28 avril 2021

La vraie vie de Dante (1265-1321)


La vraie vie de Dante (1265-1321) > C’est ainsi que la biographie de Dante, par Alessandro Barbero, est annoncée sur la bande publicitaire de ce nouveau livre édité chez Flammarion.

Avant-propos

L’ouvrage est précédé d’un avant-propos à l’édition française. L’auteur souligne la renommée tardive de Dante en France. Il situe ensuite l’auteur florentin dans le contexte de son époque, tout en rappelant l’histoire et l’importance des villes italiennes depuis plusieurs siècles.

Les caractéristiques politiques de Florence se distinguent à plusieurs égards. La ville est gouvernée par les guelfes, c’est-à-dire les partisans du pape allié à la France, alors que plusieurs autres villes sont gouvernées par les gibelins plutôt nostalgiques du pouvoir impérial.

À Florence, les guelfes se divisent en deux groupes rivaux, les Blancs (dont Dante est partisan) et les Noirs. Après l’éviction de la faction blanche du pouvoir politique, en 1302, Dante doit s’exiler. C’est au cours de cet exil qu’il écrit La Divine Comédie, un des chefs-d’œuvre de la littérature mondiale.

Chapitres

Le livre contient vingt et un chapitres, dont voici un aperçu.

Le chapitre initial raconte la bataille de Campaldino survenue le 11 juin 1289. Ce combat oppose les guelfes de Florence et leurs alliés aux gibelins du territoire d’Arezzo. Âgé de 34 ans, Dante participe activement à la bataille, aux côtés des meilleurs et des plus riches chevaliers de sa ville. Après avoir raconté les péripéties de cette tuerie organisée, l’auteur s’attarde longuement à préciser la position sociale de Dante.

Le chapitre suivant discourt sur l’évolution des conceptions de Dante au sujet de la définition du terme noblesse. L’auteur confronte les sources pour étayer ses propos, ses hypothèses, jugeant difficile d’affirmer que Dante était ou n’était pas noble.

L’arbre généalogique des Alighieri ouvre le chapitre 3. L’auteur présente la parentèle des ancêtres de Dante et leurs activités dans le monde de la finance. Le chapitre suivant est dédié aux parents et cousins de Dante, en soulignant la violence de l’époque.

Le plan de Florence figure au début du chapitre 5. On y trouve la localisation de la maison natale de Dante, le baptistère San Giovanni, la tour de la Castagna et les églises San Martino del Vescovo et Santa Margherita, toutes deux à proximité de la maison familiale. Le chapitre 6 porte sur le nom de baptême de Dante, et les frères et sœurs du Florentin. Les rencontres avec Béatrice et ses amis sont décrites au chapitre suivant, tout en précisant les mortalités précoces et la séparation des sexes dans la Florence de Dante. Le chapitre suivant est consacré aux études du jeune florentin, une formation d’abord scolaire, puis autodidacte.

Le chapitre 8 porte sur le mariage de Dante avec Gemma di Manetto Donati et les questions suscitées par la date du mariage et le montant de la dot. Les affaires de Dante sont examinées au chapitre 9. Régulièrement associé à son frère Francesco, Dante vit de ses rentes dès l’âge de 18 ans jusqu’à la confiscation de ses biens en 1302. Une carte des propriétés de Dante autour de Florence est insérée en début de ce chapitre.

Les chapitres 10 et 11 traitent de la politique d’une façon exhaustive. L’auteur explique la complexité des rouages politiques du régime populaire auquel Dante participe. Chacune des interventions du poète est détaillée dans le contexte des rivalités entre les Blancs et les Noirs. Le chapitre 12 raconte le coup d’État mené par les Noirs, en 1302, à la suite duquel Dante fut exilé de Florence.

Les chapitres 13 et 14 abordent la question du patrimoine familial, en précisant que la femme et les enfants de Dante, ainsi que son demi-frère Francisco sont restés à Florence. Après le décès de Dante, ses biens séquestrés, dont il resta propriétaire malgré son exil, sont légués à ses héritiers (deux fils survivants et Francisco).

Les chapitres 15 à 18 portent sur la période 1302-1309. Ils relatent les activités politiques et militaires de Dante à Arezzo (où il rompt avec les autres bannis), puis sa vie de réfugié errant à Vérone, Bologne, chez des grandes familles nobles de territoires montagneux d’Italie centrale, à Paris, Padoue et Lucques. D’entrée de jeu et à quelques reprises, l’auteur indique que les vingt dernières années de l’exilé sont peu documentées, ce qui alimente nombre de débats historiographiques.

Dans le chapitre 19, l’aventure d’Henri VII en Italie (1309-1313) est racontée avec moult détails, Dante ayant appuyé ouvertement la soumission au nouvel empereur romain germanique. Après un dernier séjour à Vérone, rapporté au chapitre 20, l’auteur conclut son étude en évoquant les dernières années de vie de Dante à Ravenne.

Compléments

Comme il s’agit d’une étude historique, et non d’une biographie romancée, le livre est complété par des Repères historiques (une chronologie allant de 1216 à 1321), des Notes (82 pages), une Bibliographie (31 pages) et un Index (10 pages). Dans les Notes, l’avant-propos est désigné Préface. Plusieurs notes sont exhaustives.

Appréciation

La lecture de cette biographie est fort agréable, car le style de l’auteur et le caractère historiographique de l’ouvrage sont remarquables. Le recours aux sources primaires pour étayer les faits et leurs interprétations est constant.

Bien mis en relief, le contexte historique de la vie de Dante est fascinant, avec les données et les explications sur les régimes politiques, les affrontements entre les dirigeants et le peuple, les intrigues politiques, les violences urbaines, les rivalités territoriales et les conflits armés. Une fresque inestimable sur la société italienne au Moyen-âge.

Référence

Barbero, Alessandro. - Dante. - Traduit de l’italien par Sophie Royère. - Paris: Flammarion, 2021. - 472p. - ISBN 978-2-0815-1933-6. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ : à venir.

Auteur

Alessandro Barbero (Wikipédia)

Image

Portrait de Dante Alighieri (Sandro Botticelli, 1495) (Wikimedia Commons)

Sur la Toile

La Divine Comédie (Dante Alighieri) (BnF / Gallica)

Aucun commentaire: