (L'actualité, 10 octobre 2013)
12 | Gabriel Nadeau-Dubois revient sur le printemps 2012 avec «Tenir Tête» (La Presse canadienne et Léandre Drolet, 107,7 FM, 10 octobre 2013)
13 | Gabriel Nadeau-Dubois revient sur le printemps érable avec Tenir Tête (Étienne Fortin-Gauthier et La Presse canadienne, La Presse, 10 octobre 2013)
14 | Lancement de «Tenir tête» de Gabriel Nadeau-Dubois (Photos d'André Querry, avec Éric Charpentier, 10 octobre 2013)
15 | Les photos du lancement du livre «Tenir tête» de Gabriel Nadeau-Dubois (Bruno Guérin, Nightlife, 10 octobre 2013)
16 | Gabriel Nadeau-Dubois launches his new book "Tenir tête" in Montréal (Photos du lancement de Tenir tête par Jean-Yves Ahern, Demotix, 10 octobre 2013)
17 | Extrait de « Tenir tête » (Gabriel Nadeau-Dubois) (Extrait de Tenir tête portant sur la démocratie et le mouvement étudiant, Cent papiers, 10 octobre 2013)
18 | «Tenir tête» déjà un best-seller pour Gabriel Nadeau-Dubois (La Presse canadienne, La Métropole, 11 octobre 2013)
19 | Gabriel Nadeau-Dubois continue de tenir tête (Patwhite, 11 octobre 2013)
20 | Gabriel Nadeau-Dubois et les élites déconnectées (Gabriel Nadeau-Dubois, extrait de Tenir tête, p. 48-50, L'actualité, 11 octobre 2013)

C) Après la publication de Tenir tête

21 | Gabriel Nadeau-Dubois dans la tourmente (Louis Cornellier, Le Devoir, 19 octobre 2013)
22 | Livre : le regard de Gabriel Nadeau-Dubois sur le mouvement étudiant (Radio-Canada, 21 octobre 2013)
23 | Tenir tête : entrevue avec Gabriel Nadeau-Dubois (Julie Delisle, Le République, 21 octobre 2013)
24 | Tenir tête - Introduction (Texte intégral gratuit) (Gabriel Nadeau-Dubois, Lire vous transporte - Association des libraires du Québec, Bibliothèques de Montréal et Société de transport de Montréal, 22 octobre 2013)
25 | La rue, le livre (Entrevue de Gabriel Nadeau-Dubois, Le Délit, le seul journal francophone de l'Université McGill, 22 octobre 2013)
26 | Repenser – Heureux d’un printemps (Avryl Gosselin, Le Sans papier, 1er novembre 2013)
27 | « Sur 143 éditoriaux, seuls 4 nous étaient favorables » : retour sur le Printemps érable (Entrevue avec Marie Pâris, rue89.com, 5 novembre 2013)
28 | Discussion entre Gabriel Nadeau-Dubois et Samuel Archibald ou comment réapprendre à tenir tête (Entrevue de Gabriel Nadeau-Dubois et Samuel Archibald à la librairie Le port de tête, Joakim Lemieux, Les méconnus, 7 novembre 2013)
29 | La sortie du livre Tenir tête (Entrevue avec Luc Fortin et Élisabeth Simpson, Vues & voix, 8 novembre 2013)
30 | Le citoyen Nadeau-Dubois (Chantal Guy, La Presse, 15 novembre 2013)
31 | «Tenir Tête» de Gabriel Nadeau-Dubois: mettre les pendules à l’heure (Audrey Neveu, La Bible urbaine, 15 novembre 2013)
32 | Discussion autour de Tenir tête : le printemps étudiant, l'accessibilité à l'éducation et l'avenir politique du Québec (Émission spéciale de C'est pas trop tôt! au Salon du livre de Montréal, Radio-Canada, 24 novembre 2013, audio de 45,21 minutes, trois vidéos)
33 | Les essais de 2013 - La recrue de l'année (Luc Cornellier, Le Devoir, 21 décembre 2013)
34 | Gabriel Nadeau-Dubois, militant et philosophe (François Doyon, Le blogue de François Doyon, 24 décembre 2013)
35 | Gabriel Nadeau-Dubois. Tenir tête (Nicolas Bourdon, L'Action nationale, janvier 2014)
36 | Prochaine conférence au cégep de Limoilou (Montréal Maintenant, 98,5 FM, Paul Houde, entrevues avec un étudiant du collège Limoilou, le journaliste Mathieu Boivin et l'écrivain Gabriel Nadeau-Dubois, 31 janvier 2014)
37 | 'Tenir Tête' revisits the Maple Spring (Nora Loreto, Rabble.ca, 6 mars 2014)
38 | Une critique teintée de rouge (Giguère, La Nouvelle Union, 15 mai 2014)
39 | Grande entrevue avec Gabriel Nadeau-Dubois (Deux ans après le Printemps érable) (Entrevue avec Nicolas Falcimaigne, Ensemble, 9 juillet 2014) (Vidéo, 25:42 min)
40 | Tenir tête (Michèle Ouimet, La Presse, 6 septembre 2014)
41 | Student activist Gabriel Nadeau-Dubois (Entrevue avec Bernard St-Laurent, C'est la vie, CBC Radio, 14 juin 2015) (Audio, 22:00 min)
42 | The Lucky Seven Interview, with Gabriel Nadeau-Dubois (Grace, Open Book Toronto, 30 juin 2015)

Extraits de Tenir tête

Mon essai porte un regard en arrière, mais ce qui m’intéresse vraiment, c’est l’avenir. Je suis trop jeune pour les commémorations, et cette grève n’est pas encore un artefact pour les musées. J’ai l’intime conviction que la crise sociale de 2012 n’a pas dit son dernier mot.


Toute histoire a un commencement, et pour moi l’aventure du printemps 2012 débute le 12 juin 2009 lorsque j’ouvre le journal Le Devoir.

Références

Nadeau-Dubois, Gabriel. – Tenir tête. – Montréal: Lux Éditeur, 2013. – 224p. – ISBN 978-2-89596-175-8. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 371.81 N134t 2013.

Un an après la fin de la grève étudiante du printemps 2012, on s’interroge encore sur le sens de ces événements, et sur les suites à leur donner. Le 10 octobre, Gabriel Nadeau-Dubois publie chez Lux Éditeur Tenir tête, un essai sur son expérience, et sur les leçons qu’il tire du plus gros conflit social qu’ait connu le Québec depuis 40 ans. Dans ce livre, court et incisif, on suit Gabriel Nadeau-Dubois pas à pas dans ses analyses, ses explications, ses rencontres importantes, dans les assemblées étudiantes, dans les médias et dans la rue. Chemin faisant, le lecteur renoue, non sans stupéfaction, avec les turpitudes morales et intellectuelles d’une certaine élite au pouvoir et, surtout, avec l’incroyable vigueur de ceux et celles qui s’opposent au mercantilisme et aux programmes d’austérités économiques que chérit cette élite. Tenir tête doit être lu par ceux qui partagent la colère des étudiants, mais aussi par les autres, car ils y découvriront peut-être que la cause des étudiants était également la leur. (Lux éditeur)

Vers de nouvelles hausses des droits de scolarité (Clairandrée Cauchy, Le Devoir, 12 juin 2009) – [Le quotidien Le Devoir peut être consulté dans les Bibliothèques de Montréal et à la Grande Bibliothèque].

Étude

Analyse du livre « Tenir tête »

Popularité phénoménale de l'essai, Architecture de l'essai, Caractère intimiste de l'essai, Essai temporel, L'éducation civique au cœur de l'essai, Appréciation, Référence, Commentaires, Société.

Photo

Image : Antoine Letarte, CC BY 3.0 | Gabriel Nadeau-Dubois pendant un point de presse à la manifestation nationale du 22 juin 2012 à Québec.

Sur la Toile

Gabriel Nadeau-Dubois (Microblogue Twitter)

Lux Éditeur (Tenir tête)

Articles connexes

Gabriel Nadeau-Dubois (2009-2012) - (Recueil de textes et de vidéos de Gabriel Nadeau-Dubois)

Gabriel Nadeau-Dubois (2012-2013) - (Recueil de textes, de vidéos et d'enregistrements audio de Gabriel Nadeau-Dubois)

29 septembre 2013

Carte du désert d’Atacama (1877)

Deux ans avant la guerre du Pacifique (1879-1883), l’ingénieur Josiah Harding (1846-1919) dresse une carte de la partie occidentale du désert d’Atacama : Map of Part of the Desert of Atacama (Bolivia) to Accompany the Paper. Elle illustre un article publié par la Société royale britannique de géographie dans le Journal of the Royal Geographical Society (n° 47, 1877).

La carte est analysée par le professeur Karl Offen dans l’excellent recueil de cartes latino-américaines Mapping Latin America, édité par The University of Chicago Press.

Selon Offen, la carte de Harding ne peut être reliée directement au déclenchement de la guerre entre le Chili, le Pérou et la Bolivie. Par contre, elle démontre les relations entre la cartographie scientifique, le pouvoir éducatif des cartes et les conflits territoriaux en Amérique latine.

Le professeur de géographie à l’Université d’Oklahoma situe le travail d’ingénierie et de cartographie de Harding dans le contexte général de l’impérialiste du 19e siècle et le contexte particulier du rayonnement des sociétés professionnelles de géographie à cette époque.

Il poursuit son exposé en décrivant la mission spécifique de Harding, soit la construction d’un chemin de fer du port d’Antofagasta aux mines de salpêtre de Las Salinas. Au cours de son travail, Harding cartographie toute la région adjacente à la voie ferrée, cette zone minière étant le centre mondial d’approvisionnement en nitrate de sodium naturel.

Offen s’attarde à souligner les singularités de cette carte thématique dédiée à un territoire désertique : échelles, rivières (eau non potable), établissements (seulement quatre, dont trois côtiers), toponymes (noms empruntés aux minéraux, à la Bible, à la botanique et à Charles Dickens).

La carte contient une seule indication politique : une ligne de démarcation entre le Chili et la Bolivie, à la hauteur du 24° parallèle. L’auteur rappelle les traités signés entre ces protagonistes en 1842, 1866 et 1874. Il raconte ensuite les circonstances immédiates du déclenchement de la guerre du Pacifique par le Chili.

La dernière partie de l’analyse spécule sur l’impact que la carte de Harding est susceptible d’avoir eu au Chili à la veille de la guerre du Pacifique, notamment en révélant l’abondance des ressources minérales dans le désert d’Atacama.

Une bibliographie complète l’article.

Référence

Offen, Karl. – « Minerals and War ». – Dym, Jordana; Offen, Karl; dir. – Mapping Latin America. A Cartographic Reader. – Chicago : The University of Chicago Press, 2011. – ISBN 978-0-226-61822-7. – xx-338p. – P. 139-143. – BAnQ : 912.8 M2976 2011.

En ligne le 29 septembre 2013 : Version numérique de l’article de Harding sur Google Livres, sauf la carte : Minerals and Wars. – Reproduction commerciale de la carte de Harding.

Sur la Toile

A Journey Through Latin American Maps from the Columbian Encounter to the Present (The University of Chicago Press)
Guerre du Pacifique (1879-1884) [1879-1883] (Wikipédia)

22 septembre 2013

Encyclopédie de l’état du monde

Bibliothèque et Archives nationales du Québec met gratuitement à la disposition de ses abonnés l’Encyclopédie de l’état du monde. Cette ressource documentaire est produite par les Éditions La Découverte.

L’interface de la base de données est conviviale. La page d’accueil propose quatre grands thèmes :

- Le monde aujourd’hui
- Tous les pays du monde
- Histoire du 20e siècle
- Statistiques.

La barre de menu offre les options suivantes :

- recherche simple par mots clés
- recherche avancée (documents, chronologies; pays, mots clés)
- recherche par région (carte interactive)
- recherche par pays (liste alphabétique)
- recherche par thème (société, géopolitique, économie, politique)
- recherche par période (chronologie mondiale, séquences historiques, grands dossiers)
- recherche par données (pays, régions, indicateurs économiques, IDH, PIP-PPA, population, matières premières)
- aide à la recherche (document informatif).

À titre d’exemple, compte tenu de l’actualité internationale, effectuons une recherche sur la Russie. La recherche par pays donne accès aux rubriques suivantes :

- Russie et URSS au 20e siècle (Marie-Hélène Mandrillon)
- Bilan annuel 1991-2012
- Fiche signalétique
- Carte
- Statistiques
- Bibliographie
- Sur Internet
- La région (carte, statistiques, bibliographie).

Parmi les liens sélectionnés sur la Toile, on trouve le site de l'Agence russe d'information internationale RIA Novosti (en français). La consultation de cette ressource permet de connaître le point de vue russe sur les sujets d’actualité, dont celui de l’Arctique. À cet égard, citons un article publié par cette agence (16 septembre 2013) :

L'armée russe retourne en Arctique

Un aérodrome militaire va être reconstruit à partir de cet automne à Kotelny, une des îles de Nouvelle-Sibérie, écrit lundi 16 septembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Mettre en place une veille opérationnelle du commandement de l'aviation et installer des services de maintenance sur l'île – transmetteurs, médecins, experts du génie, météorologues, sauveteurs et autres spécialistes. Un convoi de navires a été envoyé derrière le 73ème parallèle nord pour mener à bien cette mission.

Entre le 3 et le 12 septembre 2013 un groupe de navires de guerre de la flotte du Nord a emprunté la Route maritime du Nord pour se rendre dans les îles de Nouvelle-Sibérie, parcourant plus de 3 000 kilomètres - les navires de combat russes n'étaient encore jamais allés aussi loin.

Ce voyage visait à affirmer le statut de la Russie comme puissance arctique, à renforcer sa sécurité et à assurer une activité économique normale du pays dans les zones qui relèvent de ses intérêts nationaux.

La tâche est très ambitieuse, compte tenu de l'appétit des États frontaliers mais également du monde entier pour cette région particulièrement riche en ressources minières et économiquement attrayante.

La Chine, l'Inde, le Brésil, l'Iran et bien d'autres pays prétendent mettre la main sur l'Arctique et, pour rappeler à tout le monde qui possède la Route maritime du Nord, la Russie a commencé à reconstruire sur les îles et archipels de l'Arctique les ports et aérodromes autrefois abandonnés. Le premier de ces aéroports se trouve sur l'île Kotelny dans l'archipel des îles de Nouvelle-Sibérie. Le croiseur Pierre le Grand et les navires d'accompagnement ont jeté l'ancre à proximité de l'île. Les groupes de reconnaissance ont été projetés sur Kotelny à bord des hélicoptères Ka-27 et les canots. Ils ont examiné le littoral et ont déterminé l'endroit de débarquement. Ensuite, les équipages des navires ont utilisé des plateformes de navigation spéciales pour faire parvenir des équipements pour la réhabilitation de la piste d'atterrissage (aérodrome).Pour l'instant, seuls les hélicoptères Mi-26 sont capables de transporter sur l'île les équipements nécessaires et les dispositifs d'hébergement pour le personnel de service de l'aérodrome.

L'île Kotelny sera dotée d'une aire pour les hélicoptères ainsi que de l'aérodrome Temp qui à terme pourrait accueillir tout avion de transport militaire, même l'An-72 et l'Il-76. Le général d'armée Arkadi Bakhine a déclaré que des technologies de pointe seraient utilisées pour la construction d'une piste d'atterrissage sur un sol gelé en permanence.

Sur le même sujet, plusieurs autres articles sont proposés aux internautes :

- La Russie ouvre son premier centre des situations d'urgence en Arctique
- Arctique: Moscou en retard sur l'Otan
- Une grande armada pour conquérir l'Arctique
- Arctique: la Russie délimite les frontières du cercle polaire
- Le brise-glaces Rossia en expédition dans l'Arctique
- Les stations de recherches russes en Arctique.

Sur cette carte topographique partielle de l’île Kotelny, dans l’archipel de Nouvelle-Sibérie, on peut localiser l'aérodrome Temp qui sera bientôt reconstruit par les forces militaires russes :


Comme on peut le constater, le point de vue russe est similaire à celui du Canada : la militarisation de l’Arctique vise l’affirmation de sa souveraineté territoriale, le contrôle de la route maritime et l’exploitation des ressources.

Références

L'armée russe retourne en Arctique (RIA Novosti, 16 septembre 2013)

Encyclopédie de l’état du monde (BAnQ > Ressources en ligne > Revues, journaux et bases de données > Toutes les ressources > De A à Z > E)

Hayes, Derek. – Historical Atlas of the Arctic. – Vancouver : Douglas & McIntyre, 2003. – 208p. – ISBN 0-295-98358-2. – Bibliothèques de Montréal et BAnQ : 911.98 H417h et 911.98 H4174h 2003. – [Explorations de l’Arctique russe : p.p. 34-43, 112-123, 135-144, 148-151, 168-169; cartes : numéros 50-70, 179-194, 211-213, 215, 217-222, 228-232, 248, 259-262].

Топографическая карта (Cartes topographiques russes à différentes échelles) (Carte de l'aérodrome Temp, à l’échelle 1:200 000, dressée en 1984)

Article connexe

Atlas historique de l’Arctique