05 mai 2011

Les pistes routières pour cyclistes


Le succès du Bixi illustre la popularité sans cesse croissante du cyclisme. La multiplication des guides sur les pistes cyclables en témoigne. À titre d’exemple, soulignons l’excellent guide des Éditions Vélo Québec : Carte des voies cyclables du grand Montréal (2010).

Un tel engouement a existé à la fin du 19e siècle comme l’illustre la carte Bicycle Map of the Island of Montreal and Surrounding District (1897). Observons les principales caractéristiques de ce document plus que centenaire : généralités, géographie physique, géographie humaine.

Comme c’est le cas pour les cartes de cette époque, elle est de langue anglaise. Les entreprises qui la commanditent sont également anglophones : Dominion Express Company’s Money Orders. Toronto Tire, Dominion Burglary Guarantee, The Travelers Insurance.

La carte est constituée d’un papier collé sur une toile. Elle a été largement utilisée. C’est pourquoi il y a de nombreuses déchirures sur son pourtour et le long des marques de pliage. On y trouve même une note manuscrite : « Passage difficile ». L’origine du document n’est pas indiquée dans la notice de BAnQ.

La carte est délimitée par un double cadre, soit par une ligne large à l’extérieur et une ligne étroite à l’intérieur. Le cartouche contient le titre, la date, l’échelle en milles [1:126 720] et une légende sur le réseau routier.

Le territoire couvert par la carte est vaste. Les îles de l’archipel de Montréal sont identifiées : Montréal, Visitation, Jésus, Bourdon, Sainte-Thérèse, à l’Aigle, Grosbois, de la Commune, Molson, Charron, Sainte-Hélène, des Sœurs, Héron, Saint-Bernard, de la Paix, Perrot, Geneviève, Bizard.

Le réseau hydrographie de la région est détaillé : fleuve Saint-Laurent; rapides de Lachine; rivière des Prairies (appelée Back River par les anglophones), des Milles Îles, Mascouche, L’Assomption; ruisseaux des Roches, des Neiges, Chiens; lacs Saint-Louis, des Deux-Montagnes; crique Molson.

Des ouvrages et des toponymes sont rattachés à ce réseau : quais de Montréal, Longueuil, Saint-Lambert, La Prairie, Beauharnois, Pointe-Claire; centrale hydroélectrique; canaux de Lachine et de Beauharnois; Club nautique Saint-Laurent

Le relief est souligné par des hachures : le mont Royal et les escarpements à la hauteur de la rue Sherbrooke.

Après les éléments physiques, ce sont les réseaux de transport terrestre qui retiennent notre attention. Commençons par les voies ferrées. Montréal est alors au cœur du réseau ferroviaire des colonies britanniques nord-américaines.

Les nombreux chemins de fer conduisent vers les villes de Portland, Boston, Saint-Jean, Toronto, Ottawa, Québec, Sherbrooke. Des ponts ferroviaires sont indiqués, notamment le pont Victoria, ainsi que des gares (Brossard, Rosemère). Des circuits de tramway sont aussi localisés (Montreal Park & Island).

Les limites de la métropole sont tracées, tandis que les autres villes, villages et paroisses sont indiqués par des traits obliques ou une croix. Ces concentrations urbaines sont bien identifiées.

C’est le réseau routier dans ces villes et entre ces lieux qui est la raison d’être de cette carte thématique :

Cette carte montre les pistes routières pour cyclistes de l'île de Montréal et des districts environnants. Les meilleures routes sont indiquées par des tirets rouges alors que les routes normales le sont par une ligne rouge continue.

Plusieurs espaces verts et des hôtels fréquentés par des cyclistes sont indiqués sur la carte : Westmount MAA Ground, Shamrock Ground, Park (au bout de l’île), cimetières Notre-Dame et Mont-Royal; hôtels Bureau, Péloquin, Harvey, Lakeview.

Le premier bicycle circule à Montréal en 1876 et le Montreal Bicycle Club est fondé la même année. Les Championnats du monde ont lieu à Montréal pour la première fois en 1899. Par ailleurs, le 21 novembre 1889, Henri Dandurand devient le premier automobiliste de la métropole. Depuis lors, les cyclistes et les automobilistes doivent partager le réseau routier.

La carte de 1897 démontre, entre autres, que l’intérêt actuel envers le cyclisme prend ses origines dans l’histoire même du cyclisme. À cet égard, l’article de Kenneth V. Smith sur l’histoire du cyclisme au Canada est révélateur.

Références

Bicycle Map of the Island of Montreal and Surrounding District (1897) – Centre d'archives de Montréal (BAnQ) – Cote : CA601, S171, SS1, SSS2, D2-18-29. – [Afin de bien identifier certains éléments, j’ai consulté le document original au Centre d’archives de Montréal].

Bixi (Montréal)

Carte des voies cyclables du grand Montréal, Laval, Rive-Sud, 1504 km. – Montréal : Vélo Québec, 2010. – 16 p., glacées, - ISBN 978-2-922072-64-9, - Cote BAnQ : 796.640971428 C322 2010.

Cyclisme [Histoire du cyclisme au Canada] (Kenneth V. Smith) (L’Encyclopédie canadienne)

Ajout

Quand la ville roulait vélo (Jean-François Nadeau, Le Devoir, 23 juillet 2013)

Aucun commentaire: